Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Nouvelle inachevée]La Boîte

Aller en bas 
AuteurMessage
Titi

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: [Nouvelle inachevée]La Boîte   Lun 23 Oct - 22:33

Bonjour à tous !
Cela fait bien longtemps que je n'avais pas fait un petit tour par ici. Alors quoi de mieux qu'un petit texte ? Very Happy
Je participe à une sorte d'atelier d'écriture au sein des forums de Nofrag (un site dédié aux jeux de tir à la première personne et où le second degré et une bonne dose d'humour sont recommandés pour survivre). Baptisé Livr'O'Matic, le principe consiste à écrire une nouvelle sur un thème imposé en deux semaines.
Pour vous donner un exemple, le premier thème consistait à utiliser au moins une fois un ensemble de mots choisi par l'organisation. Actuellement, pour préparer Halloween, nous devons écrire une nouvelle fantastique/épouvante en pastichant/référençant un auteur du domaine (au choix des apprentis écrivains).
Et pour le texte qui nous occupe, le thème était "en creusant dans le jardin de votre nouvelle maison, vous trouvez une boîte au nom de votre famille". En bon disciple de Minos je n'ai jamais pu terminer ce texte (forcément j'ai commencé à l'écrire au milieu de la seconde semaine Rolling Eyes ).
Une dernière précision : je n'ai conservé le texte, sans ajouter les "notes" que j'avais prises pour la suite du récit. Si ça vous intéresse de voir comment je travaille dans l'urgence... Wink
Bref, bonne lecture !

***
La Boîte



Un dernier coup de pioche et mes efforts de l’après-midi allaient enfin payer. Ce pommier mort aura résisté jusqu’au bout mais il ne pouvait rester indéfiniment dans mon nouveau jardin. Ce n’était qu’un modeste inconvénient : j’avais après tout réussi à trouver la maison de nos rêves à la campagne. Dès la semaine prochaine ma petite famille me rejoindrait enfin avec le reste des cartons. Poursuivant quelques instants de plus ma modeste pause, j’observais l’orée de la forêt de sapins située de l’autre côté de la route. Aujourd’hui elle apparaissait sous un jour plutôt inquiétant, la faute à ces nuages qui s’amoncelaient depuis ce matin. Il y aura certainement un orage cette nuit, quoi qu’en dise mon appli météo.
J’inspirais à plein poumon et brandit l’outil. J’aurais pourtant dû me douter que c’est lorsque la fin est à portée de main qu’elle se dérobe. Ma pioche rencontra un obstacle imprévu dans un Clang métallique et le choc me fit trébucher. Encore un caillou, pensais-je. Je me penchais pour le dégager, dans l’intention de l’envoyer rejoindre ses petits copains sur le tas d’à côté. Ma curiosité se réveilla quand je constatais qu’il ne s’agissait pas d’une grosse pierre mais d’une surface métallique. J’allais donc chercher la petite pelle que j’utilise d’ordinaire pour rempoter mes plantes décoratives [url=#_msocom_1][T1][/url] afin de dégager l’objet.
Au bout de quelques minutes je sortais du trou une boîte métallique fermée par une serrure rouillée. Elle avait dû être enterrée là avant que le pommier ne soit planté car les racines avaient déformé l’un des côtés au cours de la vie de l’arbre. Je me mis à l’examiner de plus près, à la recherche d’un indice sur sa provenance. Elle n’arborait aucune décoration si ce n’est une inscription gravée en relief sur le dessus. Certaines lettres étaient à demi effacées et la terre qui s’accrochait encore à l’objet rendait la lecture plus difficile mais pas impossible. Au prix de quelques efforts et grâce à un opportun rayon de soleil, je pus déchiffrer le nom qui y était écrit. C’était mon nom de famille.
Les hypothèses fusaient à toute vitesse dans mon esprit : mon nom n’était certes pas très commun mais il pouvait toujours s’agir d’un homonyme, c’était une plaisanterie faite par un voisin ou l’ancien propriétaire mais l’état de la boîte et la qualité de la gravure n’accréditaient pas cette thèse… Désirant en avoir le cœur net, je décidais que l’arbre mort pouvait bien attendre une journée de plus. Je commençais par nettoyer au maximum la terre qui restait encore sur la boîte et je l’apportais à mon établi où je trouverais tous les outils nécessaires pour l’ouvrir.
La boîte était fermée à clé et je n’avais bien entendu pas la bonne clé à ma disposition. Néanmoins la rouille présente sur la serrure me faisait dire que je devrais pouvoir la forcer. Il me fallut une bonne heure d’efforts à coups de marteau pour finir de démolir la serrure. Un dernier craquement métallique et le couvercle se sépara. Immédiatement mes narines furent assaillies par une forte odeur de moisi.
L’intérieur du coffret contenait un paquet enveloppé dans du cuir et une boîte plus petite. Celle-ci n’était pas fermée et j’y découvris un pendentif, très certainement en argent car le métal n’était pas corrodé. C’était un bijou cylindrique couvert d’inscription étranges qui m’évoquaient des idéogrammes venant d’Asie mais je n’aurai su dire d’où exactement.
Je le reposais et passais au contenu du paquet : rien moins qu’un manuscrit écrit en français et signé là aussi de mon nom de famille. Décidé à en avoir le cœur net, je portais les feuillets et le bijou à mon bureau où je pourrais avoir une meilleure lumière que dans le garage. Mes craintes quand à l’écriture et l’archaïsme du français utilisé se révélèrent infondées. Voici donc ce que je lu :
 
Je m’appelle Amédée ... Je consigne ici le résultat d’une vie consacrée à la recherche en espérant que la fureur des villageois du bourg ne trouvera pas ce coffret. Ces ignares ne peuvent espérer comprendre ce que je cherchais à réaliser. Ils n’avaient rien à craindre de moi, bien au contraire : je ne cherchais qu’à aider l’humanité à briser les chaînes que l’ordre naturel lui a imposé. Mais je m’égare ; peut-être le futur lecteur comprendra-t-il mieux si je commençais mon récit dès le début.
Né dans une famille d’armateurs que les fortunes de mer et des affaires avaient écarté de la navigation mais pas encore acculée à la ruine, j’ai toujours cultivé un goût pour les voyages. Aussi, personne ne fut surpris quand je décidais de poursuivre mon Grand Tour de l’Ancien Monde vers les mystères de l’Orient. Je ne goûtais cependant que peu l’air suffocant des fumeries d’opium de Saïgon ou la sérénité des Bouddhas dans les temples Khmer. C’est au cours d’une croisière sur le Mékong que j’eu la révélation que j’attendais : en parcourant le journal de la semaine passée, je dévorais avec avidité le récit de voyage d’un certain sir Phillip Howard sur le Toit du Monde.
Pensez-vous : la majesté de l’Himalaya, les monastères ou les bonzes tibétains vivaient reclus en célébrant d’étranges rituels dont l’origine se perdait dans la nuit des temps. Il n’en fallait pas plus pour raviver ma soif d’aventures. Le déroulement de cette partie du voyage n’a guère d’intérêt. Tout au plus dirais-je que je rejoignais promptement la ville de Darjeeling et que, de là, j’engageais guides et porteurs et partais à l’assaut de l’inconnu.
Le destin voulut qu’une fois arrivé sur le plateau tibétain, je soie abandonné de ma caravane pour une sombre histoire de route taboue ou que sais-je encore. Je me vis donc contraint d’avancer seul, dans cette immensité glacée au milieu des cairns. Sans cartes, les maigres vivres de ma besace s’épuisant, je finis par arriver plus mort que vivant aux portes d’un monastère.
Je fus recueilli par les bonzes, soigné, nourri. Malheureusement, je ne pus leur témoigner ma reconnaissance car je compris rapidement que l’ensemble des occupants du lieu avait fait vœu de silence. L’utilisation de signes et l’anglais approximatif que pouvait écrire le jeune moine affecté à ma surveillance permit de s’abstraire de la parole. J’éprouvais néanmoins un certain malaise, renforcé par les étranges symboles qui ornaient les murs du lieu. N’ayant aucune connaissance préalable des rites tibétains, ce ne fut que l’incident qui survint peu avant la fin de mon séjour forcé qui me mit la puce à l’oreille et m’ouvrit les yeux vers un univers de connaissances insoupçonnées.
 
 




 [url=#_msoanchor_1][T1][/url]Une pelle de jardinage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3323
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 33
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: [Nouvelle inachevée]La Boîte   Mar 24 Oct - 20:50

C'est sympa, mais ça laisse un goût d'inachevé en effet ^^

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/user/Notsil
Titi

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: [Nouvelle inachevée]La Boîte   Mar 24 Oct - 21:41

Oui, c'était surtout pour que ça ne prenne pas trop la poussière sur mon disque dur. Il y a peu de chances pour que j'y revienne par contre ça me change quelque peu de mes précédentes productions je dois dire :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3323
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 33
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: [Nouvelle inachevée]La Boîte   Mar 24 Oct - 22:05

Pas faux que c'est bien différent de ce que j'ai lu de toi :) C'est bien parfois de sortir de sa zone de confort ^^

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/user/Notsil
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nouvelle inachevée]La Boîte   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Nouvelle inachevée]La Boîte
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Nos créations personnelles :: Ecriture-
Sauter vers: