Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Double trahison (finie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darkliser
Le ténébreux
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 28
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Double trahison (finie)   Mer 30 Nov - 22:22

Bonjour tout le monde,

J'ai fini une nouvelle sur Cody le commandant clone, alors je me permets de vous la faire connaitre. J'espère que vous l'apprécierez cheers

Ellest également publié sur le forum de SWU et sur wattpad à l'adresse suivante : https://www.wattpad.com/story/90682939-double-trahison




Double trahison




 
 
Le commandant Cody patientait à la sortie de la rampe d'accès du destroyer de classe vénator de la République paré pour la guerre. Sous son casque d'une teinte neigeuse décoré de bandes ocre, il fixait calmement deux personnes à l'opposé de la passerelle.
Ces personnes étaient celles pour qui il avait la plus haute estime et admiration de part leurs prouesses martiales mais aussi par leur sens génial de la tactique. Grâce à eux, le bataillon de clones de Cody avait essuyé bien peu de défaites comparé aux nombres de victoires. Sa précédente bataille aux côtés des Jedi s'était déroulée sur la planète neimoidienne, Cato Neimoidia. Soldé par leur victoire sur les Séparatistes, cette campagne les avait définitivement chassé des mondes du Noyau et même de la Bordure Intérieure. Le célébrissime duo Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker, lui et une escouade de clones avaient même manqué de peu la capture du vice-roi de la Fédération du Commerce, le perfide Nute Gunray. Prenant le risque de reporter la fuite de sa planète natale afin de récupérer quelques richesses, ce dernier avait bien failli payé de sa vie son manque de discernement. Gunray manœuvra son évasion, faisant fi de la détermination sans faille de Kenobi et Skywalker, à l'identique de ses magouilles politiciennes pour conserver son monopole commercial.
« Tel un serpent de mer de Manaan qui sinue vers chaque béance promettant une échappatoire... »
Mais Cody n'accordait aucune importance à la politique car il était avant tout un soldat. Le clone n'existait que pour protéger et obéir au Sénat et à la République par extension. A l'image de ses frères, simples recrues ou ARC en passant par les techniciens, le commandant était la copie conforme du célèbre chasseur de primes défunt, Jango Fett. Sous son casque se cachait un homme d'âge tirant vers la quarantaine à la peau basané et aux cheveux sombres et crépus. Il jouissait d'une musculature forte et sans défaut, fruit de ses atouts génétiques et du génie des scientifiques kaminoiens, ses créateurs. Aux côtés des généraux Skywalker et Kenobi, le clone était même parvenu à développer un sens de la réflexion et de décision autonome alors qu'à la base, ses concepteurs l'avaient créé pour obéir aux ordres sans poser de questions. Cody détourna le regard du jeune mais pas moins redoutable Anakin Skywalker. Le chevalier Jedi était récemment parvenu à augmenter sa renommée déjà considérable lorsqu'il libéra le chancelier suprême Palpatine en tuant son ravisseur, le comte Dooku. Sans le seigneur Sith, Grievous, un impitoyable monstre mi-kaleesh, mi-machine, devenait le nouveau leader de l'armée séparatiste. Il pénétra dans le ventre du vaisseau de guerre républicain, rempli de quelques milliers de ses semblables, et se prépara pour le briefing de sa prochaine mission. Quelque soit son contenue, Cody savait que la lointaine et austère planète Utapau était concernée. En commandant efficace, il en avait déjà la géographie en tête ainsi que tous les points stratégiques. A son passage devant des soldats à l'armure immaculée, Cody sentit l'admiration dont il faisait l'objet grâce à son charisme, son expérience et sa combativité. Ses grandes enjambées le conduisirent dans la salle de briefing, non loin des hangars du vaisseau. Ses subalternes ne manquèrent pas de le saluer d'un signe de main auquel Cody répondit immédiatement avec une rigidité toute militaire.
Dix minutes plus tard, le général Kenobi se présenta à son tour dans la vaste pièce, aux abords de son chasseur Jedi. A la gauche d'Obi-Wan, une des nombreuses canonnières républicaines semblait projeter une ombre inquiétante sur l'appareil du Jedi comme s'il fallait dissuader le général de se rendre sur Utapau. L'homme avait un visage grave, des prunelles azurées et une barbe touffue et rousse qu'il laissait pousser. Pour Cody, le maître Jedi approchait de la quarantaine car quelques rides sillonnaient son front et l'angle de ses yeux. Il portait une tunique blanche et une bure marron comme à son habitude; le clone avait toujours du mal à comprendre les raisons qui poussaient les Jedi à se battre avec pour seule protection un ou deux bouts de tissu sur le dos. Il en devinait toutefois une et celle-ci pendait à la ceinture du général. L'arme de Kenobi était un sabre laser et Cody avait de nombreuses fois constaté l'efficacité défensive de la lame de plasma surchauffé.
- Déjà là ? Quelle ponctualité...à moins que vous n'ayez hâte de remplir votre mission, annonça Obi-Wan sur un ton amusé.

Cody et ses semblables hochèrent brièvement la tête en signe d'acquiescement. Le casque sous le bras comme tous les autres clones, il ne manqua pas de remarquer encore une fois à quel point ils se ressemblaient tous au point de vue anatomique. Une unité R4 alluma une représentation holographique tridimensionnelle d'Utapau et l'ancien maître d'Anakin Skywalker commença son briefing :
- Bien, je ne vais pas vous faire languir plus longtemps alors. D'après nos clones de renseignement, nous avons de bonnes raisons de croire que le général Grievous s'est réfugié dans le système d'Utapau. J'irais moi-même en mission de reconnaissance sur Utapau et vérifierais ce qu'il en est. S'il s'avère que Grievous est là, je vous enverrais un message pour que vous interveniez. Des questions ?

- Oui général, avons-nous des estimations de l'importance des forces séparatistes que nous pourrions rencontrer si votre hypothèse se vérifiait ? Demanda sans hésitation Cody.
 
Le clone voulait absolument avoir le plus d'informations possible car il n'aimait pas l'imprévu. Une mission réussie était une mission bien préparée. Obi-Wan sourit et montra un peu ses dents.
- Commandant Cody, il y aura certainement la bagatelle de quelques milliers de droïdes. La routine en somme... Je crois savoir que Utapau a été prise par la force et que les autochtones nous aideront à les combattre.
 
Les deux héros de la Guerre des Clones fixèrent l'hologramme avec intensité. Cody acquiesça d'un bref signe de tête et ajouta avec conviction :
- Heureusement la plupart des cités sont concentrées sur ce petit continent dans la région la plus éloignée.

- Je les occuperais donc du mieux que je le pourrais jusqu'à que vous soyez là. Mais ne soyez pas trop long, répliqua Obi-Wan en se dirigeant vers son chasseur.

- Avez-vous jamais eu à vous plaindre de ma lenteur? Questionna Cody le casque à la main avec une pointe d'ironie dans la voix.
 
En montant dans le cockpit, Obi-Wan répliqua sur le même ton :
- Bien ! Maintenant à moi de me débrouiller pour ne pas éliminer tous les droïdes avant votre arrivée.

Le ton et la familiarité entre les deux hommes démontraient la profonde amitié les liant. Cette amitié doublée d'un profond respect furent forgés à force de missions réalisées dans une totale confiance l'un dans l'autre. Les portes du hangar du destroyer républicain s'ouvrirent et le chasseur de Kenobi s'échappa des entrailles métalliques. Quelques minutes plus tard, Le commandant clone se rendit sur la passerelle de son vaisseau. Lorsque la flotte fut prête à décoller, Cody s'adressa à l'adresse du navigateur :
- Allumez les réacteurs et mettez le cap sur Utapau, nous avons du droïde à casser !

- Bien commandant ! Répondit vivement le clone navigateur en pianotant activement sa console.

Quelques minutes plus tard la flotte républicaine plongeait en Hyperespace à la suite d'Obi-Wan.
 
 
 
Au large d'Utapau, la flotte républicaine attendait l'éventuel message du général Kénobi pour passer à l'action. Chaque destroyer, chaque chasseur, chaque clone et chaque arme était prêt pour l'hypothétique bataille. Le commandant Cody se trouvait sur la passerelle du vaisseau et astiquait son fusil blaster DC-15 célèbre pour sa puissance pouvant détruire sans problème un droïdeka ou un superdroïde de combat. L'attente demeurait insupportable mais les clones surentraînés restaient totalement calmes et maître d'eux, conformément au conditionnement génétique implanté par les Kaminoans. Au bout d'un moment, un bip sonore signala l'arrivée d'une transmission codée et Cody donna l'ordre express de la décryptée. Cette dernière provenait du chasseur Jedi de Kenobi qui apparaissait à présent sur les senseurs du destroyer vénator.
- Comme prévu, c'est un message enregistré commandant, indiqua l'enseigne clone à Cody, impassible.

La voix de coruscanti distingué d'Obi-Wan précéda son corps en trois dimensions :
- Commandant Cody! Grievous est là ! Vous avez carte blanche pour donner l'assaut. 
C'était tout ce qu'il souhaitait entendre. Sentant l'adrénaline affluer dans tout son corps musclé, Cody ne se fit pas prier pour exécuter l'ordre de son supérieur hiérarchique. Il envoya un communication à toute la flotte qui manœuvra rapidement en direction de la planète.

- Commandant ! Nous repérons un vaisseau du Techno-Syndicat en fuite.

Cody songea à juste titre qu'il s'agissait peut-être de Grievous ou des leaders séparatistes. L'ami d'Obi-Wan ouvrit alors un canal de communication.
- Destroyer Victoire ! Votre mission est modifiée ! Interceptez ce transporteur confédéré ! Vous êtes libre d'utiliser tous les moyens possibles mais ne tuez pas les occupants.
Cody observa à travers le hublot en transparacier et constata que le destroyer Victoire incurvait sa trajectoire conformément à l'ordre donné. Satisfait, le clone se rendit dans le hangar dont l'intérieur commençait sérieusement à s'activer. En effet, les clone se glissaient à leur poste respectif à l'intérieur des navettes de débarquement, des chasseurs ARC-170 ou d'autres appareils clones. Le Commandant Cody prit place dans l'une des canonnières volantes et attendit patiemment la mise en orbite du vénator. Une fois fait, les immenses portes de hangar s'ouvrirent et le petit vaisseau du clone s'envola à la suite de nombreux autres. Il reçut entre-temps une communication en provenance du Victoire lui annonçant l'échec de la mission. Le vaisseau séparatiste était parvenu à entrer en hyperespace avant interception. Cody espéra qu'il ne s'agissait pas de Grievous car sans lui et Dooku, les Séparatistes seraient définitivement privés de tout meneur digne de ce nom.
- Dirigez-vous vers cette cité ! ordonna le commandant en pointant son doigt vers un gouffre rempli d'habitations.
 
Son escadron obéit comme un seul homme et amorça la descente en direction d'un bâtiment sphérique semblable à un poste de commandement. Le clone se tint au rebord du vaisseau pour conserver son équilibre. Les premières canonnières larguèrent silencieusement quelques clones au niveau du toit. Ceux-ci débutèrent l'assaut tandis que Cody descendait plus bas. Le commandant clone observa en premier lieu une imposante rangée de droïdekas, de superdroïdes et de droïdes de combat aussi fin qu'un Muun, tournés vers deux adversaires. Cody reconnut derechef la haute stature de Grievous en train de défier Obi-Wan dans un combat de généraux. Les sabres laser des deux protagonistes flamboyaient d'une éclatante lueur au sein d'une sombre atmosphère. Avant de se poser sur une plate-forme, la copie de Fett eut une image fugitive du général androïde se retournant d'un air surpris en direction des premiers régiments de clones qui ouvraient le feu sur les forces séparatistes.
- Établissez un périmètre de sécurité autour de cette plate-forme, intima Cody à ses troupes.

Les droïdes ne semblaient pas encore avoir atteint cet étage.
« Normal, ces boîtes de conserve sont longues à la détente. »
Ses soldats clones avançaient mètre après mètre et commencèrent à défier les premières vagues séparatistes au bout de quelques secondes. En un instant, les rayons bleus et rouges s'entrecroisèrent autour du commandant Cody. Les envahisseurs prenaient l'avantage pour l'instant mais le clone restait optimiste en ce début de bataille. C'était sans compter sur l'arrivée de quelques droïdekas qui ouvrirent une brèche en s'infiltrant dans le périmètre de sécurité. Plusieurs soldats tombèrent à terre, mitraillés par les terribles doubles canons laser des droïdes insectiformes. L'officier clone leva alors son énorme fusil blaster DC-15 et le dirigea vers ses ennemis. Des traits mortels jaillirent tel des éclairs, percutant deux droïdes destroyers. Ces derniers explosèrent en quelques morceaux de métaux fumants et inutiles. Les autres canonnières se chargèrent de déverser les renforts afin de prendre un avantage définitif sur les Séparatistes à ce niveau de la sphère de commandement. A cet instant précis, un objet venu du ciel percuta le sol devant Cody et rebondit brutalement. Le clone se baissa pour le prendre, réalisant qu'il s'agissait du sabre laser de son supérieur hiérarchique. Il lança un regard fugitif vers le haut et espéra qu'Obi-Wan menait la vie dure au général Grievous...d'autant plus que l'humain était à présent désarmé.
 
 
 
En l'absence du général Kenobi, le Commandant Cody restait en retrait afin de diriger les opérations terrestres. Celles-ci s'annonçaient de bonne augure avec l'arrivée des TR-TT clones balayant les droïdes sous-équipés. A ce rythme-là, il prédit une prise d'Utapau avant la tombée de la nuit. Mais malgré la supériorité numérique de la Grande Armée, la bataille faisait toujours rage dans les alentours avec ses centaines de lasers multicolores qui fusaient dans toutes les directions à chaque instant. Une autre bonne nouvelle venait de tomber par l'intermédiaire de son général. Aussi capitale que la première prise de Géonosis, cette information pourrait simplement mettre un terme à la Guerre des Clones. En effet, Obi-Wan avait annoncé la destruction de Grievous alors que celui-ci était à deux doigts de s'échapper encore une fois. Plus localement, le clone dirigeait le bombardement d'une position séparatiste grâce à une artillerie lourde. Son armure entaillée et égratignée à plusieurs endroits témoignait de l'intensité du combat mené par Cody. Il se prépara à donner l'ordre d'attaquer lorsqu'il vit l'arrivée du général Kenobi sur son varactyl, un animal d'Utapau mi-lézard, mi-oiseau.
Le fier cavalier demanda l'état de la situation et fit cabrer sa créature devant le clone.
- Général, les troupes séparatistes se sont regroupés dans ces bâtiments, répondit docilement Cody en désignant un endroit haut-placé.

- Bien ! Couvrez-moi ! Nous avons une bataille à remporter ! s'écria Obi-Wan sur un ton enjoué.

Le clone se rappela d'un détail... un détail qui pourrait faire la différence.
- A propos, vous allez avoir besoin de ça ! Annonça t-il en tendant un objet étincelant sous le soleil d'Utapau.

Obi-Wan baissa les yeux et reprit son sabre laser d'un air satisfait. Il remercia brièvement Cody avant de s'élancer, en compagnie de sa monture, dans une ascension avec une fougue qui n'avait rien à envier à un Padawan. Il fut interrompu une nouvelle fois avant de donner un ordre. Cette fois-ci, le responsable était son comlink associé à un transmetteur holographique. Le clone du défunt Jango Fett accusa réception de l'appel et un homme, de taille moyenne, tout de noir vêtu, apparut d'une manière menaçante. Malgré la provenance de la communication, Cody mit une grosse seconde avant de reconnaître le chancelier suprême de la République. Palpatine semblait changé car, outre sa bure ténébreuse, son visage était atrocement mutilé. Le clone ne fit aucun commentaire et attendit que le vieil homme parle.
- Le moment est venu commandant Cody! Exécutez l'ordre 66 ! déclara le chancelier avec cruauté doublée d'une certaine délectation.

L'interlocuteur répondit sans hésiter :
- Ce sera fait mon seigneur !

Malgré l'ordre auquel il était programmé pour obéir, les choses ne parurent pas aussi simples que cela le devait à Cody. L'homme le plus important de la Galaxie lui ordonnait de tuer le seul ami qu’il n’ait jamais eu et qu'il respectait le plus. Les souvenirs de toutes ses campagnes militaires passés avec Obi-Wan lui revinrent en mémoire sous forme de flashs. Il se rappela les moments complices et de franches camaraderies vécus avec lui. Il revit les nombreuses fois où ils s'étaient mutuellement sauvés la vie en compagnie d'Anakin Skywalker. Dans la vie, il n'avait que deux passions et c'était faire la guerre et se battre pour son honneur. Mais jamais il n'avait pensé devoir trahir son supérieur et ami.
Cody se força à reprendre ses esprits en repoussant ces étranges réminiscences. Il était un soldat après tout et devait exécuter les ordres de Palpatine sans se préoccuper de sentiments personnels. Ce dilemme n'avait pas lieu d'être, il ne trahirait pas la République pour laquelle il bataillait depuis trois longues années. De plus, il devait aussi penser à tous ses hommes membres du deux cents douzième bataillon d'attaque de l'infanterie clone. Eux aussi, il les trahirait s'il aidait Kenobi et Palpatine n'hésiterait pas à les détruire sous couvert de mutinerie. Le clone pourrait aussi choisir de fuir l'armée des clones avec tout son bataillon et Obi-Wan mais cette solution ressemblait à une chimère, à des lustres de son esprit pragmatique. Le conditionnement génétique implanté par les Kaminoans lui interdisait formellement de déserter. Même avec sa personnalité et son indépendance plus développée que chez les autres clones, il ne pouvait lutter contre sa nature. En effet, Cody n'était pas humain...il était juste une chose conçue pour combattre et obéir aux ordres. Jamais dans sa vie, il n'avait eu de doute et aujourd'hui n'était pas le jour pour cela. Pour le bien de ses troupes et de la République, il intima cet ordre terrible :
- Abattez-le !

Le soldat clone en charge de la pièce d'artillerie ne se posa pas autant de questions que Cody et dirigea rapidement le canon vers le duo qui escaladait la paroi en direction des bâtiments confédérés. Le canon cracha un tir unique, s'écrasant à côté d'Obi-Wan et son brave animal. Cody constata que, malgré sa surprise, Obi-Wan était parvenu à bouger au dernier moment et à éviter le laser mortel. Mais le résultat fut celui escompté car le Jedi entama une chute de plusieurs centaines de mètres avant d'éclabousser le lac, au fond du gouffre. Même Obi-Wan Kenobi ne pouvait survivre à une telle chute. Ainsi Cody ressentit du bonheur, il était persuadé de la justesse de son agissement. Le clone s'aperçut même que son ancien ami ne lui manquait pas le moins du monde et oublia même jusqu'à son existence. La bataille l'attendait désormais...
Une partie de son esprit s'en doutait peut-être mais il ne fut pas le seul clone à exécuter l'ordre 66 dans la même seconde. Ainsi, l'expérimenté Ki-Adi-Mundi, la belle Ayala Secura, le puissant Plo Koon et bien d'autres célèbres Jedi périrent ce jour-là pour avoir tout ignoré de la tragique tournure des événements qui amena l'avènement de l'Empire.
 
 
**************
 

Les droïdes de la CSI ne cessaient de perdre du terrain dans les niveaux supérieurs de Pau City. Depuis la mort du général Grievous, mis en pièces par Kenobi, les machines combattaient sans réelle organisation. Le commandant Cody pressentait la victoire finale de la République. Son bataillon détruisait les uns après les autres les innombrables et frêles droïdes de la Fédération du Commerce, les puissants superdroïdes de combat du Techno-Syndicat et les droïdes nains de la Guilde du commerce. Même les quelques redoutables chars CAB ne pouvaient résister aux assauts coordonnés des clones.
Malgré toutes ces nouvelles encourageantes, quelque chose inquiétait encore Cody : Obi-Wan Kenobi.
- Avez-vous retrouvé le corps de Kenobi ? Demanda t-il au sergent, de retour de mission.

- Négatif commandant, mais personne ne peut survivre à une telle chute, répliqua celui-ci comme pour justifier son échec.
 
Cody acquiesça de la tête, réajustant par la même occasion sa prise sur le fusil DC-15. Il y avait fort à parier que l'ancien général était décédé de la même façon que sa monture, retrouvée flottante à la surface du lac quelques minutes auparavant. Cependant, il subsistait quelques doutes dans l'esprit de Cody. A ce moment-là, un trio de droïdes de combat surgit d'un ascenseur de frêt.
- Clones en vue ! Tuez les clones ! Ordonna l'un des droïdes de sa voix synthétique.

- Bien reçu ! Bien reçu !

Avant même que les trois soldats et Cody ne se retournent, les droïdes ouvrirent le feu. Jouant sur ses réflexes aiguisés, le commandant se jeta sur le sergent clone pour le pousser en avant, un laser frôla le casque usé de celui-ci. Il entendit les bruits caractéristiques d'impacts de laser se consumant sur une surface dure et en déduisit que l'attaque surprise n'avait touché aucun de ses subalternes. Les droïdes de combat de la Fédération du Commerce n'avait jamais été connus pour leur précision mais il admit volontiers leur chance hors du commun, sur ce coup-ci. Cody empoigna son fusil blaster et décocha une rafale de tirs sur les ennemis. Les lasers bleus jaillirent du canon, percèrent l'armure rudimentaire de deux assaillants et détruisirent leurs circuits internes. Un des soldats présents se chargea de supprimer le dernier. Mais Cody ne capta pas cette information. Il venait soudainement de se focaliser sur le dernier rayon bleu ayant fusé de son DC-15. Cette couleur si pure lui rappelait quelque chose. Qu'est ce que c'était ? La première lueur observée à sa sortie de la cuve kaminoane ? Non... Peut-être la couleur d'un sabre-laser de Jedi ? Oui c'était plus probable.
« Les armes jumelles de Kenobi et Skywalker... »
Au cours de ces trois dernieres années de combat intense face aux armées de la Confédération, combien de fois avait-il vu ces armes virevoltantes abattre des ennemis ? Les protéger lui et ses troupes ? Et même les sauver ?
« Un nombre infini de fois... »
Un flot de souvenirs qu'il croyait s'être perdu dans les méandres des nombreuses batailles qu'il avait menées refirent surface dans son cerveau. Les flashs resurgirent, provoquant un début de migraine chez le clone. Était-ce un conflit entre le conditionnement kaminoan et d'éventuels remords ? Il se voyait en train de rire après une excellente plaisanterie du général Kenobi suite à la prise de Cato Neimoidia. Un autre flash, toujours avec Obi-Wan, où celui-ci le consolait après la perte de nombreux clones lors de l'affrontement avec Cyreltov, l'acolyte d’Asaaj Ventress. Mais aussi forts que soient ces souvenirs, ils n'arrivaient pas à la hauteur de celui de l'incroyable bataille de Sarrish. Sur ce monde, Cody se lia d'amitié pour la première fois avec un Jedi : Obi-Wan Kenobi. Les deux hommes parvinrent d'une main de maître à préserver la planète des armées séparatistes. Ce fut aussi lors de cet événement que Cody éprouva le plus de respect et d'admiration pour le membre du Conseil. Il se rappela alors avoir lu dans les yeux du général des sentiments identiques au sien, scellant ainsi le début d'une amitié fructueuse entre deux compagnons d'armes. Même récemment, l'extraordinaire habileté avec laquelle Kenobi et Skywalker s'étaient infiltrés à bord de la Main du Destin, le vaisseau amiral du général Grievous, le laissait pantois d’admiration. Les deux Jedi avaient à cette occasion tuer le comte Dooku et sauver le chancelier suprême, rien que ça... Certes, le commandant avait travaillé avec beaucoup de Jedi le considérant comme humain, mais pas de la même façon que Kenobi. Redevenant un peu lucide malgré la douleur dans sa tête, il s’interrogea sur sa décision précédente.
« Comment ais-je pu poignarder dans le dos un de mes seuls amis ? »
Cody sentit brusquement un déclic se faire dans son esprit comme si un énorme poids venait de tomber. Qu'est ce que c'était ? Il l'ignorait mais la fièvre et la souffrance s'estompait quelque peu. Il sentit des bras puissants essayer de le relever et revint à la réalité.
- Commandant ! Commandant Cody ! Vous allez bien ? S'enquit le sergent clone à ses côtés.

- Quoi ? Balbutia ce dernier, choqué.

Le clone leva la tête en direction de ces deux congénères. Cody ne pouvait pas voir son expression à cause du casque mais il la devinait inquiète.
- Nous allons appeler une escouade médicale, commandant. Vous...

- Non ! Eructa Cody en relevant le buste. Je me sens très bien sergent. En fait... je ne me suis jamais senti aussi bien.

- Vous en êtes certain ? Pendant quelques minutes, vous vous teniez la tête sans cesser de hurler.

Le clone de Jango Fett se releva tant bien que mal, ignorant le reste de migraine qui martelait son crâne.
- Sergent ! Vous rappelez vous du lieu où Obi-Wan Kenobi à supprimer le général Grievous ? Demanda t-il en retrouvant ses esprits.

- Affirmatif ! Le général Grievous a été détruit sur une plate forme d'atterrissage située à deux kilomètres au sud de notre position, à l'extérieur de Pau City.

Cody hocha de la tête et se baissa pour reprendre en main son DC-15. Il ignorait pourquoi il posait cette question. Était-ce à cause de ses hésitations quant à la mort d'Obi-Wan ? Voulait-il s'assurer de l'exécution de l'Ordre 66 ? Oui, ce ne pouvait être que cela car les Kaminoans avaient implanté dans son cerveau une puce lui interdisant de trahir la République. Pourtant, Cody ressentait de la gêne à cette idée, son cœur se serrait et ses muscles se crispaient. Cette sensation lui était familière. Sur Cato Neimoidia, le clone avait fait l'impossible pour rejoindre Kenobi en mauvaise posture dans l'une des pouponnières neimoidienne et avec le soutien d'Anakin Skywalker, ils avaient retrouvé Obi-Wan en un seul morceau.
« J'ai alors éprouvé un soulagement incompatible avec mon conditionnement, si je dois être honnête avec moi-même... »
Le commandant prit pleinement conscience de la nouvelle réalité. Il ne s'inquiétait pas de savoir si Obi-Wan était bel et bien mort mais de l'inverse. Cela faisait toute la différence. Son conditionnement l'interdisant de désobéir à un ordre d'un supérieur partait en fumée. Il ignorait le pourquoi du comment et cela lui importait peu. Cody était avant tout un homme d'action et s'engageait dans sa première mission d'ordre personnel.
- Ah oui commandant ! Pendant que votre... crise, votre dispositif holographique a reçu un appel en provenance du chancelier Palpatine. Il nous ordonnait de récupérer la dépouille du général Grievous. Votre second a dépêché deux escouades de soldats soutenus par un duo de TR-TT pour mener à bien cette opération.

Analysant cette nouvelle donnée, Cody réfléchit quelques instants. Il ne comptait plus le nombre de fois où Obi-Wan Kenobi avait trompé la mort en se tirant de situations inextricables. Alors jeune Padawan, Obi-Wan avait déjà démontré sa capacité à vaincre un seigneur Sith. Sur Kamino, il avait survécu à une attaque du meilleur chasseur de primes de la Galaxie : Jango Fett. Sur Géonosis, le Jedi s'était battu les mains liés contre un redoutable Acklay et avait également fait partie des survivants de la force d'intervention Jedi menée par Mace Windu. Cody pouvait continuer de la sorte jusqu'à la tombée de la nuit...
En y songeant bien et compte tenu de la disparition de son corps, il mettrait la main au feu que le maître Jedi errait dans les alentours, en vie. L'intelligence et la subtilité de Kenobi l'amènerait à quitter le plus discrètement possible Utapau. De fait, il ne tenterait pas de voler un vaisseau clone au risque d'être abattu sur place.
Le commandant de la cent douzième se remémora l'endroit de la chute du Jedi.
« Il y a de l'eau au fond du gouffre... Obi-Wan avait déjà eu un aperçu de la topologie de cet endroit lorsqu'il poursuivait en contrebas le général Grievous. »
Possédant toujours un plan de fuite au cas où, Grievous devait probablement posséder un vaisseau pour s'éclipser au moment où Obi-Wan l'a achevé. Oui, il paraissait logique que le Jedi tente de s'enfuir à bord de l'esquif du général droïde. Petit, maniable et probablement doté d'excellents propulseurs, il représentait le meilleur moyen pour Kenobi de quitter la planète en vie. Mais un problème se posait. Les escouades de clones à la recherche du corps de Grievous rencontreraient probablement un maître Jedi affaibli et épuisé sur le chemin. Cody prit congé de ses compagnons en leur commandant de tenir la position et courut à grandes enjambées vers la plate-forme de regroupement des clones. Le temps lui était compté s'il souhaitait intercepter les escouades de clones. Des canonnières posées, des artilleries légères, des TR-TT bipède, des caisses de matériels de ravitaillement et de nombreux clones lui faisaient face. Ses subalternes se mirent au garde à vous en apercevant le commandant de la cent douzième légion. Cody ne leur prêta aucune attention et observa les différents appareils reposant sur la plate-forme. Son long soupir de dépit valut tous les jurons mandaloriens qui lui vinrent à l'esprit. Aucune machines monoplaces présentes ne lui permettraient de se débarrasser du contingent clone. Que n'aurait-il pas donner pour un char TX-130 ?
« J'improviserai au fur et à mesure... »
Remarquant un lance-missile PLEX adossé contre une caisse de matériel, il l'empoigna et le passa en bandoulière sous l’œil curieux de plusieurs soldats.
- Que faites-vous, commandant ? Demanda l'un d'eux.

- Je vais aux niveaux supérieurs de Pau City, soutenir l'un de nos pelotons, rétorqua t-il.

Le soldat se raidit.
- Sauf votre respect, nous n'avons pas d'informations...

- Et bien elles sont incomplètes ! Je vais prendre ce moto-jet seul pour m'y rendre le plus rapidement possible. Continuez à superviser cette plate-forme ! Et... cessez de poser des questions ! Réagit Cody sans jeter le moindre regard au clone.

- A vos ordres !

Mais Cody se dirigeait déjà vers la moto-jet de reconnaissance. L'appareil vibra légèrement lorsqu'il l'activa et s'éleva de quelques centimètres. Il fit mine de prendre le chemin vers les niveaux supérieurs jusqu'à être hors de vue de la plate-forme. Bifurquant sur sa droite, il parcourut une allée descendante qui rejoignait les soubassements de la cité. Des escouades de clones faisaient face à un char CAB de la Fédération du Commerce. Plus loin, la carcasse fumante d'un RT-TT rougeoyait encore après avoir encaissé un tir d'arme lourde. Ses frères d'armes étaient en grande difficulté. Cody ralentit sa moto-jet et posta son PLEX sur l'épaule en direction du char. La salve sillonna silencieusement l'espace avant d'exploser au contact du CAB. Sous les hourras des soldats, il poursuivit sa route dans les tréfonds, la pente s'atténuant au fur et à mesure de son avancée. Il craignait de ne pas rattraper les clones avant l'arrivée de ces derniers auprès du vaisseau de Grievous. Une idée lui vint à l'esprit. En jouant de son grade, il ne pourrait pas contrecarrer leur loyauté envers le chancelier mais les ralentir serait envisageable.
- Escouade ? Ici le commandant Cody ! Me recevez-vous ? Demanda t-il via son comlink.

- Cinq sur cinq ! répliqua le capitaine en charge de la mission.

- Nous avons de bonnes raisons de penser qu'une escadre de droïdes nains se dirige vers vos coordonnées. Veuillez ralentir et soyez encore plus vigilant, capitaine. S'il y a d'autres informations, je vous en ferais part ! Terminé !

- Bien reçu, commandant !

Une escadre de droïdes nains ne représentaient pas une réelle menace pour la force clone et ne nécessitait pas l'envoi de renfort. Toutefois, la géographie sinueuse, perforée de fissures et encaissée, inciterait le capitaine à redoubler de prudence. Au détour d'un virage sec, Cody remarqua un humanoïde à terre. Percé de trous de blaster, son torse était revêtu d'une armure sombre semblable à celles portés par des chasseurs de primes. Il posa pied à terre et observa le guerrier utapaun un instant.
Ses hommes ne comprendraient pas qu'un clone les attaque. De plus, ce serait la preuve flagrante de la trahison de Cody. Lui désirait seulement aider Obi-Wan à s'échapper mais s'il venait à rencontrer d'autres Jedi, il exécuterait l'ordre 66 sans état d'âme. Plus important, il refusait de lire le déshonneur et le mépris dans les yeux de la cent douzième. Cody enleva méthodiquement les plaques de son armure, les balança dans un trou avec son casque et enfila la tenue de l'Utapaun décédé. Ainsi camouflé, personne ne soupçonnerait sa véritable identité. Le clone se sentit mal à l'aise, comme s'il venait de se déguiser pour un bal de carnaval d'Alderaan. Se débarrasser de son armure donnait un caractère définitif à sa trahison envers Palpatine.
Il remonta son speeder et le poussa à la vitesse maximale, enfilant les virages dans l'étroit passage. Celui-ci menait théoriquement à l'une des cavités auxiliaires qui bordait Pau City. Le commandant Cody ne tarda pas à entendre les pas lourds et cadencés des deux bipodes clones et ralentit afin d'éviter de se faire repérer. Il se posta derrière un rocher en sortant ses macrobinoculaires. Les forces clones étaient à quelques mètres de sa position et venait de faire une halte devant un tunnel. Au vue des carcasses métalliques fumantes, ils avaient fait face à deux ou trois unités droïdes. Un clone était touché, à terre, et recevait les premiers secours.
« Parfait ! Je vais pouvoir organiser mon embuscade. »
Cody savait que ses chances de survie étaient infinitésimales. Outre ses qualités et son expérience, ses hommes aguerris réagiraient au quart de tour avec une discipline exemplaire et lui se trouvait seul. Il miserait tout sur l'effet de surprise comme l'avait si souvent fait Obi-Wan par le passé. Embrassant les alentours du regard, la copie de Fett repéra une voûte rocheuse qui courait au-dessus des clones. Elle était suffisamment robuste pour résister aux tirs de canon des TR-TT et la force clone ne disposait pas d'armes plus puissantes. Alors Cody glissa de sa cachette, escalada la surface escarpée à l'abri des yeux indiscrets et rampa comme un ver jusqu'à attendre l'arche naturelle. L'opération dura près de dix minutes, un temps que les clones mirent à profit pour remettre sur pieds le soldat blessé et organiser la poursuite de leur mission.
« Quatorze soldats et deux bipodes à moi seul... je dois vraiment être fou à lié. »
Sa pensée lui arracha un sourire sous le casque utapaun. Son PLEX ne disposait plus que de deux ogives depuis la destruction du char CAB. Il n'aurait pas droit à l'erreur... Cody s'agenouilla, son réticule de visée rivé sur l'un des bipodes, assurant les arrières de la troupe. Le tir fila sans un bruit et explosa l'une des pattes de l'appareil. Un épais nuage de poussière s'éleva, couvrant la chute latérale de ce dernier. Cody réarma le PLEX aussi promptement que possible et visa l'autre bipode qui tournait son canon dans sa direction. La gâchette s'enfonça mais Cody eut un mauvais pressentiment. Il voulut se retirer pour éviter un laser, sa manœuvre ne réussit qu'à moitié. Un élancement se répandit le long de son bras tandis qu'une déflagration, plus puissante que la précédente, se répercutait en écho dans le canyon. Grimaçant, il leva juste assez la tête pour constater que le deuxième bipode subissait l'effet d'un subit impact cinétique. Cody supputa que le canon avait tiré une salve et touché de plein fouet son ogive. Plus prêt des clones que de lui, l'explosion avait déséquilibré le bipode qui tombait à terre, momentanément. Deux soldats s'écroulèrent, morts ou assommés. Les lasers bleus surgirent autour de lui comme une nuée de droïdes buzz et se mit à l'abri en roulant sur le dos. La douleur lui traversa le bras tandis qu'il tentait de se saisir de son fusil blaster, sans succès.
Kaysh mirsh solus, jura t-il en mando'a.

Le clone fouilla de sa main valide l'un des compartiments de son armure, en retira un détonateur thermique et le balança par-dessus. Des exclamations de surprises remontèrent mais Cody n'eut pas le temps de s'apitoyer sur le sort de ses frères. La grenade explosa, annihilant trois clones trop lents, en même temps qu'il dégaina son arme de poing. Profitant de la désorganisation de ses compagnons, Cody tira sur les clones les plus proches et en abattit un dans le dos. Il se remit à couvert.
« Plus que huit... »
La situation était mal engagée car il n'avait plus aucun atout dans sa manche. A quatre pattes, il rampa quelques mètres plus loin et jeta un coup d’œil.
Deux clones essayaient d'extirper le pilote du bipode encore en état de marche. Pour quelles raisons ? L'appareil serait trop lourd pour que quiconque puisse le redresser. Il déclencha une rafale dans leur direction sachant que les autres clones étaient à couvert. L'un d'eux cria, un trou fumant colorant le plastron de sa poitrine. Quant à l'autre, il prit place dans le bipode et s'évertua à le relever, c'est du moins ce que supposa Cody. Ses frères ripostèrent et l'obligèrent à baisser la tête. Plusieurs impacts perforèrent la voûte sous lui mais son intégrité n'était pas remise en cause. Faisant fi de sa souffrance, Cody se releva et sentit son cœur rater un battement lorsqu'il saisit la manœuvre du clone dans le bipode. Ce dernier n'avait jamais voulu redresser la machine mais seulement faire pivoter le canon droit sur lui. Le laser partit dans une violente détonation. Conscient de sa proximité avec le bord de l'arche, Cody tenta de reculer vers l'autre extrémité. Trop tard, le tir s'écrasa sur le côté, projetant cailloux et poussières sur le clone. Il sentit un tremblement sous lui et ses appuis se dérobèrent la seconde d'après.
« J'ai échoué... mais au moins je l'ai un peu aidé » songea le commandant.
Le pan de roche sous son dos amorti légèrement sa chute mais Cody sentit plusieurs de ses côtes protester. Le choc coupa sa respiration, amena la douleur de son bras au paroxysme et embruma ses pensées. Telle une déferlante venue de l'enfer, les pierres bombardèrent le sol dans un vacarme assourdissant et prompt. Le traître allait mourir, exécuté sommairement par les clones dont les bruits de pas approchaient. Rejoindrait-il le champ d'honneur comme des centaines de milliers de ses frères auparavant ? S'en irait-il à la Force comme les Jedi avaient coutume de croire ? Peut-être resterait-il à tout jamais dans les limbes, coincé entre deux mondes, comme tous ceux terminant leur vie rejetés de tous ? Quelque soit la fin prévue par le destin, Cody n'avait pas de regret car pour la première fois, il avait suivi son cœur plutôt que les ordres. Il sourit sous le casque et ferma les yeux en n'attendant plus que les détonations des DC-15 clones. Le goût métallique du sang emplit sa bouche, les yeux se fermèrent. Il entendit les lasers jaillir avec semble t-il un vrombissement familier...
« De sabre laser ! » réalisa soudainement Cody.
Son regard alerte se tourna vers les clones qui avaient d'autres soucis que lui. Il discerna une lame bleue en train d'entailler ses frères. La lueur du sabre laser brillait de mille feux et enjoignait Cody à la suivre afin de rester conscient. Puis le silence retomba, la lame s'éteignit hors du champ de vision limitée du commandant. Soit le Jedi s'en était sortit, soit la Force l'avait appelé en son sein. Des pas feutrés s'approchèrent de lui. Des pieds bottés apparurent lorsqu'ils furent suffisamment proches de lui pour franchir la brume laiteuse qui brouillait sa vue. Le Jedi ôta son casque et resta immobile un instant.
- Commandant Cody ? Demanda une voix qu'il connaissait bien.

- Alors c'est vous Général... toussa Cody.

Une énergie chaude et bienveillante emplit son corps et l'enveloppa tel un cocon protecteur. Le Jedi usait d'un pouvoir de guérison afin de soigner son corps meurtri. La souffrance de ses multiples fractures parut diminuer et il put se redresser avec l'aide d'Obi-Wan.
- Pourquoi vous battiez-vous contre ces clones ?

- Excusez-moi d'avoir ordonné votre exécution ! Je n'avais pas le choix, se désola t-il en fixant le visage grave du Jedi.

Celui-ci passa sa main sur sa barbe touffue d'un air pensif.
- D'après mes observations, vous avez reçu l'ordre de me supprimer. Qui est l'instigateur ? Je dois savoir.

- Le chancelier suprême Palpatine m'a poussé à le faire. Sur le moment, j'ai juste suivi la droite de ligne de mon conditionnement. Obéir au supérieur, au Sénat et en fait, à la République. J'ignore les raisons de cet ordre mais je suis parvenu à m'en libérer, Obi-Wan. Notre amitié, nos missions communes et surtout de votre bienveillance à notre égard, nous les clones, me sont revenus en mémoire. Et le conditionnement se brisa... expliqua Cody en baissant les yeux.

Le silence s'installa à nouveau. Obi-Wan encaissait sans doute cette nouvelle avec une inquiétude grandissante. Pour quelles raisons le chancelier souhaiterait-il sa mort ? Cody ne possédait pas la réponse mais il ajouta avec un sourire :
- Ces clones sont venus récupérer la dépouille de Grievous sur ordre de Palpatine. J'ai bien pensé que vous vous enfuirez à bord de son esquif et alors j'ai décidé de faire le nécessaire pour vous dégager la voie. En fait, je vous ai mâché le travail une fois de plus.

Le membre du Conseil étira furtivement les lèvres.
- Sans vous, je ne serais peut-être jamais parvenu jusqu'au vaisseau.

- Sans vous, je serais mort à l'heure qu'il est. Vous m'avez encore sauvé la vie.

Les deux hommes se relevèrent. Cody constata que ses jambes fonctionnaient bien mais ses poumons touchés le faisaient souffrir à chaque respiration.
- Certes mais n'y voyait rien de personnel, sauver les clones en détresse est une vocation chez moi. Mais désormais je devrai m'en trouver une autre, semble t-il, répondit Obi-Wan d'un ton léger.
Cody rit. C'était comme au bon vieux temps, sauf que tout avait changé maintenant.
- Et à présent Général Kenobi ? Qu'allez-vous faire de moi ?
 
- Le Général Kenobi est mort sur Utapau. Il n'y a plus qu' Obi-Wan, commandant. Quant à votre sort, il dépend entièrement de vous. Je ne peux vous emmener avec moi, l'esquif de Grievous est monoplace mais rien ne m'incite à croire que c'est là votre souhait.

La copie de Jango Fett leva un sourcil étonné.
- Vous m’emmèneriez alors que j'ai tenté de vous tuer ?

- La rédemption est une chose en laquelle je crois. Vous en avez réalisé les premiers pas, suffisant pour que ma confiance vous soit à nouveau accordée, précisa Obi-Wan sur un ton doux. Alors ? Que vous dicte votre cœur ?

Le commandant de la cent douzième prit le temps de réfléchir. Dans son for intérieur, il se sentait toujours lié à la Grande Armée et au chancelier. La cage dans laquelle les Kaminoans l'avaient enfermé s'était entrouverte seulement grâce à la force de ses sentiments, pour Obi-Wan. Le choix lui parut évident.
- Je suis un clone avec ses limites spirituelles et physiques, et quitter l'armée m'est actuellement impossible. Je continuerai à servir la République mais je vous promets qu'un jour, je goûterai à la liberté.

- Vous êtes mon ami et je regrette profondément de devoir vous abandonner. Garder espoir et ayez confiance en vous et en votre définition de la justice car à mes yeux, vous n'êtes pas un clone, déclara Obi-Wan, posant une main sur son épaule. Cody, vous êtes humain, ne l'oubliez jamais !

- Adieu Obi-Wan. Mon intuition me dit que nous ne nous reverrons jamais.

Le visage du Jedi était empreint de tristesse mais à cet instant, il souriait.
- Adieu ami. Que la Force soit avec vous...

Le commandant Cody acquiesça d'un signe de tête et observa Obi-Wan disparaître dans le tunnel menant au vaisseau de Grievous. Il n'avait pas osé parler au Jedi de l'ordre 66. Le chancelier avait-il donné cette instruction à tous les officiers clones de la galaxie ? Lors de l'appel de Palpatine, ce dernier s'était personnellement exprimé à lui. Mais rien n'indiquait que le politique n'avait pas donné cet ordre à ses semblables par la suite. Pour être honnête, Obi-Wan l'avait surpris en ne le questionnant pas à ce sujet. Le Jedi avait la Force comme allié, peut-être s'en doutait-il ? Avait-il senti des centaines de Jedi mourir à quelques minutes d'intervalles ? Quelles étaient ses intentions maintenant ? Moins Cody en saurait sur ces questions et mieux il se porterait, dans la perspective de revenir auprès de ses frères. Une ébauche d'alibi naissait déjà dans son esprit pour expliquer son absence. Personne ne douterait de sa loyauté car après tout, qui le soupçonnerait du sauvetage de celui à qui il a commandé l'exécution ? Cody leva les yeux au son de propulseurs, Obi-Wan s'échappait en vie d'Utapau. Il se sentit en paix avec lui-même...


Dernière édition par Darkliser le Mer 30 Nov - 23:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5244
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Double trahison (finie)   Mer 30 Nov - 22:26

Ça faisait longtemps :)

Je vais me lire ça demain^^

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Darkliser
Le ténébreux
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 28
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Double trahison (finie)   Mer 30 Nov - 22:53

Hé oui ça faisait longtemps, le petit lapin blanc Razz 

Mais bon la motivation n'y était pas jusqu'à maintenant :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5244
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Double trahison (finie)   Mer 30 Nov - 23:46

Dans ce cas, surfe sur la vague^^

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Jahus
Eru
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 15/11/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: Double trahison (finie)   Jeu 1 Déc - 0:48

J'ai lu la nouvelle sur Wattpad  cheers

Je l'ai trouvée agréable à lire, avec une narration fluide et une bonne approche du sujet ; qui, d'ailleurs, est très intéressant.

Bravo, Darkliser !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2371
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: Double trahison (finie)   Jeu 1 Déc - 22:44

Je ferai un effort sur wattpad ce WE... pas mal sur le fil avec ce qui m'arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Double trahison (finie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Double trahison (finie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» de l'aide pour identifier un double tournois de louis XIII
» [REQUETE] DOUBLE SIM SUR HD2
» [TEST] Double carte sim HD2
» texte double tournois
» TOYOTA hilux pickup double cab

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Nos créations personnelles :: Ecriture-
Sauter vers: