Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Enki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jahus
Eru
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 15/11/2012
Age : 28

MessageSujet: Re: Enki   Sam 9 Fév - 12:37

Dire que je n'ai pas encore goûté aux paellas !

Pour ce qui est de tes corrections, je pense que tu peux faire comme tu le sens. Si tu veux remplacer directement ce que tu as publié, tu le fais, sinon, tu mets la correction dans un nouveau poste. Et bien sûr, il faut que ça soit toujours dans le même topic (ou sujet).

Bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enki
Pirate
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 06/12/2012
Age : 16
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Enki   Sam 9 Fév - 13:46

Je n'ai pas encore lu le Vagabond d'Origine, mais je le lirai bientôt promis... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enki
Pirate
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 06/12/2012
Age : 16
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Enki   Dim 17 Fév - 0:58

1.


Préface


Beaucoup de monstres connus ont acquis une réputation. Par
exemple, le vampire représenté par la peau pâle, les grandes incisives pointues
immaculées et la cape ébène, est assoiffé de sang. La momie aux yeux rouges et aux
longs bandages blancs dans son sarcophage lustré d’or apeure les pilleurs d’or
s’aventurant dans les pyramides d’Egypte.



Le continent dont je vais vous parler était si vaste qu’à n’importe quel endroit,
à n’importe quel moment un monstre maléfique pouvait se montrer et cela aurait été
la dernière image que vous auriez vu.



Il y existe trois catégories : les monstres origines, les monstres de légende
et les monstres confondus. Les monstres origines forment la race la plus connue
et regroupent les vampires, les momies, les fantômes etc… Les monstres
confondus sont les Géants, les Nains, les Elfes. Et enfin, les monstres de
légende sont tout simplement les animaux légendaires comme la Licorne ou le
Dragon.



L’histoire se situe sur une carte totalement différente de la nôtre. Un seul continent
occupe cette carte : Garos, qui tient son nom de l’ancienne forêt qui occupaient
tout le territoire. En l’an 5 des bucherons coupèrent la quasi-totalité de la
forêt, laissant deux zones de végétation qu’ils nommèrent Bamaz et Noémiès.
Cette dernière prend Vytre comme demeure, elle longe le Qadma de chaque coté
donnant aux animaux la liberté de boire une eau fraiche et potable,
contrairement à Bamaz occupant Jelivi et Fire dont l’eau est sale et
non-potable.



Garos est recouvert de nombreux et grands fleuves, le Lion, le Huphiatte et Qadma, le
moins grand ; de forêts épaisses et humides : Bamaz et Noémiès ;
d’une chaine de montagnes au nord de Carel : les Jonda ; de
multiples pays étendus du nord au sud et de l’ouest à l’est : Samir,
Carel, Tünez, Rom, Ferdetyugard, Zïdian, Galapagas et les plus grand, Jelivi,
Fire et Vytre ; et d’une mer : la mer Garosienne qui longe les côtes
de Garos et entoure l’Île de Moëhabas, qui appartient à Zïdian.



Fire était le seul pays n’ayant jamais eu de querelles avec les monstres. Mais il
était tourmenté par le G.H.A.M, Gang Humain Allié aux Monstres, qui occupait
Fire, et surtout la capitale, New Eyes. C’est un pays indépendant, ayant son
propre Roi.



Garos ressemblait à un désert morne et pluvieux. Oui, le temps là-bas n’était pas plaisant !
Les conditions climatiques connus que les terres Garosies n’étaient
qu’intempéries : ouragan, tempête, orage, grêle, inondation, tornade, typhon,
rafale, cyclone, houle, déluge.



Les Garosis étaient réputés pour être de bons agriculteurs, poissonniers, bouchers,
charcutiers, cuisiniers, chasseurs, architectes, ouvriers, épiciers et
charpentiers.



Le système calendaire est assez complexe et c’est pour cela que je vais prendre
quelques lignes pour vous l’expliquer : dans ce monde, une année comporte
trois mois de cent jours, ils sont Miscyntaf, Masodik et Trëmådener. Une
semaine est composée de dix jours : Fels, Merks, Blas, Faras, Jaïs, Zui,
Nerophe, Phali, Ahss et Qass. Pour écrire la date, les Garosi écrivent, par
exemple, pour le 81ème jour de Masodik : 81[2] car Masodik est
le deuxième mois de leur calendrier.


Le 81[2] était la fête continentale, des marchands ambulants venaient dans chaque
pays des terres Garosies pour sustenter les citoyens.






































































2.


Enki,
chasseur et éleveur de monstres


Enki décocha sa flèche frôlant de peu l’oreille droite de la
créature. Le monstre se retourna, brandit son épée, la caressant, il dit d’une
voix stridente:



- Alors, tu essaies de me tuer ? Voici
Honus, mon épée, bien sûr, elle n’est pas à la hauteur de ma réputation. Tu
devrais savoir que Honus signifie poison en nain. Mais suis-je bête ! Tu n’es
pas assez intelligent pour apprendre cette langue, je suis sûr que tu n’es même
pas chasseur de monstres officiel…



- Tu as raison, je ne suis pas
officiellement chasseur de monstres, mais je sais que ta fin approche et quelle
marquera mon début…



Comme avant chaque combat, Enki se passa une main dans les cheveux, sentant ses
cheveux gras et brun au contact de ceux-ci. Puis il les fit circuler sur son
visage, sentant sa bouche fine et gracieuse, son petit nez et ses joues carrés.
Enki lança sur le monstre une pluie de flèche, qui, chacune, sitôt encoché,
sitôt décoché. En voyant Enki attaquer aussi rapidement, l’ennemi ria, formant une
boule de buée bleuâtre, il découpa en tranche chaque flèche. Puis, il attaqua,
sa vitesse prit le dessus et Enki dût esquiver plus de dix coups qui l’auraient
sûrement tué. Enki avait un bon avantage en ce qui concernait les attaques à
distance mais le monstre fusait dès qu’il pouvait, évitant chaque flèche
pouvant l’atteindre. Enki regarda brièvement son carquois pour savoir le nombre
de flèche qu’il lui restait, une seule flèche occupait son carquois, son
utilisation devait être si minutieuse pour vaincre. Alors il tenta sa chance,
il retira la flèche de son carquois et l’encoche, à peine eût-il décoché que
son ennemi attaqua épée en avant. Il toucha Enki à sa hanche, le garçon hurla
de douleur. Le monstre allé achever Enki, lorsque ce dernier prit une flèche
intacte posée sur le sol et la planta dans la joue du monstre.



Le jeune homme observa le monstre gisant sur le sol. Des longues dents acérées
sortaient de sa bouche, de petites et fines oreilles mettaient en valeur son
crane rasé et luisant à la lumière du soleil, son nez pointu et sa bouche
pleines de croutes : un Nain. Il
portait une chemise noire et un short kaki,
le tout séparé par une bourse de cuir. Enki la regarda et remarqua un liquide
gluant et argenté. Il réfléchit longuement et se rappelle ce que lui avait dit
son grand frère, qui était également son formateur :



« Le sang des monstres de légende est argenté, les Nains du mal s’en nourrissent et – comme ceux-ci
mange salement – ils en dégoulinent partout sur eux. »



Il prit son poignard coupa l’anse de la bourse et la mit dans son sac. Ensuite,
déduisant que ce Nain appartenait au royaume Nain maléfique, il transperçât son
cœur à l’aide de la pointe de son arc. De la lave sortit de la poitrine du
monstre qui se dissolu au contact du liquide. Soudain, Enki entendit un
craquement de branche. Il encocha une flèche et arma son arc. Nouveau
craquement de branche, il s’alerta. Au bout de quelques temps, plus aucun
bruit, le jeune homme pensa qu’il dût rêver. Enki continua son action, il
creusa un trou et y jeta le Nain. Il commença à recouvrir le monstre de terre
pour éviter aux animaux de s’empoisonner en le mangeant. Il sentit, soudain,
une douleur à l’avant-bras, il le regarda et vit un canif planter dedans. Du
sang coulait jusqu’au sol, haleté par sa perte de sang, le garçon se retourna
et se retrouva face à un Nain de haute taille.



Le jeune homme n’avait jamais vu de Nain aussi
grand, celui-ci faisait environ 1,90 mètre, il portait un t-shirt vert et un
jean, une bourse de cuir identique à celle de son compatriote servait de
ceinture au jean. Le Nain cria :



- Gmurlf !!!


- C’était le nom de ton cousin, là ?
répondit Enki en montrant le Nain à moitié enterré.



- Gmurlf !!!


- A moins que tu sois énervé…

D’autres
cris résonnèrent dans Noémiès. Douze Nains sortirent d’un arbre creux. Douze
autres sautèrent du haut d’un arbre pour retomber sur leurs deux jambes menues.
Douze autres arrivèrent en char de combat. Douze autres, sortirent d’un char
faisant office d’ambulance avec mille autres qui vinrent, de chaque coté de la
forêt, en courant. Une soigneuse vint vers Enki pour soignée sa blessure, mais
ce fut que lorsque, descendant par un escalier, apparut le roi des nain
maléfique qu’il comprit qu’il était face à l’armée du royaume des nains
maléfiques.



Le roi ne portait aucune trace de royauté, il
était habillé comme tous les autres nains, une armure de métal renforcé, un
short et des sandales légères. Il s’arrêta sur la dernière marche pour
dire :



- Miséricordieux humain, sale composante
de la race inférieure, tu viens de tuer le prince, mon 5ème fils, Phaly dit « la mauviette».



Un frisson parcouru
l’échine d’Enki, si ce nain qui lui avez donné autant de fil à retordre était
une mauviette, qu’en était-il des autres ?



- Tu as un fils, toi ? répondit le
garçon



- Cette mort n’est pas grave, c’était un
rejeton pire que toi ! Je ferais un autre fils avec ma trente troisième ou
ma quarantième femme. Mais ce n’est point pour cela que je suis venu en
personne te parler : mon fils ainé Merks, nom donné en honneur du deuxième
jour de la semaine du calendrier Garosi, va t’expliquer ma requête, dit le roi
en bombant le torse.



Le mastodonte-nain d’environ deux mètres s’avança, une hache de sa taille à la
main. Le garçon en déduisit que Merks n’était pas un Nain mais un croisement
entre le roi et, sûrement une de ses femmes, une Géante. Merks se déchira le
t-shirt pour s’accroupir devant le roi, Enki découvrit un dos plein de traces
de coups de fouet et de cicatrices, les
muscles saillant de la créature faisaient peur à l’adolescent. Le presque-Nain
remercia son père :



- Honorable père je m’incline en ce jour,
pour vous remercier de m’avoir accordé la parole. C’est un honneur pour moi.



- Je ne t’ai aucunement demandé de me
remercier, pour ta désobéissance tu seras fouetté à notre retour, lui cria son
père plein de rage.



- Oui, père.


Le mi-Nain, mi-Géant se
retourna vers Enki :



- Enki,
jeune chasseur de monstres maléfiques, nous te surveillons depuis huit ans
déjà, il est temps de te faire part de notre proposition : nous aimerions que tu rejoignes
nos rangs, tu participerais à l’assaut de l’empire. Tu nous serais d’un grand
aide, un belliqueux comme toi comblerais si bien nos rangs et les habitants de
notre royaume seront si fières. Ne rejoins pas la horde de chasseurs de
monstres, ils ne veulent que ta puissance. Mais nous, nous voulons aussi ton
amitié, ta bonté, ta curiosité pour être un bonne espion et ta gentillesse. Tu
logerais Braind’herbe, notre capital, dans un spacieux cinquante-quatre étoiles
et nous te donnerons 6 repas par jour…



- Je ne mange pas autant, répliqua Enki.


- …, tu auras quartier libre dans la ville
du vendredi au dimanche, les autres jours étant d’entrainement. Accepte notre
requête, s’il te plaît !



Le chasseur surpris
demanda :



- Puis-je réfléchir un moment ?


L’empereur lui accorda
cette permission. Enki réfléchit à comment sortir de l’emprise du roi mais il
était cerné par quatre puissante phalange avec en tant qu’armes, des
sarbacanes, arbalètes et arc. Il se résolut à répondre « non », il ne
voulait en aucun cas trahir son frère et sa patrie.



Un sourire narquois
apparut sur le visage de Juniain, roi du royaume nain maléfique.



- Nous nous attendions à cette réponse,
dit-il.



Des arcs, des sarbacanes et des arbalètes se tournèrent vers lui, des épées sortirent de leur
pommeau et les yeux du roi le regardèrent avec toute leur ferveur. Le
crépuscule commençait, le ciel s’assombrit, des lueurs roses et de vils gouttes
de pluie accompagnaient le soleil dans se descente. Enki sut que c’était le
dernier qu’il voyait. Soudain, la blessure que ce certain Phaly lui avait infligée
se réveilla, une douleur atroce s’empara du chasseur, puis il vacilla, trois hurlements
de loup…



Quand le jeune homme se réveilla il avait un linge posé sur son front, il essaya de
se relever, aucune force.



- Tu ferais mieux d’économiser ton
énergie.



Cette voix grave le lui semblait familière, mais il n’était pas totalement rétablies comme il aurait pu
le démontrer quelques lignes plus haut, il n’avait donc pas toute sa mémoire.
Au bout de quelques heures, sa mémoire fut au complète. Il se souvint de tout.
Il parla à l’homme à la voix grave, son frère, Legia :



- Que c’est-il passé ?


- Soul, t’avez-vu tuez Phaly, le fils du
Roi Nain Maléfique, il m’a prévenu, j’ai donc réuni la horde de Chasseur de
Monstres au plus vite. Nous avons vu un char portant l’emblème du Royaume des
nains, il nous a aidés à trouver l’emplacement des affaires. Un combat fut
engagé, nous avons perdu un chasseur. Ces saletés de… de… Farna se sont repliés
au bout de deux heures. Tu as provoqué une perte, Enki ! tu as provoqué la
perte de notre chef, Enki ! Tu as provoqué la perte de Posiam !, il
parlait avec de plus en plus de tristesse.



Enki tourna sa tête vers son frère, contemplant son visage, il était brun, ses joues
rondes, son nez grec au milieu de son visage, ses beaux yeux verts rendaient son
visage encore plus joli. Ce jour-ci, il portait un débardeur noir, ce qui
laissait voir ses beaux muscles. Un seul défaut sur ceux-ci : une
cicatrice. Enki se souvint que Legia l’avait reçu l’or de la première bataille
qu’il avait disputé. Derrière lui, l’infirmerie du Q.G de la horde de chasseurs
de monstres, huit lits blancs recouvrés d’un édredon chaud et moelleux et au
mur le caducée, emblème de la médecine, les murs de l’infirmerie était blanc.
L’infirmerie paraissait vide. Le soleil se leva et Legia partit. Une demi-heure
plus tard, une infirmière vint lui apporter son petit déjeuner sur un chariot
en fer, il mangea en toute tranquillité et décida de dormir. Après huit jours,
l’après-midi, son frère vint le voir, au visage de celui-ci, Enki sut qu’une
heureuse nouvelle l’attendait :



- Bonjour, Enki.


- Bonjour frère, répondit celui-ci.


- Je suis venu t’annoncer une heureuse
nouvelle : avant sa première bataille le chef de la horde rédige un
testament indiquant qui sera chef à sa place si cette bataille est la dernière,
Posiam a choisi que par ma sagesse et ma force je sois nommée chef de notre
horde, je suis donc nommé chef officiellement, et notre loi, ici, à Vytre,
décide que chaque alliance, clan ou gang comporte un chef et dix membres.



- Oui, je sais cela, répondit Enki.


- Si ces dix membres viennent à être
réduits, le chef désigne un nouveau venu qui doit donner sa gratitude à son
chef de clan.



- Tu veux dire que… balbutia Enki


Le chef des chasseurs
leva sa main droite posa la gauche sur son cœur, sa tête levée, bomba le torse
et tout sourire, le soleil reflétait un éclat sur ses cheveux :



- Enki, benjamin de la dix-huitième
génération de notre famille, je te nomme membre de la horde de chasseurs de
monstres, tu auras le droit légal d’élever des monstres inoffensifs,
acceptes-tu de me donner ton entière confiance ?



- J’accepte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enki   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Animal'z d'Enki Bilal
» Quelques gribouille du petit nilbroc.
» La tétralogie du Monstre
» Les 12 Royaumes - Juuni kokki Plus
» Tryptique...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Nos créations personnelles :: Ecriture-
Sauter vers: