Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les vêtements féminins

Aller en bas 
AuteurMessage
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3393
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 33
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Les vêtements féminins   Ven 16 Nov - 1:36

Et vi, je n'allais quand même pas parler d'abord des hommes !! Il y a tellement plus de choses à dire sur les femmes...

J'ai laissé un peu en méli-mélo parce que j'ai trouvé pas mal de choses, j'ai essayé de distinguer les différentes époques utilisables en fantasy, bien que je me sois aperçue que le moyen âge ne convenait pas vraiment (termes bien trop inusités !)...et les années 60 non plus ! Bref, voici, faites vos choix et votre tri, si vous pensez que c'est mieux de tout remettre par ordre alphabétique, dites moi !

Mode Moyen-Age :

Tête inclinée vers l’avant, poitrine aussi plate que possible, ventre et hanches en évidence et avancés vers le devant.
Le haut du corps est donc gainé et le bas est allongé par une traîne, la silhouette est cambrée au niveau des reins, large pour les hanches et ajustée sur le buste.
Pour affiner la taille, les costumes sont cintrés, et s’agrémentent de décolletés, coudières et découpures.


Les chausses courtes, fixées par des jarrets serrés

Le gipon, au corsage lacé sur le côté, fait d'une étoffe empesée. Ses manches deviennent de plus en plus larges et se portent nouées ou retroussées pour les femmes qui travaillent

La jupe, ample en tissu très léger.

Ceintures : la première large en étoffe crêpelée, lacée dans le dos, maintient l'abdomen
La seconde ou cordelière, en soie, laine ou cuir, fait deux fois le tour du corps et se noue bas sur le ventre (aumonière).

Manteau : en demi-cercle, se porte ouvert ou attaché devant par un fermail et une cordelière.

Surcot : avec ou sans manches, fermé sur le devant par une ou plusieurs broches. Il est si long malgré la ceinture à laquelle pend l'aumonière, que les femmes doivent le relever pour marcher

Après le Moyen Age :

La chemise de femme était très longue avec des manches et pourvue d’un petit col droit ou rabattu.

La robe n’était pas coupée d’une seule pièce à la différence de la classique robe médiévale avec son décolleté en ovale dégageant le cou et la naissance des épaules. On distinguait le corps, c’est-à-dire le corsage, et le bas, c’est-à-dire la jupe. Celle-ci était gonflée par un vertugadin (« cerceaux »), ou par un bourrelet. Les plus élégantes devaient laisser entrevoir le vêtement de dessous, soit en relevant avec grâce la jupe, soit en l’ouvrant sur la cotte. L’ouverture était parfois soulignée par une sorte de galon ou de bande de velours, mais on pouvait la maintenir fermée, par exemple à l’aide de petits nœuds.

La doublure. En frise, en serge ou en revêche, la doublure rendait la robe plus chaude ; en bougran, elle lui donnait de la tenue ; en toile, elle la rendait peut-être, quoique la robe ne fût pas en contact direct avec la peau, plus agréable à porter. Ces doublures étaient généralement noires.

Le corset pouvait aussi se porter directement sur la chemise et sans être recouvert par un vêtement de dessus. Il apparaît lacé dans le dos et décolleté en carré.

Le tablier[, presque toujours noir quand sa couleur est indiquée, était le complément normal du costume populaire. Il ne comportait jamais de bavette et s’attachait à la taille au moyen de cordelettes de soie, parfois enjolivées de deux petits anneaux d’or (ou dorés)


Chaussures :

Les souliers, mules, pantoufles étaient de drap, de cuir (vache, veau, maroquin) ou de trippe de velours. Ils apparaissent très souples, sans talon et avec une empeigne très couvrante.

Les patins ou les galoches étaient des souliers munies d'une épaisse semelle en bois ou comportant des talons hauts et fabriquées en velours ou cuir gravé et décoré. Habituellement, elles étaient portées sur des chaussures légères. Parfois articulées, elles pouvaient être maintenues par des lanières de cuir sur le dessus du pied. Le bois était parfois remplacé par le liège. L'utilisation de ferrures pour protéger la semelle était inconnue. Les patins en bois servaient à se protéger de la boue.

Les souliers pouvaient être décorées de toutes sortes de manière : peinture, gravure, découpes ou estampage.

Les bottes à armer étaient armées de tiges et de mailles d'acier. Elles sont sans doute à l'origine des bottes de cuir portées par les deux sexes. En porter une seule était d'un grand raffinement.(En cuir souvent très riche).

Les souliers bas, brodequins, hautes bottes sont souvent en cuir mou


Coiffures :

Les chaperons étaient généralement doublés de satin ou de damas, les bonnets bordés de velours.

La guimpe, pièce de toile qui encadre le cou, est portée par la veuve ou la religieuse.

Les jeunes filles laissent les cheveux longs

Les femmes cachent les leurs sous un bonnet de toile et une mentonnière, ou sous une résille perlée, quand ils ne sont pas montés en chignon.

La barbette est un voile fixé soit au dessus des oreilles, soit aux cheveux, soit au chapeau. Il cachait le menton et le cou. La barbette et le couvre-chef constituaient ensemble la guimpe qui était portée par les femmes d'âge mûr et les veuves.

La barrette est un capuchon plat qui tombait sur les épaules. Elle était portée par les hommes comme les femmes.

Le fronteau est un bandeau d'or ou de soie utilisé comme coiffe par les femmes

Le tressoir est une coiffe constituée d'une tresse d'or ou de soie ornée d'orfèvrerie, qui retient souvent un voile.

Les femmes ont les cheveux longs, nattés ou torsadés, entremélés.

Vers la Renaissance :

Les femmes portaient une chemise en guise de sous-vêtements. La chemise était décolletée et comportait des manches. Elle était réalisée dans une toile fine ou en soie.

La cotte est remplacée par le corset. Il était constitué de manches courtes qui laissaient passer la chemise. Il était ouvert par une fente lacée. Habituellement, il était porté sous la robe mais pouvait aussi la remplacer.

Le surcot ouvert : le corsage était fendu et largement échancré des hanches aux emmanchures, il laissait apercevoir la cotte, tandis que le devant formait une espèce de gilet recouvert d'hermine le plus souvent tout comme l'était la bordure des emmanchures.

Le décolleté, arrondi, triangulaire ou carré. Le décolleté triangulaire pouvait atteindre la taille sur le devant et être bordé d'un tissu souvent noir, nommé tassel dont la présence permit de diminuer la profondeur du col et de le transformer en carré. Le touret de col dit aussi gorgias ou gorgerette était un tissu de gaze qui en recouvrait les bords.
Les deux sexes portaient la longue houppelande, boutonnée sur le devant avec de grandes manches serrées au niveau du poignet ou, au contraire, évasées.

La robe : Il s'agit d'un costume long avec le col pour seule ouverture, dont on relevait le bas pour marcher. Il pouvait être maintenu grâce à une agrafe nommée "troussoir".

Une ceinture nommée demi-ceint, était utilisée par les femmes. Elle était constituée par une chaîne en argent sur laquelle il était possible de suspendre divers objets d'usage courant.

Mode féminine renaissance
La silhouette était rigidifiée et géométrisée. Le corps donnait au buste une forme triangulaire, allongeait la taille et effaçait la poitrine.

Le vêtement des dames se composait d'une robe de dessus, et d'une robe de dessous, plus longue que la précédente. Chacune de ces deux robes était faite dans des tissus riches et ornés de broderies.

Les manches pouvaient être soit ajustées avec des épaulettes ou bien comporter des bouillonnés. La traîne de la robe était relevée et longue dans la plupart des cas.
La caractéristique principale était sa grande austérité.

Les dames portaient une robe fendue sur le devant qui laissait apercevoir par une ouverture triangulaire la cotte de dessous. Le décolleté avait une forme carrée, couvert par un tissu léger. Les étaient corsages serrés avec des manches étroites. Les jupes, par contre, avaient une très grande ampleur. Les décolletés s'élargirent jusqu'à atteindre les épaules tandis que les manches s'arrêtaient au coude.

Le corsage, dénommé "corps à baleine", était rigide, très ajusté et allongé sur le devant. Le corps piqué était un corsage de dessus, baleiné et doublé d'une toile épaisse. Il donnait toute sa rigidité au buste féminin.

La pièce d'estomac était un plastron rigidifié porté par dessus le corsage sur le devant de la robe. Elle était épinglée sur la robe elle-même, ce qui rallongeait d'autant le temps d'habillage.

Les manches étaient courtes et épousaient la forme du bras, s'achevant par un volant de dentelle.

La robe se composait de deux jupes : celle du dessus se relevait sur les côtés et était maintenue par de grands rubans pour se terminer le plus souvent par une traîne constituée d'un tissu lourd au tombé impeccable dont l'ampleur était fonction du statut social. La jupe de dessous était en forme de cloche, somptueusement ornée et cousue au corsage.

Les femmes mettaient de courts mantelets à capuche mobile pour sortir.

Les mouches étaient faites de soie noire et imprégnées d'une substance adhésive. Elles avaient différentes formes : étoile, lune ou demi-lune, coeur, triangle, fleur, animal... Elles étaient destinées à modifier l'expression du visage. On les plaçait aussi bien sur la figure que dans le cou ou sur le décolleté de manière à attirer l'attention sur un charme particulier. Certaines, particulièrement grandes, étaient dénommées "assassines" et pouvaient être en forme de soleil, de cupidons.

Les cannes de petites dimensions commencèrent à faire partie des accessoires de mode féminins. Les gants, richement brodés, étaient utilisés par les hommes comme par les femmes. Les manchons, eux aussi, étaient d'un usage courant mais ils demeuraient l'apanage des classes sociales supérieures car ils constituaient un critère de rang social. Les femmes les portaient tant à l'intérieur de leur demeure qu'à l'extérieur.

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.


Dernière édition par le Ven 16 Nov - 1:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/user/Notsil
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5469
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 44
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   Ven 16 Nov - 1:40

Ourf, j'ai pas la force de lire tout ça ce soir.

Pour ce qui est du Moyen-Age, il y en a 3, vu que ça s'étend sur 9 siècles, et qu'en fin de compte ça veut plus dire grand-chose, à part "grande période entre l'empire romain et la Renaissance" : le haut MA, le moyen et le tardif.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3393
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 33
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   Ven 16 Nov - 1:41

Ok, et l'époque genre Louis XIV tu appelles ça comment ? Car il me semble que c'est là que les dames avaient les fameuses "robes à cerceaux"...

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/user/Notsil
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5469
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 44
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   Ven 16 Nov - 1:44

C'est l'époque moderne, qui suis la Renaissance...sans doc sous la main, il me semble que l'époque moderne commence avec Henry IV, soit environ 1589...pour s'achever à la révolution, où on entre dans la période dite "contemporaine".

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3393
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 33
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   Ven 16 Nov - 1:46

Ok, étrangement je plaçais la renaissance avant Louis XIV, ne cherchons pas, la fatigue sans doute...^^

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/user/Notsil
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5469
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 44
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   Ven 16 Nov - 1:47

Et tu avais raison...Henry IV est le père de Louis XIII (mort en 1642), lui-même père de Louis XIV (1638-1715).

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2451
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 44
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   Ven 16 Nov - 23:33

En attendant de discuter vainement de ces rois tous morts et enterrés qui se battaient pour régner sur quelques bouts de terre supplémentaires, Notsil est encore une fois un puits de sciences inépuisable qui nous dispense un enseignement hors paire. Je le note pas dans mes favoris y en a déjà de trop mais je sais où ça se trouve pour m'y référer en cas de besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3393
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 33
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   Ven 16 Nov - 23:51

Le puits de science fouille surtout la toile et ses vieux bouquins ^^
J'apprend aussi plein de choses à chaque fois, en essayant de résumer parce qu'il y en aurait beaucoup trop (et ça serait très rébarbatif...).

Même là la présentation est pas top, mais je ne vois pas trop comment arranger les choses.

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/user/Notsil
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2451
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 44
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   Sam 17 Nov - 1:14

Le seul moyen d'arranger la présentation serait de faire un power point ou au adobe en rassemblant les cours, résumés, fruits de tes surfs. tu nous les donnerais toujours par le forum de la même façon qu'aujourd'hui pour garder la chaleur du forum. Mais tu pourrais de temps en temps rajouter un lien vers un fichier qui te permettrait de façon plus froide de soigner la présentation.

En revanche, cela risque de te bouffer beaucoup de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4372
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   Lun 19 Nov - 16:15

Et voilà, j'ai tout lu^^
Et bien, notre mine de science qu'est Notsil vient encore de nous faire un incroyable cadeau! Et c'est le genre de cadeau qui fait plaisir à toutes personnes qui, comme nous, aime écrire!
Encore merci l'amie!
C'est super instructif

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les vêtements féminins   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les vêtements féminins
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Top 5 des personnages féminins de manga
» Ce que pense les gameuses japonaises des atouts féminins dans les jeux vidéo
» "Troc" de vêtements?!
» [Vêtements] Adaptation
» LIENS DE BOUTIQUES ACCESSOIRES ET VÊTEMENTS POUR NOS RESINEUX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: L'espace de travail :: Les vocabulaires spécifiques-
Sauter vers: