Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Notsil
Candy
avatar

Messages : 2980
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Sam 23 Mar - 13:02

Le pauvre, il compte sur des boulets pour le protéger ^^

Je sens qu'il va finir en brochettes :)

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5310
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Sam 23 Mar - 22:00

Miam miam !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/ En ligne
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5310
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Lun 25 Mar - 12:52

L'heure d'enchaîner arrive déjà. J'ai d'ailleurs bon espoir de terminer l'histoire d'ici très peu de jours, et de conclure ce que je considère aujourd'hui comme étant la première partie de Pérégrinations, avec les trois histoires écrites jusque-là.


À la place du lac ne restait plus qu’une vaste dépression boueuse, au fond de laquelle se détachait un élément incongru : une sorte d’œuf translucide de deux mètres de hauteur qui pointait vers le ciel.
– Tu crois que le serpent a laissé un petit ? demanda Seronn. Nous nous sommes peut-être trompés, en fin de compte ? J’espère que nous n’avons pas tué une mère qui protégeait sa future progéniture ! Ce serait terrible !
Jemril était à mille lieux de s’intéresser aux élucubrations de son compagnon. Cet œuf devrait forcément être le lieu de réclusion d’Osterren. Il résista à l’impulsion d’y courir pour s’en assurer. L’ex-lac n’était plus que boues et marécage, et il n’avait aucune envie de s’y enliser.
– Reste là, Seronn, je vais chercher du renfort.
– Oui, mais si…
– Et garde un œil sur maître Talca, comme il nous l’a demandé, l’interrompit-il en prenant la direction du campement de son armée.

Ses sénéchaux, Delental et Seqeral l’attendaient avec impatience.
– Dis-nous que le Piminomo a réussi, Jemril ! implora Seqeral.
– Et le général ? Il est libre ? demanda l’ancien forgeron de Venel, anxieux.
– Rassemblez tous les hommes valides, ainsi que tous les chariots et autres charrettes possibles. Nous devons nous rendre au milieu de ce qui fut le lac, mais ce n’est plus qu’un marécage. Rassemblez tous les hommes valides, qu’ils remplissent tous les chariots et autres charrettes disponibles de pierres et qu’ils nous créent une route jusqu’à la prison d’Osterren.
– À tes ordres, répondirent ses subordonnés à l’unisson.
– Envoyez une troupe d’élite auprès de Seronn et maître Talca. Ce dernier a été épuisé par l’effort et nécessite notre protection : vous répondez de sa sécurité sur votre vie.
– Compris, général.

Tandis que Delental et Seqeral hurlaient déjà leurs ordres, Jemril resta indécis un long moment. Trop de choses se bousculaient dans sa tête. Avec le retour d’Osterren, une guerre tripartite risquait d’éclater Tilmand, Bilipossa voire Lacteng… une fois terminé le conflit civil ravageant Tilmand. Le sort d’un puissant maître de magie était entre ses mains, créature semi-mythique aux pouvoirs incroyables. Quand Jemril prit une décision, il chassa toutes ces pensées parasites et s’enfonça dans le campement, indifférent à l’activité frénétique qui y régnait suite aux ordres qu’il avait donnés.

Arrivé devant la tente qui abritait Vhondé, il hésita. Nul bruit n’en émanait. Le cordon de gardes entourant la salle d’accouchement improvisée étaient bien en place, mains sur les armes, yeux en perpétuels mouvements, aux aguets. Jemril était fier de voir qu’ils prenaient leur rôle très au sérieux : personne n’aurait pu deviner qu’ils protégeaient la princesse d’un royaume ennemi héréditaire.
Jemril fit signe à leur officier de venir à sa rencontre.
– Nivanaral, que se passe-t-il à l’intérieur ?
– Je l’ignore, général.
– L’enfant est né ?
– Aucun cri de bébé ne s’est fait entendre… ce qu’ils font tous à la naissance.
– Et la mère ?
– Quelques râles, puis plus rien depuis une demi-heure environ. Deux des quatre archiatres qui veillaient sur elle ont alors quitté la tente, j’ignore pourquoi.
Une boule serra la gorge de Jemril. Quelque chose était-il allé de travers ? Quand il avait quitté Vhondé, elle semblait être sur le point d’accoucher. Il s’irrita de se sentir si inquiet, conclut la conversation d’un signe de tête et, prenant son courage à deux mains, entra dans la tente.
Il s’arrêta sur le seuil. Vhondé dormait paisiblement. Son ventre était toujours aussi rebondi. Jemril était paralysé. Il régnait une telle tranquillité ici, une sérénité aux antipodes des événements récents survenus au lac et à l’agitation qui secouait le camp.
L’un des archiatres épongeait le front de Vhondé à l’aide d’un linge humide. L’autre, avisant la présence de son supérieur, s’en approcha.
– Quelles sont les nouvelles ? chuchota Jemril.
– Le moment n’était pas venu, répondit l’archiatre sur le même ton. Les contractions se sont calmées… pour l’instant.
– Elle va bien ?
– Elle fait honneur à son rang. Elle n’a pas poussé un cri et il y aurait pourtant eu de quoi. Son courage est… impressionnant.
– Bien, dit simplement Jemril.
Elle est en train de changer. Brinquebalée dans tous les sens, parfois désespérée, souvent au bord de la déprime. Étonnant qu’elle n’ait pas encore craquée. Mais si elle a tenu jusqu’ici, je crois que rien ne pourra jamais l’abattre.
Elle n’est pas la seule à ne plus être la même. Je ne vois plus du tout les choses de la même manière qu’avant. Et je n’ai toujours pas compris comment ça m’est arrivé !
Il n’y a que notre simplet qui n’a pas évolué. Bah ! Pourquoi le ferait-il ? Il est très bien comme il est, en fin de compte. Même si je préférerais avaler ma propre langue plutôt que de le lui avouer !


Le pan de la tenture de l’entrée se souleva. Nivanaral fit un signe discret à Jemril avant de ressortir.
– Tenez-moi au courant de la situation, archiatre.
– À vos ordres, général.
Dès qu’il fut de nouveau dehors, Nivanaral lui dit :
– Votre présence est requise au lac par Delental. Il vous fait dire que le chemin est dégagé.
– Parfait, répondit Jemril en réprimant un soupir.

Cette maudite journée était décidément la plus interminable de toute sa vie…

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/ En ligne
Notsil
Candy
avatar

Messages : 2980
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Lun 25 Mar - 14:16

Ca avance ça avance, vivement qu'ils libèrent le monsieur ! (qui avait peut être trouvé une retraite tranquille ^^)

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5310
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Lun 25 Mar - 14:22

Réponse et fin du suspense au prochain épisode... sans doute ce soir !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/ En ligne
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2381
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Mar 26 Mar - 0:01

Copier !

j'avance dans les corrections de Dispé.... sans la mise en page, c'est pas simple de repérer tes corrections minos. affraid Elles sont si peu nombreuses et discrètes que c'est une gageure Razz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5310
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Mar 26 Mar - 0:38

Vrai que j'avais eu beaucoup plus de travail à la première version de Dispé ! Et c'est un très bon point, du coup. Wink
Ça ira mieux à partir de la page 40 et quelques, avec la couleur différente pour les corrections.

Pour ce qui est de Pérégrinations, la suite et fin de l'histoire sera finalement postée d'ici midi !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/ En ligne
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5310
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Mar 26 Mar - 12:11

Les centaines de soldats qui avaient érigé à la hâte un chemin par-dessus la boue, à grands renforts de pierres, de branches, de carrioles déglinguées et même de quelques arbres, saluèrent Jemril à son arrivée, emplis d’espoir de voir la réapparition de leur général et fiers du travail accompli en si peu de temps.
– Beau boulot, les gars, claironna Jemril, avant de rejoindre Delental et Seqeral, qui l’attendaient impatiemment.
Ils s’engagèrent tous trois sur le chemin improvisé, après avoir ordonné à la troupe de rester en arrière : trop de monde dessus et le fragile édifice allait tomber en morceaux, rendant la progression difficile voire impossible.
Une fois face à l’œuf, Jemril s’avança prudemment. La matière était comme laiteuse à première vue, presque translucide : tout au plus distinguait-on une forme à l’intérieur, sans pouvoir préciser de quoi, de qui il s’agissait.
Il posa la main à la surface. Celle-ci était tiède. Il l’enfonça de quelques centimètres avant de la retirer. Il n’éprouva aucune sensation particulière, ni nulle trace de l’étrange matière sur les doigts.
Il inspira profondément et entra dans l’œuf la tête la première. La forme floue n’était pas plus nette à l’intérieur, juste plus grosse. Il l’agrippa et la tira vers lui. Elle vint sans difficulté. Il recula jusqu’à en sortir.
Une fois de nouveau à l’air libre, Jemril tenait son frère – endormi ou évanoui – dans ses bras. Il avait réussi ! Dans son dos, des centaines de voix crièrent leur joie. Osterren cligna des yeux et commença à s’agiter. Quand il voulut se débattre plus fermement, Jemril lui dit :
– Tout va bien, Osterren ! C’est moi, Jemril ! Reste calme.
Osterren dut papillonner des yeux quelques temps avant que sa vision ne s’adapte à la lumière du jour dont il avait été privé pendant tant de mois.
Jemril le dévisagea : ses sempiternels longs cheveux roux étaient encore plus longs que dans son souvenir. Bientôt, ils lui arriveraient à la taille. Ses pommettes étaient plus que jamais saillantes, révélatrices des privations qu’il avait subies, tout comme ses traits très tirés. Pourtant, quand il ouvrit enfin ses yeux gris, ceux-ci n’avaient pas changé du tout : incisifs et empreints de détermination.
– Qu’est-ce qui s’est passé ? demanda-t-il sur le ton cassant que Jemril connaissait si bien.
– Tu as été fait prisonnier par un Gardien des Eaux il y a quelques mois, un enlèvement commandité par la Souveraine de Bilipossa. Au pays, plusieurs factions sont en train de s’affronter pour ton titre. C’est la guerre civile.
Osterren ne manifesta aucun signe de surprise en entendant ces nouvelles. Cet homme direct ne prenait jamais le temps de s’étonner de quoi que ce soit. Il avait une capacité hors norme à assimiler et analyser les informations, habitude prise dès son plus jeune âge, lors de son éducation menée par un père officier supérieur de l’armée.
– Où sommes-nous ? demanda-t-il.
– Dans les plaines du nord, non loin de la frontière bilipossienne.
– Bon boulot, Jemril, je suis fier de toi, déclara-t-il en serrant son frère dans ses bras. J’ai toujours su qu’un jour tu me reviendrais et que tu assumerais enfin ton rôle à mes côtés !
– Je ne suis venu que pour sauver mon frère, Osterren, rétorqua Jemril, sur la défensive. Rien de plus.
– Balivernes ! Je t’ai toujours dit que je voulais comme mon numéro deux et je n’ai pas changé d’avis ! Il est grand temps que tu grandisses dans ta tête et que tu assumes tes responsabilités !
– Tu ne vas pas recommencer avec ça ! Combien de fois devrais-je te dire que je n’aime pas me battre et que je ne veux aucun rôle dans aucune armée ?
– Je te poserai la question jusqu’à ce que la réponse me convienne ! Et n’oublie pas qu’en tant que Général en Chef de la Légion Mauve, je peux t’ordonner de servir ton pays et donc moi-même si je le désire !
– Tu n’as pas changé d’un iota, mon frère, répondit froidement Jemril. Toujours aussi imbu de toi-même.
– Mesure tes paroles, gamin ! Je suis ton aîné et ton supérieur, fais montre de respect !
– De respect ? Et puis quoi encore ? Je n’éprouve aucun respect envers un imbécile qui se prétend roi mais n’est pas capable d’assumer correctement sa charge !
– Tu oses prétendre que c’est ma faute si j’ai été enlevé par un mage des Eaux ?
– Il ne s’agit pas de cela, ne confonds pas tout. Mais si tu avais été un Général en Chef digne de ce nom, il y a longtemps que tu aurais nommé ton successeur.
– Je ne voulais pas le faire pour ne pas attiser les convoitises et déclencher les complots, se défendit Osterren. Désigner un successeur serait revenu à lui peindre une cible dans le dos !
– Superbe réussite, Osterren ! Grâce à ce raisonnement si intelligent, chaque chef de guerre du pays a décidé qu’il était digne du poste, et aujourd’hui tes compatriotes n’ont de cesse de s’entretuer ! Et ça, c’est entièrement de ta faute, alors je ne te permets pas de venir me faire la morale, est-ce clair ?
Le Général en Chef de la Légion Mauve fixa son jeune frère d’un œil noir, avant de poser une main sur son épaule et de déclarer d’une voix glaciale :
– Merci de m’avoir sauvé, Jemril, mais tu m’excuseras, j’ai du travail : un pays à reconquérir et une guerre à livrer contre Bilipossa.
Il tourna les talons et fit signe à Delental et Seqeral de le suivre en passant devant eux. Les sénéchaux hésitèrent puis, après un regard désolé vers Jemril, emboîtèrent le pas de leur Général.

La colère de Jemril ne tarda pas à retomber. Il se permit même un sourire en coin. Il était content de lui : content d’avoir sauvé son frère, et surtout content d’avoir joué un rôle décisif pour ramener la paix intérieure à Tilmand. Les agissements futurs du Général en Chef ne le regardaient pas ni ne l’intéressaient. Il en avait désormais terminé avec la politique, qu’il avait de toute manière toujours abhorrée. Désormais, il était libre.
Libre ?
Hum, pas encore. Pas tout à fait. S’il connaissait bien son Général en Chef, il restait un dernier écueil à franchir…
Il se lança à son tour sur le chemin du retour et se hâta afin de rattraper les trois hommes. Hors de question d’être absent quand Osterren mettrait les pieds dans le camp.
Heureusement, une fois la terre ferme atteinte, Osterren prit le temps de se faire acclamer et porter en triomphe par ses hommes. Si Seqeral resta aux côtés de son roi, Delental, lui, rejoignit Jemril.
– Je suis désolé de la tournure prise par les événements, mon ami, dit-il.
– Bah, nous savions à peu près à quoi nous attendre avec le Général, Delental.
– Tu en es sûr, Jemril ?
– D’accord, j’avoue que je m’attendais à plus de reconnaissance de sa part. Mais ça aurait été au cas improbable où il aurait un tant soit peu changé. Et bien non, tout est toujours pareil. Il est temps pour moi de me faire une raison : autant j’aime mon frère, autant je déteste le Général. Sauf que le premier n’a pas de place pour exister.
– Que vas-tu faire, maintenant ?
– Repartir de mon côté. Suivre ma voie. Cette fois-ci, sans me retourner. Je ne dois plus rien à Tilmand, j’ai fait ma part.
– Porte-toi bien, mon ami, répondit Delental en lui donnant l’accolade. Et si tu as besoin de quelque chose, moi je serai là.
– J’y compte bien, car la réciproque est vraie. Dès que j’aurais réglé les derniers détails de mon départ, je te dirai où je compte me rendre.
Voyant que le Général, avec Seqeral à ses côtés, se remettait en marche vers le camp, tous deux le rejoignirent. Delental à sa gauche et Jemril légèrement en retrait.
– Comment m’avez-vous retrouvé, les gars ? demanda Osterren.
– Nous n’y sommes pour rien. C’est Jemril qui a tout fait, répondit Delental.
– Ah ? Très bien. Merci, lâcha-t-il en se retournant à peine vers son cadet, qui ne broncha pas, indifférent face à l’ingratitude de ce désormais étranger à ses yeux.
Pourtant, Jemril sentit que son aîné brûlait de demander des précisions. Il imagina aisément son tourment intérieur et s’en amusa. Allait-il parvenir à surpasser son arrogance, à ravaler sa morgue ?
Osterren ne posa plus de question.

L’arrivée du Général au campement fut également un triomphe. Jemril n’en avait cure. Il se dirigea vers la tente de Vhondé. Devant les gardes, trop disciplinés pour avoir quitté leur poste malgré le retour de leur roi, Seronn, bien campé sur ses pieds et mains sur les hanches, souriait de toutes ses dents, les yeux tournés vers le ciel.
– Tu joues à quoi, imbécile ? demanda Jemril. Encore à chercher des formes dans les nuages ?
– Oui, je me demande si je serais capable de déterminer l’animal-totem du petit.
– Quel petit ? Tu veux dire que… ?
– Oui, il est né peu après ton départ. J’ai aidé Vhondé comme j’ai pu, je lui ai fait serrer ma main. Mais depuis, j’ai mal dès que je la bouge. Je me demande si elle n’est pas cassée. Euh… Jemril ?
Seronn parlait tout seul. Il ne s’était pas rendu compte que Jemril s’était déjà engouffré dans la tente. Il n’en fut ni mortifié ni vexé. Qui n’aurait pas craqué devant cette adorable frimousse et n’aurait pas voulu se précipiter pour contempler cette merveille ? Seronn reprit sa position. Tiens, ce nuage ne ressemblait-il pas à un Piminomo ?

Encore une fois, Jemril s’arrêta dès le seuil franchi. Les archiatres n’étaient plus là. Vhondé avait les traits tirés, ses cheveux poisseux étaient collés à son visage luisant de transpiration. Jemril crut voir une déesse, l’image de l’amour et de la sérénité, tandis qu’un sourire extatique glissait sur le petit être pelotonné contre sa poitrine.
Elle croisa son regard et il détourna le sien, avec le sentiment de ne pas être à sa place.
– Jemril ! Je suis si heureuse que tu sois là ! Approche, viens voir ! J’ai un fils !
Il obéit avec circonspection, l’air méfiant.
– Il est vraiment tout petit, murmura-t-il.
– Tu veux le prendre dans tes bras ? demanda la princesse, amusée par sa gêne presque palpable.
– Je… je ne saurai pas faire ça, bredouilla Jemril.
Mais pourquoi est-ce que j’ai voulu venir ?
– C’est facile. Tu le mets dans le creux de ton bras et tu soutiens sa tête avec l’autre main. Vas-y !
Il obtempéra avec une douceur qu’il ne se connaissait pas. Avoir l’enfant dans les bras déchaîna en lui un torrent d’émotions qu’il parvint à juguler, grâce à la force de l’habitude. Vhondé ne le lâchait pas des yeux, sourire aux lèvres, aussi se sentit-il obligé de se défendre :
– Quoi ?
– Tu avais l’air émerveillé à l’instant.
– N’importe quoi ! Juste surpris. Je n’ai pas l’habitude des enfants. Et puis il en naît tous les jours, pas de quoi en faire un plat.
Il se tut, se rendit compte qu’il venait d’être odieux et eut une vision fugace d’Osterren.
– Tu… l’as réussi, Vhondé. Il est magnifique. Vraiment. Je suis content pour toi, et je te souhaite le meilleur pour lui. Le Lacteng a désormais un héritier !
Vhondé eut l’air peinée, et Jemril se morigéna : allons bon, qu’est-ce qu’il avait encore dit qu’il ne fallait pas ? L’entrée de Seronn dans la tente lui offrit une diversion sur laquelle il se jeta :
– Il est superbe, n’est-ce pas, Seronn ?
– Oui, c’est vrai. Vhondé, je crois que je sais ce que sera son animal-totem.
– Vraiment, Seronn ?
– Oui. Je suis à peu près certain que c’est une poule… à moins bien sûr qu’il s’agisse d’un Piminomo, mais comme leur principale différence physique tient à la forme de leur bec, c’était difficile à lire sur un nuage.
– Piminomo, fit une voix faible et rocailleuse de l’autre côté de la tente.
Jemril découvrit avec surprise maître Talca reposant sur une chaise, enveloppé dans un plaid, et qui les regardait d’un œil fatigué.
– Cet enfant est né sous la protection de Seronn, qui est un ami des Piminomos. Jemril a lui gagné notre respect par la noblesse et le désintéressement de ses actes. Cet enfant aura des liens privilégiés avec mon peuple, si tel est votre désir, princesse.
Ceci dit, il referma son œil en soupirant et sa respiration redevint régulière.
– Moi aussi, je suis sûr que c’est le Piminomo son totem, surenchérit précipitamment Jemril afin de faire oublier le passage concernant son soi-disant altruisme. Un animal noble pour un enfant noble, quoi de plus logique ?
L’expression de Vhondé s’assombrit à nouveau.
– Cet enfant ne sera pas noble, répondit-elle.
– Comment cela ? demanda Jemril. Il est le fils de la princesse héritière du royaume, ça compte, non ?
– Non. Je ne rentre pas au palais de mon père.
– Mais enfin, Vhondé…
– Il m’a répudié, il s’est remarié. Aujourd’hui, je ne suis plus rien. Ou plutôt si ; aujourd’hui je suis une femme libre, pour la première fois de ma vie. Et je compte bien vivre en tant que telle.
Jemril tiqua mais se tut. Voilà un discours bien similaire à celui que lui-même s’était tenu peu de temps auparavant.
– Et que vas-tu faire, concrètement ?
– Je ne sais pas. Et toi, Jemril ? Maintenant que tu as retrouvé ton frère, je suppose que tu vas le suivre ?
Jemril secoua la tête et reposa délicatement l’enfant sur le lit.
– Je n’ai retrouvé que le Général en Chef de la Légion Mauve. Je crains que mon frère ne soit plus. Je ne rentre pas avec les miens.
– Et que vas-tu faire, alors ?
– La même chose que toi, je présume.
– Et où comptes-tu te rendre ?
– Aucune idée. Et toi ?
– Je ne le sais pas encore non plus.

– Jemril !
La voix d’Osterren, impérieuse, venait de retentir de l’autre côté de la tenture.
– Je reviens, dit Jemril à l’attention de ses amis. Un dernier détail à régler…


*
**

– Oui, Général ?
– Je sais tout ce qui s’est passé, et notamment que tu as ramené la princesse héritière du Lacteng avec toi, ainsi que son fils. Bravo, c’est du très bon travail ! Grâce à toi, nous avons deux otages de choix ! Le vieux Féénaur va nous manger dans la main ! Et s’il se rebiffe, on le fait choir de son trône pour y placer sa fille… sous notre protection, bien sûr ! Le futur s’annonce excellent !
– Ce futur n’arrivera pas, Général, répliqua Jemril.
– Tu as beau être mon frère, tu vas cesser sur-le-champ de me contredire, Jemril ! Je ne le tolèrerai pas plus !
– Et qu’est-ce que tu vas faire si j’insiste ? Me passer une épée au travers du corps ? Tu peux toujours essayer, Général ! Mais je te préviens tout de suite…
Il dégaina l’épée qu’il portait à la hanche.
– … que si tu veux toucher ne serait-ce qu’à un cheveu de mon amie Vhondé, je mettrai ma vie en jeu pour t’en empêcher !
Le teint d’habitude pâle d’Osterren passa subitement au rubicond. Il repoussa Delental et Seqeral, qui tenaient de s’interposer, et tendit la main vers ce dernier. La mort dans l’âme, le vieux sénéchal lui présenta sa propre épée.
Seronn sortit de la tente au moment où les deux frères allaient se mettre en garde pour s’affronter.
– Osterren, quelle joie de vous revoir en vie ! dit-il sans saisir le contexte et en se précipitant les bras ouverts pour y accueillir le Général.
Celui-ci baissa son épée et subit l’accolade chaleureuse du Lactengais, qui poursuivit :
– Je suis désolé d’avoir mis tant de temps à trouver le moyen de vous libérer ! Mais il faut dire qu’il m’est arrivé tellement d’aventures depuis notre séparation brutale ! Figurez-vous que…
– Je vous suis reconnaissant, mon ami, mais ce n’est pas le moment, voulut couper court Osterren. Il y a ici des choses importantes qui nécessitent que…
Un éphémère mais furieux tourbillon de vent surgit sous les pieds d’Osterren. Du coin de l’œil, il avisa une forme passant au-dessus de sa tête, et qui se posa au-dessus de la porte de la tente.
– Vous êtes… le Piminomo ? demanda-t-il, incrédule face à la créature mythique.
– Mon nom est Talca. Maître Talca, je vous prie. Avant de lever une arme sur votre frère, j’aime autant vous prévenir qu’il a gagné mon respect. Et vous rappeler que sans lui, vous seriez toujours prisonnier.
– Je le sais, mais il se trouve que…
– Je n’ai pas terminé, coupa Talca. La princesse Vhondé du Lacteng est sous la protection de mon allié Jemril et de Seronn, qui est un vieil ami. Avisez-vous ne serait-ce qu’à songer de vous emparer d’elle ou de son nouveau-né et vous devrez me faire face.
Vaines menaces, Piminomo, rétorqua Osterren. Je sais que vous bluffez et que vous prenez sur vous pour masquer votre fatigue extrême. Vous n’avez pas les moyens de vous opposer à mes desseins. Je suis le Général en Chef de la Légion Mauve, personne ne me donne d’ordres !
Osterren fit quelques signes rapides de la main et vingt arcs se tendirent autour de lui, flèches pointées vers Talca. Ce dernier baissa la tête et parut soudain un peu plus petit. Il avait en effet bluffé, pris sur lui pour se donner une contenance, mais n’avait en réalité plus aucune force.
– Je ne suis pas revenu pour rien, continua Osterren. Je vais redessiner la carte des micro-royaumes du sud et tous mes ennemis vont être éradiqués. Aussi je vous conseille de ne pas en être, Piminomo, car....
Le Général s’interrompit quand un Piminomo surgit du ciel pour se poser près de Talca. Il posa une aile sur la tête de Talca, ferma les yeux et s’écroula à terre en râlant. Talca inspira profondément, ses forces restaurées, avant de remercier son congénère privé des siennes.
Il le souleva dans les airs et dit aux Tilmandjos :
– Tirez, je vous prie.
Osterren donna l’ordre.
La volée de flèches fut déviée par un coup de vent surgi de nulle part. La rafale suivante fut bien plus terrible et balaya la soldatesque, qui se retrouva au sol, à grand renfort de cris et grognements de surprise. Le temps qu’ils reprennent leurs esprits, Talca comme Osterren avaient disparu.

Le Général était tétanisé. Il filait vers le ciel, maître Talca à ses côtés. Il réprima une peur panique en voyant le sol s’éloigner, ses soldats devenir des fourmis, si loin en-dessous. Un couinement étranglé sortit de sa gorge. Ils traversèrent un nuage, le privant momentanément de la vue. Quand ils en émergèrent, ils étaient entourés de centaines de Piminomos.
Leur course folle s’arrêta enfin. Osterren flottait dans les airs en tremblant.
– Voyez-vous, Général, dit Talca, si je lâchais mon emprise magique sur vous, la chute serait plutôt rude. Mon peuple et moi sommes assez nombreux et puissants pour faire venir ici votre armée, au cas où vous ne souhaiteriez pas mourir seul. Bref, les Piminomos rechignent à interférer dans les activités au sol, mais il est mortellement dangereux de les traiter par-dessus la jambe.
– J’ai compris, répondit Osterren en cherchant à se donner contenance. J’ai… commis une erreur. Elle ne se reproduira plus.
Talca ricana.
– Prenez garde, Osterren, ça ressemblerait presque à des excuses. Heureusement que votre orgueil démesuré est là pour vous empêcher d’aller plus loin dans cette voie, sinon je ne vous reconnaîtrais plus.
Le Général grinça des dents.
Enfin, ils se mirent à descendre.

Dès qu’il eut à nouveau le sol ferme sous les pieds, Osterren tourna les talons sans un regard pour Jemril et Seronn.
– Seqeral, Delental, préparez notre départ, nous rentrons au pays. Laissez une charrette et des vivres à la disposition de la princesse.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/ En ligne
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5310
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Mar 26 Mar - 12:13

Épilogue


Depuis de longs mois, la guerre fait rage entre Bilipossa et Tilmand. Comme lors des précédentes, nul ne parvient à prendre un net avantage sur l’autre.

Au Lacteng, la santé du roi Féénaur XXVIII a rapidement décliné, sans que son épouse Jalilia n’ait portée d’enfant. À peine le souverain avait-il expiré que sa veuve annonça son remariage avec le duc de Reymar, jusque-là membre de l’état-major de l’armée. Certains membres de la noblesse ne sont pas satisfaits de ce nouveau couple royal, d’autant qu’aucune goutte de sang de l’ancienne dynastie ne coule dans ses veines. Ils aimeraient voir l’ex- princesse Vhondé monter sur le trône. Elle a été répudiée par son père, mais ses partisans affirment que Jalilia l’avait envoûté, et que ce bannissement n’a donc aucun caractère légal.
En toute discrétion, des enquêteurs ont été dépêché dans les micro-royaumes du sud, à la recherche de la princesse. En vain jusqu’à maintenant.

Dans la cour de la ferme, Jemril étrille Carotte, le cheval de labour, et se demande encore une fois qu’est-ce qui est passé par la tête de Seronn quand celui-ci a décidé de donner des noms de légumes et de fruits à tous les animaux de sa ferme.
Il jette un œil vers la terrasse : assis sur son banc favori, Seronn, l’heureux propriétaire des lieux, reprise une paire de chaussettes. Vhondé pose quatre tasses sur un tonneau, ainsi que des sachets d’herbe. C’est bientôt l’heure du thé.
Son jeune fils, qui commence à trottiner, gambade en gazouillant. Quand elle estime qu’il s’éloigne de trop, sa mère le rappelle à l’ordre :
– Jemronn, ne va pas trop loin !
Seronn lève les yeux vers le gamin. Comme d’habitude à chaque fois qu’il entend ce nom, il ne peut s’empêcher d’être fier. Jemril, lui, grimace. Il n’arrive toujours à s’y faire : penser que son nom a été mixé à celui de Seronn pour nommer le nouveau-né le fait toujours autant tiquer. Mais quand ses yeux se posent sur l’enfant, son expression s’adoucit aussitôt. Il a perdu un frère mais gagné de vrais amis, une nouvelle famille. Il surprend Seronn qui le regarde et s’en veut d’avoir baissé sa garde.
– Qu’est-ce que tu regardes, imbécile ?
– Il est mignon, hein ? demande Seronn.
– Peuh, ce n’est qu’un gosse comme un autre. Pas de quoi en faire un fromage.
Mais il le regarde à nouveau, au cas où il tomberait, se ferait mal ou se mettrait en danger.
Ni Seronn ni Vhondé ne sont dupes. Ils échangent un regard et un sourire complice.


Que le reste du monde se batte, que les gens s’écharpent dans de vaines guerres de pouvoir. Eux trois ont trouvé la paix.




Ainsi s'achève Pérégrinations, histoire commencée en 2009 !


_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/ En ligne
Notsil
Candy
avatar

Messages : 2980
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Mar 26 Mar - 16:40

Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants !

Trop mignon :)

Bien fait pour Osterran, les Piminomos vaincront !

Bon sinon, c'est qui le chéri "officiel" de Vhondé, du coup ? ^^ Ou ils font ménage à 3 ? ^^

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5310
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Mar 26 Mar - 17:02

Ni l'un ni l'autre, à vrai dire !

On le saura un jour... dans la suite que j'écrirai une de ces prochaines... euh... années !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/ En ligne
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2381
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Mar 26 Mar - 22:33

Voilà, fini de tout copier... je lirai la fin lorsque j'en aurai le temps.

Je note un truc, j'ai pas vu beaucoup de numérotation... en revanche, l'épilogue porte bien son nom. Un détail soit dit en passant.

La question de Notsil m'interpelle...
Citation :
Bon sinon, c'est qui le chéri "officiel" de Vhondé, du coup ? ^^ Ou ils font ménage à 3 ? ^^
ainsi que la dernière phrase de l'épilogue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4079
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Lun 22 Avr - 14:16

Ma lecture sera pour plus tard, quand j'aurai un nouveau pc. Je me demande même si je ne vais pas tout relire depuis le début?

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Notsil
Candy
avatar

Messages : 2980
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Lun 22 Avr - 15:03

Ca serait bien oui, ça te remettrait tout en tête ^^

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5310
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Lun 22 Avr - 20:28

Yep, vaut mieux !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/ En ligne
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2381
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   Lun 27 Mai - 0:26

Merci minos pour ce doux moment de lecture / critique / betalecture... j'ai terminé pérégrinations et j'ai franchement beaucoup aimé ce final. Comme d'habitude, cela va de paire avec un certain nombre de commentaires.

La version détaillée va être déposée dans les minutes qui viennent dans tes MP sur heilénia.

Belle histoire au demeurant et bien menée. Une aventure se termine, une autre continue. Poursuivras-tu jusqu'à son dénouement tel'ay ? Il faudra que je me fasse violence pour réussir à tout lire, mais je crains que le temps soit un grain si fin qu'il me glisse entre les doigts sans que je puisse le retenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pérégrinations III : le Général en Chef de la Légion Mauve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Pérégrinations féeriques au royaume des magies
» Quelques ouvrages repérés cet été au fil de mes pérégrinations
» Berkberkberk
» Hiromu Arakawa
» 14e Bataillon de Chasseurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Nos écrits et illustrations du monde de Galéir :: Galéir : les autres histoires-
Sauter vers: