Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Seronn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3063
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Seronn   Mar 1 Juil - 22:04

Bouh le méchant est en train de gagner !

Bon, comme les gentils se sont montrés suffisamment stupides pour ne pas attaquer à 3 de front, je suppose qu'ils lui ont laissé une surprise à retardement ? ^^

Vivement la suite ^^

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Mar 1 Juil - 22:08

Notsil a écrit:
Bouh le méchant est en train de gagner !
Vi. Twisted Evil
Notsil a écrit:
Bon, comme les gentils se sont montrés suffisamment stupides pour ne pas attaquer à 3 de front, je suppose qu'ils lui ont laissé une surprise à retardement ? ^^
Même pas. C'est con, un gentil, à croire que l'un après l'autre, ils pourraient éventuellement vaincre, affaiblir l'adversaire et espérer que l'effet de surprise puisse jouer pour leurs collègues qui les suivent.Twisted Evil
Notsil a écrit:
Vivement la suite ^^

Je dirais bien que la conclusion de l'histoire arrivera ce soir, mais ça devrait être plutôt demain. Very Happy

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4143
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Seronn   Mer 2 Juil - 18:55

Ce chapitre surprend!!! Ca c'est une certitude! Very Happy
Mais j'aime bien! Pour une fois, les gentils tout plein sont en train de se faire rétamer par le méchant big boss qui n'a peur de rien.
toujours aussi bien écrit, cette histoire a réussi à se faire une place dans mon top des histoires les plus intrigantes.
Du bon Minos donc!

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Mer 2 Juil - 22:07

Et un dernier chapitre pour clore l'histoire !

Chapitre IX : Un nouveau dieu dans les cieux

Dès qu’il l’eut franchie, Laenn-Bor entendit un bruit sourd. Il se retourna et vit, incrédule, son corps – ou plutôt celui de Seronn – à terre, de l’autre côté de la Porte Céleste. Il baissa les yeux et vit qu’il n’avait plus de corps, qu’il n’était plus qu’un ectoplasme, perdu au milieu d’un ciel étoilé. Derrière lui, par le portail magique, il distingua la clairière enneigée.
Il haussa mentalement les épaules qu’il n’avait plus, et scruta son nouvel environnement. Rien de particulier de prime abord, jusqu’à ce qu’il distingue des visages face à lui, qui lui souriaient, bienveillants.

Etranges visages que ceux-là : leurs traits étaient composés d’étoiles et occupaient la majeure partie du firmament. Point d’épiderme pour eux : juste le vide insondable. Les Dieux ! Il avait rejoint les Dieux, c’était désormais une certitude !
Une émotion sans bornes l’étreignit, jusqu’à ce qu’il se rende compte que quelque chose y manquait. Oui, bien sûr : les battements enfiévrés d’un cœur mis à rude épreuve par l’événement qu’il était en train de vivre. Des crispations dans l’estomac. Un léger tremblement.
Il sourit intérieurement : les sensations physiques n’auraient visiblement bientôt plus aucun sens pour lui. Il fit un pas mental en avant, et il crut grandir. Un autre, et la sensation se confirma. Bientôt, ses perceptions englobèrent l’espace étoilé qui l’entourait, et la planète Galéir qu’il surplombait, magnifique globe vert et bleu. Elle semblait immense en contrebas, au contraire des minuscules lunes qui interprétaient leur sempiternel ballet.
S’il avait eu des yeux, Laenn-Bor aurait pleuré devant cette vision si enchanteresse. Il était littéralement devenu le Ciel.

Il n’était pas seul. Les visages qu’il avait vus se rapprochèrent, se superposèrent avant de se séparer, aussi immenses que le sien. Il leur sourit à son tour, avec la fierté de l’homme qui a accompli l’impossible. Les lèvres de l’un de ses vis-à-vis bougèrent, et une voix sourde envahit les cieux, mais en lui parlant directement dans sa tête. Etrange expérience. Indéfinissable.

– Nous te souhaitons la bienvenue, mon ami.
– Vous…vous êtes des dieux ? demanda Laenn-bor, ému.
– En effet. Nous veillons sur Galéir.
Laenn-Bor rugit de plaisir :
– Et me voilà votre égal, désormais ! Moi aussi je suis devenu un dieu !
– Oui, c’est vrai, toutes nos félicitations, mon ami. Il y a tant à observer, vous ne serez pas déçu, je puis vous l’affirmer. L’immortalité est une joie renouvelée tous les jours, et semble parfois suffire à peine pour tout appréhender.
– Je veux bien vous croire, s’esclaffa Laenn-Bor, avant de tiquer quelque peu sur l’une des paroles prononcées par le dieu :
– Vous avez dit observer ?
– En effet. Nous avons le pouvoir de tout voir, à jamais, quelle que soit l’époque, passée, présente ou à venir. A vrai dire, ces notions de temporalité n’existe pas pour nous, qui sommes, tout simplement.
– Mais…que pouvez-vous…pouvons-nous faire d’autre ?
– Qu’entendez-vous par là ?
– Je veux dire…en tant que dieux, nous pouvons agir, faire des miracles, intervenir. Bref, faire sentir notre toute-puissance !
– Non, mon ami.
– Non ? Comment ça, non ?
– Nous n’avons que le pouvoir d’être, et de tout voir. Et c’est un don énorme.
– Mais…vous vous fichez de moi ? Vous croyez peut-être que j’ai passé la moitié de ma vie à risquer ma peau pour un truc aussi nul ? Je veux le pouvoir ultime, celui de ne pas mourir, et d'intervenir directement dans la vie des Galéiriens, pour leur faire sentir ma toute-puissance, et qu’ils me vénèrent et me craignent.
L’autre rit franchement, avant de lui rétorquer :
– Voilà qui ne serait pas très juste pour l’ordre des choses. Et pourquoi voulez-vous intervenir sur leur vie ?
– Mais…pour le pouvoir, bien sûr ! Celui de faire ce que je veux, qu’ils m’obéissent au doigt et à l’œil, que je domine le monde entier !
– Mais vous le dominez.
– Je veux dire, pas littéralement ! Je veux être le maître du monde !
– Pourquoi ?
– Pour être l’être le plus important qui soit ! Pour que tous mes désirs soient réalisés sur-le-champ, bien sûr !
– Vous avez été assez intelligent pour trouver la voie qui mène à l’immortalité, et vous êtes assez bête pour croire qu’un tel pouvoir existe ?
– Ce n’est pas possible, je suis en plein cauchemar, marmonna Laenn-Bor.

Il se retourna vers la Porte Céleste, et se demanda l’espace d’un instant s’il ne devait la franchir à nouveau. il ne comprenait rien à ce qu’il lui arrivait. Comment croire que sa nouvelle condition ne lui offrait pas d’autres avantages que ceux décrits par les dieux ? Il devait forcément y avoir d’autres choses derrière la façade qu’ils avaient présentée.

Olani était éberluée. Après avoir subi de plein fouet l’attaque magique de Laenn-Bor, elle avait trouvé suffisamment de ressources pour ramper jusqu’au corps de Seronn, mais n’avait pas osé franchir la Porte Céleste. Elle s’aperçut néanmoins qu’une fois toute proche, elle pouvait percevoir ce qui se tramait au-delà, et elle put ainsi écouter la conversation entre Laenn-Bor et le dieu.
Voilà qui était incroyable ! Elle avait lutté ces vingt dernières années pour empêcher Laenn-bor de devenir un dieu, pour éviter qu’il ne fasse sentir aux Galéiriens le poids de sa tyrannie, tout cela pour apprendre aujourd’hui que sa victoire ne le lui permettrait pas !
Elle eut envie de rire et de pleurer en même temps.

Elle fit appel à ses dernières ressources magiques, et désactiva la magie de la Brisée des Dieux. La lumière à l’intérieur de la pierre disparut, et la Porte Céleste se referma.

Elle resta longtemps hébétée, l’esprit vidé de toute pensée cohérente. Elle ne bougea qu’à l’aube. Nerdalis et Zargax, ses derniers compagnons, étaient morts. A ses pieds gisait le corps de Seronn. C’est en le voyant enfin qu’elle sortit de sa torpeur. Elle avait recueilli l’âme de ce Seronn, et voilà que son corps avait été récupéré. Peut-être pourrait-elle réunifier les deux ?

Olani sortit la pierre tendhil d’une de ses poches, et sentit la présence du Lactengais à l’intérieur. Elle ne put déchiffrer ses pensées, si tant est qu’il était capable d’en avoir, au vu de sa situation.
Elle fit appel au reste de ses pouvoirs, et fut aussitôt confrontée à une atroce migraine. Elle avait décidément trop tiré sur ses réserves. Il lui fallait du repos rapidement. Mais elle refusa d’abdiquer : elle voulait absolument que tout rentre dans l’ordre avant de se permettre de restaurer ses forces.
De son autre main, elle toucha le corps de Seronn, abandonné par Laenn-Bor. Elle se concentra, anima la pierre tendhil, s’empara de l’âme qui y était prisonnière et, se servant de son corps comme d’un canal de circulation, rendit l’esprit de Seronn à son corps. Puis elle s’écroula, haletante, au bord de l’épuisement.

Seronn ouvrit les yeux, décontenancé. Il se tâta, incertain, et regarda longuement ses mains, l’air hébété. Il se gratta l’entrejambe, et enfonça un doigt dans son nez pour y fourrager allègrement. Il rota et péta. Ensuite et ensuite seulement, il se leva avec précaution et, bras levés vers le ciel en signe de victoire, cria :
– Je suis libre !

Il ne remarqua Olani qu’à ce moment là, quand ses yeux tombèrent par hasard sur sa silhouette prostrée et incapable de bouger. Il cria derechef :
– Horreur, une sorcière !

Et il s’enfuit en courant.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3063
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Seronn   Mer 2 Juil - 22:16

Une chouette fin, entre la désillusion du bonhomme (j'imagine bien un "NOOOON" de désespoir lorsque la miss lui ferme la porte ^^), et Seronn qui n'a rien compris du tout et qui laisse sa sauveuse à la merci des bêtes sauvages Razz

Il s'enfuit pour qu'on le retrouve plus tard ?

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Mer 2 Juil - 22:19

On le retrouvera quand j'aurais moins de textes à écrire...dans quelques mois.

Pfeuh, je dis ça, et si ça se trouve, je vais avoir des idées dès demain, voire ce soir.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4143
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Seronn   Mer 2 Juil - 22:21

Une fin inatendue et très réussi que voici! Very Happy
Seronn, toujours aussi con lol!
Vivement que tu aies des idées et qu'on le retrouve!

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titi

avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Seronn   Mer 2 Juil - 23:19

Une bien jolie chute que voilà, et pour une fois ce sont les méchants qui se font bien avoir. (enfin les gentils aussi mais ils pouvaient pas savoir).

Quelques coquilles signalées en direct à l'auteur Wink
Le coup des émeraudes dans les temples m'a donné 2/3 idées, déjà archi vues mais on sait jamais. (enfin comptez pas sur moi pour écrire sur galéir dans un proche avenir hein, pas le temps)
Le réveil de Seronn, un peu too much à mon goût.
Et la civilisation disparue des Nazca machin qu'on semble bien partis avec Minos pour faire coller avec les cités perdues de la plaine centrale.

Voilà voilou, une fin bien mieux construite que le début même si elle fut parachutée assez peu discrètement Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Mer 2 Juil - 23:22

Mici l'ami !

Et oui, les enfants, J'AI FINI UNE HISTOIRE !

Suivant ! Razz

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Titi

avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Seronn   Mer 2 Juil - 23:27

Et Tel'Ay Mi Nag alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Mer 2 Juil - 23:30

J'ai dit "une", pas toutes.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3063
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Seronn   Jeu 3 Juil - 0:53

Il voulait dire que tu avais également fini Tel Ay ^^ Pas le 2 certes mais bon ^^

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Jeu 3 Juil - 0:56

Hum...je dois être fatigué... Razz

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2398
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 44
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: Seronn   Ven 4 Juil - 0:13

Et voilà, tout lu les trois derniers chapitres. très bon, j'adore le descriptif de l'environnement bien que trop rapide et pas suffisamment parlant à mon goût mais j'ai beaucoup aimé l'histoire.

Des coquilles et répétitions à la pelle, quelques termes bizarrement choisi mais je soupçonne que le but ultime de cette histoire n'ai pas un pur exercice de littérature. (verbe avoir choisi sciemment).

Je note en revanche que d'une certaine façon j'ai ressenti comme quelques ressemblances lointaines avec "Le Créateur". Peut-être la longue explication à huit clos, la discution avec la déité supérieure... Je sais pas trop !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Ven 4 Juil - 0:20

Merci pour l'avis. Wink

Et honte à moi, qui n'a toujours pas lu "le Créateur"... Embarassed

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2398
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 44
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: Seronn   Ven 4 Juil - 0:27

Bouououououou, la honte, un texte aussi court et qui se lit d'un trait sans même s'arrêter entre temps... affraid Shocked Rolling Eyes Et qui avec un peu de chance sera peut-être publié l'année prochaine...

Si tu préfères le un peu plus long, lance toi dans Dispergerum Antercessor, ça avance bien, et encore mieux si j'avais quelques avis de lecteur (/écrivains), heu non, lecteurs tout court...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Ven 4 Juil - 0:34

Je vais voir ce que je peux faire. Wink

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Mickael

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 26/01/2009
Localisation : Lorient

MessageSujet: Re: Seronn   Lun 26 Jan - 1:03

Bonjour,

voici ma critique de Seronn dans sa version 3.

Je ne connais pas le contexte du texte et je n'ai pas non plus lu le fils de discussions consacré à ce texte, mais je trouve curieux de le voir découpé en 9 chapitres, de longueur inégale, alors qu'en fait il s'agit d'une grosse nouvelle (~55000 signes).

1) Je n'ai pas crû un instant dans cette histoire de poule. Bien sûr, tu vas me répondre "Ah mais non, ce n'est pas une poule, c'est un Piminomo !". Sans doute, mais en tant que lecteur, je n'ai pas crû un instant dans cette histoire de poule. Les cinq premiers paragraphes sont à supprimer, ils sont artificiels : l'amorce ne sert plus à rien une fois que tu as lancé ton récit. Intègre-les plutôt sous la forme de flash-back, comme tu le feras par la suite, pour contextualiser la situation de Seron. Commence directement ton récit par "Seronn était déprimé. L’automne touchait à sa fin, et une température chaque jour un peu plus glaciale pesait lourdement sur la forêt de DékongLa." Je suis lecteur, il faut me prendre à la gorge dès le début, je n'ai pas de temps à perdre. Plante le décor tout de suite, la cabane dans la forêt, Seron qui rumine sur son infortune, l'animal.

2) Seron sauvé par la poule. Qu'apporte ce chapitre à l'histoire ? Quelle nécessité s'impose à Seron pour qu'il puisse croire que la déesse va surgir de la forêt ? Cette relation entre l'événement "la forêt qui bruisse" et la croyance de Seron n'est pas claire.

3) Seron parle à la poule (ou l'inverse). Le procédé du flash-back est intéressant ici, mais le chapitre est beaucoup trop court : ton texte global s'en trouve déséquilibré.

4) Seron transmué en pierre. L'idée est excellente mais tu vois bien qu'elle est desservie par tout ce qui précède.

5) Les chasseurs : rien à dire sur cette partie.

6) L'interlude : hop ! On perd le fil et on passe à autre chose ! Il était une fois, dans une lointaine galaxie, etc., etc. En fait cette partie cherche à justifier le chapitre précédent. Question : et pourquoi faudrait-il justifier les raisons pour lesquelles le magicien est pourchassé, mmmh ? Qu'apporte cette justification au lecteur ?

7) Où en en étions nous ? Ah oui, avec les chasseurs. Ah non, on revient à Lann-Bor. J'admets n'avoir rien compris à cette partie, sauf la dernière phrase : "Il entra dans la clairière dans laquelle reposait la Brisée des Dieux, qui attendait qu’il y vienne accomplir son destin." Alors que l'histoire a mis beaucoup de temps à s'installer, tu déverses, tout d'un coup sur la tête de ce pauvre lecteur, tout l'univers de Galéir !

huit) Rien à dire sur cette partie là, elle se lit avec plaisir. J'ai replongé dans le fil du texte et j'ai hâte de lire la suite.

9) Bien aussi. Peut être faudrait travailler sur la description de la nouvelle situation de Lann-Boer en l'étoffant, je trouve que le terme "ectoplasme" est un peu court : le contraste n'en serait que plus cruel.

Clobalement, je dirai que ton texte souffre d'un défaut de construction, c'est-à-dire qu'il n'est pas assez équilibré (et ce déséquilibre se voit dans le découpage des chapitres). Tu n'évites pas non plus les deux Syndromes que l'on retrouve souvent chez les apprentis-auteurs :

  • le syndrome du vocabulaire, que l'on peut traduire par "J'ai découvert un nouveau mot, il faut absolument que je le place quelque part dans mon récit" : je pense ici à "compère et commère" au premier chapitre ;
  • 2) le syndrome des métaphores ou "Je colorie mon récit avec des métaphores récurrentes". Pour prendre un seul exemple, toute la gamme cardiaque y passe : le cœur battit violemment, il s’emballa, quelque chose de sinistre brûlait au fond de lui, il est battant à tout rompre, il va même peut être s’arrêter de battre, quand il n'est pas pris de battements enfiévrés.


Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/journal/
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Lun 26 Jan - 1:48

Mickael a écrit:
Je ne connais pas le contexte du texte et je n'ai pas non plus lu le fils de discussions consacré à ce texte, mais je trouve curieux de le voir découpé en 9 chapitres, de longueur inégale, alors qu'en fait il s'agit d'une grosse nouvelle (~55000 signes).
Au début, c'était une historiette. Puis une autre... puis encore une autre. En fin de compte, j'ai décidé d'en faire une histoire globale, et ai pondu un plan en cours de route. Que le texte en lui-même soit déséquilibré est donc normal vu le processus. Par contre, il est vrai que le tout, considéré comme une seule histoire, aurait mérité une refonte de par sa conception finale...
Mickael a écrit:
1) Je n'ai pas crû un instant dans cette histoire de poule. Bien sûr, tu vas me répondre "Ah mais non, ce n'est pas une poule, c'est un Piminomo !". Sans doute, mais en tant que lecteur, je n'ai pas crû un instant dans cette histoire de poule. Les cinq premiers paragraphes sont à supprimer, ils sont artificiels : l'amorce ne sert plus à rien une fois que tu as lancé ton récit. Intègre-les plutôt sous la forme de flash-back, comme tu le feras par la suite, pour contextualiser la situation de Seron. Commence directement ton récit par "Seronn était déprimé. L’automne touchait à sa fin, et une température chaque jour un peu plus glaciale pesait lourdement sur la forêt de DékongLa." Je suis lecteur, il faut me prendre à la gorge dès le début, je n'ai pas de temps à perdre. Plante le décor tout de suite, la cabane dans la forêt, Seron qui rumine sur son infortune, l'animal.
Ah mais non, c'est pas une poule, c'est... hum, bref.
Je suis entièrement d'accord après avoir relu le début. Dans le cadre d'une longue nouvelle, en flash-back ça passerait mieux.
Mickael a écrit:
2) Seron sauvé par la poule. Qu'apporte ce chapitre à l'histoire ? Quelle nécessité s'impose à Seron pour qu'il puisse croire que la déesse va surgir de la forêt ? Cette relation entre l'événement "la forêt qui bruisse" et la croyance de Seron n'est pas claire.
Dans son contexte, cette historiette voulait dire "hey, regardez les gens, comment je me débrouille trop bien pour rendre intéressante mon invention des Piminomos, et comment j'arrive à intégrer un démoloss, une créature inventée par Evangile !"
Je prends bonne note du rapport entre les bruissements et la déesse. A vrai dire, maintenant que tu le dis, je ne vois pas le rapport non plus. Razz
Mickael a écrit:
3) Seron parle à la poule (ou l'inverse). Le procédé du flash-back est intéressant ici, mais le chapitre est beaucoup trop court : ton texte global s'en trouve déséquilibré.
Il me semble que je ne savais pas trop comment tourner le chapitre suivant, d'où le découpage rapide. Ce chapitre et le suivant mériteraient une fusion, m'est avis...
Mickael a écrit:
4) Seron transmué en pierre. L'idée est excellente mais tu vois bien qu'elle est desservie par tout ce qui précède.
Au sens où tout ce qui précède ne sert pas l'histoire, oui. Mais ce qui précède permet aussi de poser l'histoire, de personnaliser le contexte et Seronn en particulier. Bref, le début gagnerait peut-être à être compacté, si j'ai bien suivi ?
Mickael a écrit:
6) L'interlude : hop ! On perd le fil et on passe à autre chose ! Il était une fois, dans une lointaine galaxie, etc., etc. En fait cette partie cherche à justifier le chapitre précédent. Question : et pourquoi faudrait-il justifier les raisons pour lesquelles le magicien est pourchassé, mmmh ? Qu'apporte cette justification au lecteur ?
C'est évidemment juste avant d'écrire ce chapitre que j'ai pondu mon plan et commencé le replâtrage de l'histoire.
Hum... il me semblait important de le présenter car il devient le grand méchant. Ne pas le présenter serait revenu à dire "Hop, regardez le joli lapin que je sors de mon chapeau !". Or là, on sait qui il est, quel a été son parcours et quel est son but, ce qui est important pour la fin.
Mickael a écrit:
7) Où en en étions nous ? Ah oui, avec les chasseurs. Ah non, on revient à Lann-Bor. J'admets n'avoir rien compris à cette partie, sauf la dernière phrase : "Il entra dans la clairière dans laquelle reposait la Brisée des Dieux, qui attendait qu’il y vienne accomplir son destin." Alors que l'histoire a mis beaucoup de temps à s'installer, tu déverses, tout d'un coup sur la tête de ce pauvre lecteur, tout l'univers de Galéir !
Loin d'être faux, en effet. J'ai repris des éléments existants inventés par les uns et les autres et en ait concocté ma propre soupe. Le but était de jeter des passerelles entre les créations des différents auteurs. J'ai sans doute été bourrin pour le coup...
Mickael a écrit:
huit) Rien à dire sur cette partie là, elle se lit avec plaisir. J'ai replongé dans le fil du texte et j'ai hâte de lire la suite.
9) Bien aussi. Peut être faudrait travailler sur la description de la nouvelle situation de Lann-Boer en l'étoffant, je trouve que le terme "ectoplasme" est un peu court : le contraste n'en serait que plus cruel.
Il y a d'autres termes descriptifs un peu plus bas. Ceci dit, je viens de les relire et c'est vrai que le tout est un peu trop minimaliste... surtout pour l'avènement d'un dieu !
Mickael a écrit:
Tu n'évites pas non plus les deux Syndromes que l'on retrouve souvent chez les apprentis-auteurs :
le syndrome du vocabulaire, que l'on peut traduire par "J'ai découvert un nouveau mot, il faut absolument que je le place quelque part dans mon récit" : je pense ici à "compère et commère" au premier chapitre ;
Mais-heu ! Oui, je me la pète avec ces deux mots , mais pas seulement. Ils ont aussi pour but de personnaliser la société du Lacteng, dans le genre "dans cette partie du monde, on ne dit pas parrain et marraine mais compère et commère. ça fait des différences régionales, selon les termes qu'emploient les différents auteurs, et je trouve ça sympa (vestiges de mes études d'histoire, faut croire).
Mickael a écrit:
le syndrome des métaphores ou "Je colorie mon récit avec des métaphores récurrentes". Pour prendre un seul exemple, toute la gamme cardiaque y passe : le cœur battit violemment, il s’emballa, quelque chose de sinistre brûlait au fond de lui, il est battant à tout rompre, il va même peut être s’arrêter de battre, quand il n'est pas pris de battements enfiévrés.
Tiens, me v'là avec un nouveau tic d'écriture à corriger, personne ne l'avait vu, celui-là, moi y compris. Razz

En tout cas, merci pour l'avis bien constructif ! Very Happy

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2398
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 44
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: Seronn   Mar 27 Jan - 14:03

Ouaou, ça c'est de la critique construite comme on aimerait en voir plus souvent.

Avec le temps que j'ai passé en béta lecture sur ce texte c'est très profitable de lire tout cela, pour Seronn, bien entendu, mais pour moi aussi. Je relirai mes textes avec une vision différente la prochaine fois...

Merci Mickael,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Mickael

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 26/01/2009
Localisation : Lorient

MessageSujet: Re: Seronn   Jeu 29 Jan - 0:47

Minos a écrit:
Au sens où tout ce qui précède ne sert pas l'histoire, oui. Mais ce qui précède permet aussi de poser l'histoire, de personnaliser le contexte et Seronn en particulier. Bref, le début gagnerait peut-être à être compacté, si j'ai bien suivi ?

Peut être pas plus compact, mais plus direct, oui. Quelque chose comme ça par exemple :

"Assis au bord de la clairière près de l'abri qu'il avait maladroitement réussi à se construire, Seronn ruminait sa désertion des armées du roi. (flashback sur sa formation)
Il déprimait assis là, sous l’automne finissant et cette température chaque jour un peu plus glaciale qui pesait lourdement sur la forêt de DékongLa.
(flashback sur sa formation)"


Tu vois l'idée ?

Minos a écrit:
Hum... il me semblait important de le présenter car il devient le grand méchant. Ne pas le présenter serait revenu à dire "Hop, regardez le joli lapin que je sors de mon chapeau !". Or là, on sait qui il est, quel a été son parcours et quel est son but, ce qui est important pour la fin.

Peut-être alors présenter des brides de son histoire au cours du récit, via un dialogue entre les chasseurs par exemple.

Minos a écrit:
Il y a d'autres termes descriptifs un peu plus bas. Ceci dit, je viens de les relire et c'est vrai que le tout est un peu trop minimaliste... surtout pour l'avènement d'un dieu !

Trop minimaliste, voilà : il franchit la porte et devient comme un ectoplasme. Il faudrait une description qui amène le lecteur à penser qu'il est devenu comme un ectoplasme.

Minos a écrit:
Ils ont aussi pour but de personnaliser la société du Lacteng, dans le genre "dans cette partie du monde, on ne dit pas parrain et marraine mais compère et commère. ça fait des différences régionales, selon les termes qu'emploient les différents auteurs, et je trouve ça sympa (vestiges de mes études d'histoire, faut croire).

L'idée de différences régionales est intéressante, je n'y avais pas pensé. Mais as-tu le temps de la développer dans 55 000 signes ?

Minos a écrit:
Tiens, me v'là avec un nouveau tic d'écriture à corriger, personne ne l'avait vu, celui-là, moi y compris. Razz

Il y a aussi

  • Son attention fut attirée par un mouvement en périphérie de son champ de vision
  • une silhouette indistincte apparut dans son champ de vision
  • et vit une ombre dans la limite de son champ de vision


Quand les 2 syndromes se rencontrent dans une seule phrase, on appelle ça une Guirlande Littéraire. Exemple que j'ai trouvé dans Bifrost:

"Les éclairs posaient leurs déchirures incandescentes sur le lassis insondable d'un ciel en deuil. Sous un linceul de ténèbres, les éléments en furie grondaient un cantique aux accents barbares"

Un orage, quoi.

Voilà pour la forme. Pour le contenu, je me permets de te renvoyer à "La couleur tombée du ciel" de Lovecraft et à "Cristal qui songe" de Sturgeon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/journal/
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Jeu 29 Jan - 1:06

Mickael a écrit:
Minos a écrit:
Au sens où tout ce qui précède ne sert pas l'histoire, oui. Mais ce qui précède permet aussi de poser l'histoire, de personnaliser le contexte et Seronn en particulier. Bref, le début gagnerait peut-être à être compacté, si j'ai bien suivi ?

Peut être pas plus compact, mais plus direct, oui. Quelque chose comme ça par exemple :

"Assis au bord de la clairière près de l'abri qu'il avait maladroitement réussi à se construire, Seronn ruminait sa désertion des armées du roi. (flashback sur sa formation)
Il déprimait assis là, sous l’automne finissant et cette température chaque jour un peu plus glaciale qui pesait lourdement sur la forêt de DékongLa.
(flashback sur sa formation)"


Tu vois l'idée ?
Parfaitement. Wink
Mickael a écrit:
Minos a écrit:
Hum... il me semblait important de le présenter car il devient le grand méchant. Ne pas le présenter serait revenu à dire "Hop, regardez le joli lapin que je sors de mon chapeau !". Or là, on sait qui il est, quel a été son parcours et quel est son but, ce qui est important pour la fin.

Peut-être alors présenter des brides de son histoire au cours du récit, via un dialogue entre les chasseurs par exemple.
Effectivement. L'histoire finie, j'aurais dû la reprendre pour lui donner une forme plus "conventionnelle", ou moins "à l'arrache".
Mickael a écrit:
Minos a écrit:
Il y a d'autres termes descriptifs un peu plus bas. Ceci dit, je viens de les relire et c'est vrai que le tout est un peu trop minimaliste... surtout pour l'avènement d'un dieu !

Trop minimaliste, voilà : il franchit la porte et devient comme un ectoplasme. Il faudrait une description qui amène le lecteur à penser qu'il est devenu comme un ectoplasme.
Yep, à revoir...
Mickael a écrit:
Minos a écrit:
Ils ont aussi pour but de personnaliser la société du Lacteng, dans le genre "dans cette partie du monde, on ne dit pas parrain et marraine mais compère et commère. ça fait des différences régionales, selon les termes qu'emploient les différents auteurs, et je trouve ça sympa (vestiges de mes études d'histoire, faut croire).

L'idée de différences régionales est intéressante, je n'y avais pas pensé. Mais as-tu le temps de la développer dans 55 000 signes ?
Hum, j'inverse la problématique, pour ma part. Le contenu de l'histoire n'est pas dépendant du nombre de signes, mais l'inverse : j'écris mon contenu et ça donne X signes en fin de compte. Bref, je ne considère pas les standards du genre comme étant essentiels à respecter quand je commence une histoire. Peut-être quand je les prendrais en compte d'une manière automatique, à force...
Mickael a écrit:
Minos a écrit:
Tiens, me v'là avec un nouveau tic d'écriture à corriger, personne ne l'avait vu, celui-là, moi y compris. Razz

Il y a aussi

  • Son attention fut attirée par un mouvement en périphérie de son champ de vision
  • une silhouette indistincte apparut dans son champ de vision
  • et vit une ombre dans la limite de son champ de vision


Quand les 2 syndromes se rencontrent dans une seule phrase, on appelle ça une Guirlande Littéraire. Exemple que j'ai trouvé dans Bifrost:

"Les éclairs posaient leurs déchirures incandescentes sur le lassis insondable d'un ciel en deuil. Sous un linceul de ténèbres, les éléments en furie grondaient un cantique aux accents barbares"

Un orage, quoi.
Razz. C'est donc ça dont tu me parlais ce midi ! Je ne l'avais pas compris ainsi : je croyais que tu parlais d'expressions imagées bancales.
Mickael a écrit:
Voilà pour la forme. Pour le contenu, je me permets de te renvoyer à "La couleur tombée du ciel" de Lovecraft et à "Cristal qui songe" de Sturgeon.
Faudra que je relise le premier, alors, vu que je l'ai, même si je ne suis pas fan (tiens, d'ailleurs je viens de m'apercevoir que je l'ai en deux exemplaires... y'en a peut-être un à toi Rolling Eyes ).

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Mickael

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 26/01/2009
Localisation : Lorient

MessageSujet: Re: Seronn   Jeu 29 Jan - 2:06

Minos a écrit:
Mickael a écrit:
L'idée de différences régionales est intéressante, je n'y avais pas pensé. Mais as-tu le temps de la développer dans 55 000 signes ?
Hum, j'inverse la problématique, pour ma part. Le contenu de l'histoire n'est pas dépendant du nombre de signes, mais l'inverse : j'écris mon contenu et ça donne X signes en fin de compte. Bref, je ne considère pas les standards du genre comme étant essentiels à respecter quand je commence une histoire. Peut-être quand je les prendrais en compte d'une manière automatique, à force...

D'accord, je comprends : mais dans ce cas, lorsque tu as finis ton histoire, demande-toi si ces différences régionales apportent quelque chose en plus à ton histoire.

Mickael a écrit:
Minos a écrit:
Quand les 2 syndromes se rencontrent dans une seule phrase, on appelle ça une Guirlande Littéraire. Exemple que j'ai trouvé dans Bifrost:

"Les éclairs posaient leurs déchirures incandescentes sur le lassis insondable d'un ciel en deuil. Sous un linceul de ténèbres, les éléments en furie grondaient un cantique aux accents barbares"

Un orage, quoi.
Razz. C'est donc ça dont tu me parlais ce midi ! Je ne l'avais pas compris ainsi : je croyais que tu parlais d'expressions imagées bancales.

Ce que tu appelles des expressions imagées bancales, j'appelle ça des clichés ou des poncifs. C'est mécanique, de la forme "Le coeur qui X", avec X = n'importe quel verbe. Pire, c'est de la routine dans l'écriture, des expressions toutes faites dont je n'ai plus qu'à parsemer mon texte.

Minos a écrit:
Faudra que je relise le premier, alors, vu que je l'ai, même si je ne suis pas fan (tiens, d'ailleurs je viens de m'apercevoir que je l'ai en deux exemplaires... y'en a peut-être un à toi Rolling Eyes ).

Vivement l'édition numérique tiens, on n'aura plus à se poser ces questions d'exemplaires en double ou en triple !

Où est-ce qu'on s'inscrit comme beta-lecteur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/journal/
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Seronn   Jeu 29 Jan - 2:14

Mickael a écrit:
D'accord, je comprends : mais dans ce cas, lorsque tu as finis ton histoire, demande-toi si ces différences régionales apportent quelque chose en plus à ton histoire.
ça personnalise l'histoire, en lui donnant une petite touche d'originalité, je trouve. J'aime bien les petits détails qui font vrais, ça habille un texte et fait se souvenir aux lecteurs que l'histoire ne se passe pas dans le Poitou-Charentes.
Mickael a écrit:
Ce que tu appelles des expressions imagées bancales, j'appelle ça des clichés ou des poncifs. C'est mécanique, de la forme "Le coeur qui X", avec X = n'importe quel verbe. Pire, c'est de la routine dans l'écriture, des expressions toutes faites dont je n'ai plus qu'à parsemer mon texte.
Enfin je vois ce que tu veux dire (ouf !). J'avais effectivement lu ce genre de critique concernant le "noir de jais", par exemple, poncif de chez poncif. Hum, va faloir qu'on se fasse une liste...

Mickael a écrit:
Où est-ce qu'on s'inscrit comme beta-lecteur ?
Dans la catégorie "salle de classe", sous-forum "écriture", tu peux te créer un nouveau topic si tu veux.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Mickael

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 26/01/2009
Localisation : Lorient

MessageSujet: Re: Seronn   Jeu 29 Jan - 2:15

aj crime a écrit:
Ouaou, ça c'est de la critique construite comme on aimerait en voir plus souvent.

Avec le temps que j'ai passé en béta lecture sur ce texte c'est très profitable de lire tout cela, pour Seronn, bien entendu, mais pour moi aussi. Je relirai mes textes avec une vision différente la prochaine fois...

Merci Mickael,

Merci ! Si d'autres personnes sur le forum sont intéressées par mon point de vue, je suis prêt à discuter de leurs textes (dès que j'aurai trouvé la bonne section).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/journal/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seronn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seronn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Nos écrits et illustrations du monde de Galéir :: Galéir : les autres histoires-
Sauter vers: