Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'apprenti Sith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Darth Sebi



Messages : 794
Date d'inscription : 07/12/2009
Age : 31
Localisation : Vosges - France

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Sam 16 Avr - 0:18

De mon côté, j’ai bien aimé cette partie. Par contre, je vais rejoindre les avis précédents concernant les émotions du petit vis-à-vis de la disparition de sa mère. Hâte de lire la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2360
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Sam 16 Avr - 10:58

Bon encore de la lecture pour ce soir... je crois que je passerai mon temps entre faire la fiche pour le déchronologue et la lecture de vos productions de cette semaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2360
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Sam 16 Avr - 23:46

bon, voilà de la lecture qui me semble intéressante...

Citation :
Son maitre ne lui avait jamais paru proche, pourtant Chloan devinait déjà qu’il resterait distant.
j'ai l'impression d'une répétition de sens entre les deux complément... tu dis la même chose au final sans apporter grand chose de plus... et pis j'ai eu la sensation d'un trop de verbe "être" et "avoir" dans le paragraphe.

Citation :
celui-ci avait senti que rien ne pourrait j
un peu trop vague, il serait de préciser avec exactitude la nature de son ressenti...

Citation :
Il sentit ses yeux
répétition et on sent avec son odora...

Citation :
Un temps qu’il comptait mettre à profit pour étudier l’enfant qu’il allait devoir éduquer et supporter durant une bonne dizaine d’années.
à mon avis, cette phrase manque de concision pour être plus efficace.

Citation :
Il faudrait le distraire régulièrement de sa peine et lui fournir ... ... un Jedi. Il fallait corriger la situation au plus vite.
il "faut" beaucoup et souvent depuis le début du chapitre... à voir pour corriger cela ça sonne comme un tic d'écriture et c'est dommage parce que j'aime bien cette plume.

Citation :
foudroyer instantanément le gamin. Il inspira profondément
dommage, ces terminaisons dénature le sens par des inflations du sens...

Citation :
A ton âge, quelques mois ne font aucune différence…
au contraire, c'est là que les progrès sont flagrants, le garçon est en pleine construction de lui-même, il apprend chaque jour de la vie et accumule les nouvelles expérience avec juste ce qu'il faut pour commencer à en tirer des enseignements... même s'il faut rabâcher sans cesse les mêmes leçons

Citation :
Il te faut choisir ta voie. Chaque choix de ta vie modèle ton destin. Certains choix sont plus importants que d’autres, car tu ne peux revenir en arrière.
logisme, chaque choix est un renoncement... même s'il aurait fallu pouser le raisonnement plus loin, quitte à argumenter jusqu'au sophisme... pour un sith cela ne choquerait pas.

Citation :
Devant l’air ravi du gamin, Zilar songea qu’il avait encore beaucoup à apprendre sur la psychologie enfantine.
ça c'est clair... j'ai adoré comment le gamin à désarmé le maitre Sith.... excellentissime.


Voilà qui est bien dans la continuité du texte que j'ai lu il y a si longtemps.... c'est agréablement bien écrit, et tu passes du temps dans la tête des personnages, tu motives leurs jugements et leur argutie (même si ce dernier point mériterait d'aller un peu plus en profondeur) et tu as encore une fois cette sensibilité. Je trouve pour ma part que les doutes et la peur de l'enfant rende bien... le sommeil permet de tout oublier à cet age et l'intérêt du maitre Sith appelle à oublier pour se pencher vers l'avenir. Grosso modo, je pense que le passage est équilibré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Mer 16 Nov - 20:19

Oulà désolée pour le gros retard de réponse à ton com AJ :s

J'ai du passer vite fait lire sans avoir le temps de répondre, et puis le signalement lumineux ayant disparu, j'ai oublié Sad

Je réponds vite fait à 2-3 trucs - pour le reste je suis dac avec toi, va falloir reformuler et re-synonymiser Wink :

Tu me dis
Citation :
au contraire, c'est là que les progrès sont
flagrants, le garçon est en pleine construction de lui-même, il apprend
chaque jour de la vie et accumule les nouvelles expérience avec juste ce
qu'il faut pour commencer à en tirer des enseignements... même s'il
faut rabâcher sans cesse les mêmes leçons
-> sauf que le Sith, il n'a jamais eu de gosse, et ça, il ne le sait donc pas ^^
C'était davantage pour mettre en balance avec le gamin qui pointe chaque erreur - même minime - de sa part sur son âge (et les gamins sont très pointilleux avec ça en général).

Citation :
logisme,
chaque choix est un renoncement... même s'il aurait fallu pouser le
raisonnement plus loin, quitte à argumenter jusqu'au sophisme... pour un
sith cela ne choquerait pas.
-> là pareil en fait, bien sûr qu'il pourrait développer plus, mais il s'adresse à un gamin de 8 ans. Il ne sait pas exactement ce que connait un gamin de cet âge-là (je peux te dire que moi-même je me suis parfois posée la question quand je bossais à l'aquarium : à quel âge un gamin sait où se trouve l'amérique et la russie par rapport à la France ??), et essaie de trouver un juste milieu tout en s'empêtrant un minimum quand même dans ses explications ^^

Merci encore pour ton avis en tout cas, ça soulève toujours des points intéressants qui permettent de voir si c'était la réaction du lecteur qu'on attendait ou pas.

Voici en avant-première pour vous le chapitre 8. Bon, il ne s'y passe pas grand chose sinon rien... Mais il faut bien poser les bases pour les chapitres suivants.

Comme d'hab, n'hésitez pas à traquer tout ce qui ne va pas !!



8. Lianna


Le Maitre Sith posa en douceur la navette sur l’emplacement que lui avait fourni le spatioport. Les derniers jours avaient été plus éprouvants qu’il ne l’aurait cru et l’espace confiné qu’ils partageaient ne lui avait laissé que peu de répit. Le gamin était enthousiaste, curieux, bavard, et n’arrêtait pas de sauter d’un sujet à l’autre.
Quand il ne s’arrêtait pas soudainement pour bafouiller, l’œil humide. Quand donc finirait-il le deuil de sa mère ?

–Alors ça y est, on est arrivé, cette fois ?
–Ton sac est prêt ? demanda sèchement Zilar.
–Oui, Maître, répondit-il avec ardeur.
Le Maître Sith soupira. Le Côté Obscur exigeait un grand sens du sacrifice, et semblait parfois se moquer de ses efforts. Lorsque Chloan pénétra dans le cœur de l’astroport, il fut envahi de sensations. C’était si grand, si lumineux, si noir de monde… Les grands panneaux de transparacier du toit permettaient au soleil d’inonder le complexe. La diversité des êtres présents était incommensurable. Un brouhaha incompréhensible montait de la foule. L’air était saturé d’odeurs corporelles propres à chaque espèce. Il se sentit tout petit, impuissant, perdu.

D’instinct, il agrippa la main de Zilar. Son dernier point de repère. Il avait trop peur de le perdre. Ce monde le terrifiait.
– Allons, Chloan, ce n’est qu’un astroport.
Le jeune garçon acquiesça en silence, mais ne lâcha pas la main salvatrice. Il ne connaissait du monde extérieur que les reportages holonet. Et la réalité était bien plus oppressante. Son regard papillonnait de droite et de gauche tant qu’il découvrait bothans, zabraks, mon calamari et autres sullustéens. Ce qu’il avait pris pour un végétal s’anima, il sursauta, surpris. Son Maitre le guidait vers l’une des interminables sorties de ce monstre de transparacier tentaculaire. Il s’y accrochait comme à une bouée de sauvetage.
– Maman !
Le cri aigue le figea sur place.
– Alyss ! La Force soit louée, j’ai cru t’avoir perdue !
Chloan n’entendit pas la suite du dialogue entre la petite zabrak et sa mère. Il était pétrifié. Une violente douleur poignardait son cœur tandis qu’une vague d’émotions le submergeait. Lui n’avait plus de mère. Il ne connaitrait plus ces instants intemporels entre ses bras.
Puis la colère remplaça la tristesse.
Ce n’était pas juste ! Pourquoi sa mère était-elle morte alors qu’il avait encore tant besoin d’elle ? Comment supporter que d’autres aient encore droit à ce bonheur ? C’était injuste.
Il les voyait, maintenant. Où qu’il pose les yeux, partout des mères enlaçaient leurs enfants, murmuraient des paroles de réconfort,
riaient aux éclats. Comment pouvaient-ils être aussi heureux, insensibles à son malheur ? Un grondement sourd pétrifia soudain la foule. Dans un
fracas étourdissant, un éclair frappa la verrière, se brisant en milliers d’étincelles dorées sous un ciel devenu sombre et menaçant.
Surpris, Chloan se jeta contre Zilar, terrifié par cet orage soudain.
– Tout va bien, tout va bien, murmura le Sith pour essayer
de détacher l’enfant. Et très impressionnant, ajouta-t-il pour lui-même.

A l’extérieur, nulle pluie. Ils grimpèrent dans un des speedertaxis qui attendaient. Le trajet fut long et silencieux.
Si le Maitre Sith doutait encore du potentiel de son apprenti, il venait d’avoir la démonstration éblouissante du contraire. Son don brut ne pourrait que s’améliorer avec un apprentissage adapté. S’il ne se consumait pas avant, il ferait des merveilles.


–Voici ta chambre.
Bouche bée, Chloan avança de quelques pas. Depuis son arrivée sur Lianna, il vivait un rêve… D’abord, l’astroport immense et majestueux. La ville
ensuite, Lola Curich. Les rues larges, propres, les files de speeders interminables… Et la demeure de Zilar. Un véritable palais ! Des colonnes et des escaliers en marbre. Plus de pièces qu’il ne savait compter.

Maintenant sa chambre. Une large baie en transparacier donnait sur le jardin ; un grand lit d’adulte, un bureau avec un ordinateur dernier cri. Des étagères couvertes de datacartes se trouvaient le long des murs.

–C’est… C’est… Merci merci merci ! s’exclama le petit garçon en sautillant de joie.

Chloann s’adapta rapidement à sa nouvelle vie. Quelques amitiés naquirent à l’école dans un premier temps ; avant que l’école ne soit reléguée à l’arrière-plan de ses pensées. Les cours particuliers dispensés par Zilar se révélaient bien plus intéressants. Des séances à la fois philosophiques et sportives, où le garçon apprenait à apprivoiser les changements de son corps ; à ouvrir son esprit à différentes cultures ; et surtout, à maitriser la Force. Le Maitre Sith n’avait pas eu d’élève aussi appliqué depuis longtemps. Après des débuts laborieux, Zilar avait rapidement cerné son apprenti. Un premier exercice qu’il réussissait avec une facilité déconcertante, suivi d’un second qui paraissait à peine plus difficile, auquel le garçon
échouait systématiquement. Intéressé par la réussite, il écoutait alors avec attention les méthodes pour y parvenir.

Petit à petit, Chloan acquit une aura d’assurance. Il ne s’en rendit pas compte immédiatement ; ses camarades de classe s’éloignèrent progressivement de lui comme ils percevaient ce déploiement de confiance. Lors des séances de jeux collectifs, ses adversaires commencèrent à s’écarter de lui. Car lorsque Chloan décidait de passer, il passait. Malheur à ceux qui tentaient d’opposer une résistance. Le jeune garçon filait droit sur ses objectifs, comme le lui avait enseignait Zilar.
Bientôt, l’école ne fut plus pour lui qu’un moyen d’obtenir des connaissances générales. Ses camarades l’ignoraient ? Fort bien. Il n’avait pas besoin d’eux. Ils étaient faibles ; lui était fort. C’était l’ordre naturel des choses.Maître Zilar avait raison.

Il ne savait pas que Zilar l’observait tandis qu’il gagnait en suffisance et arrogance. Le Maitre Sith allait devoir briser la ligne droite qu’il s’imaginait être son destin ; la progression sur la voie des Sith était sanctionnée par la souffrance.

Ce soir-là, quand Chloan rentra, son Maitre arborait un sourire retors. Perplexe, il s’immobilisa : l’avait-il déçu ?
– Tu vas être content, Chloan. J’ai décidé que tu étais prêt à commencer l’entrainement au sabrelaser.

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2360
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Sam 19 Nov - 0:02

Citation :
-> sauf que le Sith, il n'a jamais eu de gosse, et ça, il ne le sait donc pas ^^
C'était
davantage pour mettre en balance avec le gamin qui pointe chaque erreur
- même minime - de sa part sur son âge (et les gamins sont très
pointilleux avec ça en général).

Citation :
-> là pareil en fait, bien sûr qu'il pourrait
développer plus, mais il s'adresse à un gamin de 8 ans. Il ne sait pas
exactement ce que connait un gamin de cet âge-là (je peux te dire que
moi-même je me suis parfois posée la question quand je bossais à
l'aquarium : à quel âge un gamin sait où se trouve l'amérique et la
russie par rapport à la France ??), et essaie de trouver un juste milieu
tout en s'empêtrant un minimum quand même dans ses explications ^^

Bon, je ne sais plus ce que j'ai lu, ni pourquoi j'ai fait ces remarques... normal avec ce retard... mais c'est pas grave, de ces deux réflexions que tu me livres je ne poserais qu'une seule question... Est-ce que le narrateur exprime ces incompréhensions de la part du maître Sith ? D'où un conseil : Marque plus dans ton texte les interrogations du maitre ainsi que ses incapacités pour que le lecteur n'aie pas de questions à se poser.


Bon je ne sais pas si j'aurai le temps de tout lire malgré que ce soit court.

Citation :
que lui avait fourni le spatioport
"indiqué" en tout cas pas fournir.

Citation :
Les derniers jours avaient été plus éprouvants
qu’il ne l’aurait cru et l’espace confiné qu’ils partageaient ne lui
avait laissé que peu de répit
Même si on le devine, ce "ils" tombe des nues. Si non, je pense que cette phrase, riche de trop de petits mots, manque de concision, à reformuler.

Citation :
et n’arrêtait pas de sauter d’un sujet à l’autre.
c'est vague ça... tu pourrais développer et donner plus de précision pour que l'action s'enrichisse.

Citation :
Lorsque Chloan pénétra dans le cœur de l’astroport, il fut envahi de sensations
"Des sensations envahirent Chloan lorsqu'il pénétra dans le terminal de l'astroport." je pense et si le décors lui fournit des sensations, il faudrait les mêler à la description qui suit.

Citation :
Les grands panneaux de transparacier du toit permettaient au soleil d’inonder le complexe
Encore une fois, je verrais bien une inversion, commencer par le soleil, parce que l'on voit en premier (la lumière globale et ses détails de rayonnement) et ensuite les panneaux de transparacier en levant les yeux.

Citation :
La diversité des êtres présents était incommensurable
je ne pense pas que ce terme convienne à la diversité. Pis ça fait un peu trop trop, plus de simplicité, s'il te plait.

Citation :
Un brouhaha incompréhensible montait de la foule.
un brouhaha est par nature incompréhensible.

Citation :
L’air était saturé d’odeurs corporelles propres à chaque espèce
Encore une inversion pour simplifier la phrase et la rendre plus causale à mon avis : "les odeurs corporelles de chaque espèce saturaient l'air" et dans ce cas là tu peux ajouter un complément pour nous donner le ressenti du garçon. (les odeurs, c'est pas "propre" beurkkkk... enfin dans l'esprit.

Citation :
Et la réalité était bien plus oppressante.
la réalité l'oppressait bien plus".

Citation :
et de gauche tant qu’il découvrait
"alors que" serait peut-être plus juste.

Citation :
Son Maitre le guidait vers l’une des interminables sorties de ce monstre de transparacier tentaculaire.
J'ai cru que tu parlais du végétal animé, alors que tu parles de l'astroport.

Citation :
Il était pétrifié. Une violente douleur
"Pétrifié par une violente douleur" ou alors "émotions le submergeait, pétrifié" "vague d'émotions" est vague aussi, je trouve que tu ne les décris pas encore suffisamment dans les deux phrases suivantes.

Citation :
plus ces instants intemporels
je ne comprends pas trop pourquoi tu utilises ce mot... pourtant j'ai tenté de réfléchir. à voir.

Citation :
Puis la colère remplaça la tristesse.
Ce n’était pas juste ! Pourquoi sa mère
était-elle morte alors qu’il avait encore tant besoin d’elle ? Comment
supporter que d’autres aient encore droit à ce bonheur ? C’était
injuste.
Oui, là, y a des sentiments et des émotions.

Citation :
des mères enlaçaient leurs enfants
et les papa ? quelque soit les espèces ? Y en a qui n'ont pas de comportements sociaux comme ça, surtout dans un lieu aussi cosmopolite.

Citation :
Et très impressionnant, ajouta-t-il pour lui-même.
s'il l'ajoute pour lui-même alors il faudrait plutôt dissocier du morceau de dialogue précédent.

Citation :
Ils grimpèrent dans un des speedertaxis qui attendaient.
est ce bien utile... en revanche, tu pourrais rendre la chose plus dynamique : "à l'extérieur, un speedertaxis se stationna devant eux sur l'asphalte sèche. Ils montèrent et Zilar lança une adresse à la volée.

Citation :
il venait d’avoir la démonstration éblouissante du contraire
une démonstration éblouissante s'imposait contre ses doutes et préjugés, ce don brut s'améliorerait avec un apprentissage adapté."

Citation :
S’il ne se consumait pas avant, il ferait des merveilles
Trop de "il" dans ce passage, surtout dans cette dernière phrase.

Citation :
Des étagères couvertes de datacartes se trouvaient le long des murs.
je déteste ce mot qui au final se signifie pas grand chose employé ainsi ou trop. La description à le mérite d'exister mais je trouve que cela fait un peu énumération. Malheureusement, je me sens incapable de l'améliorer comme ça de but en blanc. Je te laisse le soin de décider si tu éprouves le besoin de l'enrichir d'adjectif, de couleur, de chaleur et de réaction de la part de Chloan.

Citation :
Chloann s’adapta rapidement à sa nouvelle vie. Quelques amitiés naquirent à l’école dans un premier temps
Voilà des choses bien vite reléguées au second plan de ton récit. Est-ce bien raisonnable ? sans que le développement devienne lassant mais au moins pour faire comprendre au lecteur combien de semaines ou de mois s'écoulent.

Citation :
Un premier exercice qu’il réussissait avec une
facilité déconcertante, suivi d’un second qui paraissait à peine plus
difficile, auquel le garçon
échouait systématiquement. Intéressé par la réussite, il écoutait alors avec attention les méthodes pour y parvenir.
la technique d'apprentissage ne me paraît pas flagrante. Il aurait fallu passer par un exemple narré pour ferrer le lecteur, et donner un cadre narratif pour aboutir à la conclusion que la méthode d'apprentissage convienne bien à l'élève et au maître.

Citation :
ses camarades de classe s’éloignèrent progressivement de lui comme ils percevaient ce déploiement de confiance.
à l'école, la puissance et l'assurance attire au contraire les amitiés. Les individus puissants sont populaires et protègent les plus faiblespar leur seul présence. Ils se font aussi quelques ennemis pour la lutte du territoire et des avantages.

Citation :
comme le lui avait enseignait Zilar.
"enseigné"

Citation :
Bientôt, l’école ne fut plus pour lui qu’un moyen d’obtenir des connaissances générales.
Phrase à améliorer. Elle ne se mêle pas harmonieusement avec le reste alors qu'elle aurait dû faire la transition entre l'arrière plan (l'école) et le premier plan (la formation de Zilar).

Citation :
Fort bien. Il n’avait pas besoin d’eux. Ils étaient faibles ; lui était fort. C’était l’ordre naturel des choses.
une répétition et trop d’auxiliaire employés comme verbe (ouais, je sais, j'exagère) mais ces verbes avoir et être ne véhiculent que peu de sens.

Citation :
la progression sur la voie des Sith était sanctionnée par la souffrance.
à inverser, à mon avis, ce sera plus efficace : "la souffrance sanctionnait à chaque virage le voyage sur la voie des Sith." avec ma touche personnelle de poésie... désolé.

Citation :
un sourire retors
"une mimique" ? pour laisser sourire pour autre chose...


Ben voilà, il s'en passe des choses dans ce chapitre... la transition nous amène vers une nouvelle étape de la formation de Chloan pendant qu'il oublie sa mère et dévoile la taille de sa Force. Non, moi, je trouve que ce chapitre est bien rempli. Il m'a beaucoup plu, même si j'aurai aimé que tu creuses certains détails, tous mes commentaires, regrets, propositions sont déjà exposés.

A bientôt pour le prochain chapitre alors... Rolling Eyes Embarassed bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Dim 20 Nov - 14:43

Merci beaucoup pour ces commentaires si justes.

Y'avaient quelques points qui me chagrinaient sans que je n'arrive à mettre le doigt dessus, maintenant je vois mieux ce qu'il faut que je change Wink

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Den
Bouffon du Roi


Messages : 3970
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Dim 20 Nov - 14:53

Oh! La suite de l'apprenti Sith!! Very Happy
Rah! Je ne me souviens plus de tout...
Il faudra que je relise entièrement l'histoire. Je te proposerai mon avis un peu plus tard. Wink

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5164
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Jeu 1 Déc - 12:26

Je viens enfin de lire ce nouveau passage, et il me fait un peu tiquer à cause du changement de rythme, en fait.

Jusque-là (du moins dans mon souvenir vu que j'ai eu la flemme de tout relire), toutes les scènes étaient narratives, or ici, dans la deuxième partie, on a droit à une sorte de résumé, que je trouve un peu trop pauvre au niveau du développement. Et ça tranche peut-être par rapport aux scènes précédentes.

Je me demande ce que Zilar va lui couper avec son sabre-laser histoire de lui apprendre la douleur.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Jeu 1 Déc - 12:34

Ouais je suis d'accord avec toi, c'est + résumé... parce qu'il n'y avait rien de spécial à dire entre 2 :s

Ou j'aurais peut-être dû laisser un "vide" et continuer sur une autre scènette. Après tout, pas toujours besoin de tout expliquer en large et en travers.

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Lun 4 Juin - 20:19

Suite Wink

9. Initiation


- Entre donc, Chloan.

Le jeune apprenti Sith franchit la solide porte en chêne et s’avança dans le bureau de son maitre. La pièce était chichement éclairée, comme Zilar
l’appréciait. Sur les murs, des étagères sombres couraient jusqu’au plafond,remplies de datacartes mais aussi d’une multitude d’objets décoratifs.

En cela le jeune homme se trompait. Zilar n’aimait pas les bibelots inutiles. Chaque pièce de sa collection recelait une parcelle depouvoir ou de connaissance obscure.
- Vous souhaitiez me voir, Maitre ? demanda le jeune garçon.
- Oui. Comme je te l’ai annoncé hier, je vais t’initier à la maitrise du sabrelaser.
Chloan acquiesça.
- Que sais-tu de cette arme ?
- Elle est puissante, Maitre, et uniquement maniée par les détenteurs de la Force.
- Non sur les deux points, Apprenti ! N’écoutes-tu donc jamais pendant tes cours d’histoire ?
- Mais c’est ce qu’on nous apprend, Maitre ! se défendit le principal intéressé.
- Alors rentre-toi ça dans le crâne. Une arme n’est qu’un outil. Sa puissance ne dépend que de celui qui la manie. En elle-même, elle n’est rien. Et comme c’est un outil, n’importe qui peut la manier – même le dernier des gamoréens.
- Mais alors, pourquoi…
- Parce qu’apprendre à maitriser une telle arme est dangereux, et donc n’est pas à la portée du premier venu. Quelle est sa signification, chez les Jedi ?
Chloan prit son temps avant de répondre. Son Maitre le poussait à se renseigner sur les coutumes et les pratiques Jedi, leurs ennemis de toujours. Pour vaincre, il était nécessaire de comprendre.
- La fabrication de son propre sabrelaser sanctionne le passage au rang de Jedi, Maitre.
- Exactement. Ne vois-tu pas la faille dans leur logique ?
- Eh bien…
- Accéder au rang de gardien de la paix en fabriquant une arme de guerre ? Pour prôner un idéal pacifiste, n’est-ce pas aberrant ?
Chloan se tut. Le Maitre avait raison, comme toujours. Les Jedi prêchaient la paix en se préparant pour la guerre. Comment pouvaient-ils
croire résoudre un conflit pacifiquement quand la solution brutale était à portée de main ? Les Jedi étaient des hypocrites, qui arboraient un
sourire pour mieux vous poignarder dans le dos. Pour le bien de tous, évidemment.

- La lame d’un sabrelaser coupe pratiquement tout. Tu devras apprendre à reconnaitre les matériaux contre lesquels il est aussi inoffensif qu’un
bâton, et contourner ces faiblesses pour l’emporter néanmoins. C’est aussi la raison pour laquelle la pratique et l’apprentissage du maniement du sabrelaser sont complexes. La maitrise de la Force aide à exploiter son potentiel au maximum. Il n’y a pas de petites coupures ni de petites blessures lors d’un entrainement : une parade ratée, c’est un membre en moins. Rien n’arrête le mouvement d’un sabrelaser, sinon la volonté de celui qui le manie.
Chloan déglutit, inquiet. Apprendre cet art ne serait pas aussi facile qu’il l’aurait cru.
- Oui, Maitre. Je comprends. J’y arriverai.
- Bien. Je n’en doute pas. Pour les premiers exercices, nous nous servirons de lames à faible puissance. Elles ne te découperont pas en
rondelles, mais t’infligeront de sérieuses blessures. Comme tu t’en doutes, afin que tu restes concentré tout au long de nos séances, je ne te préviendrais pas lorsque nous passerons aux véritables sabrelasers.
- Évidemment, Maitre, répondit-il sans parvenir à masquer sa soudaine pâleur.
- Poursuivons. Quelle est, selon toi, la principale différence entre le sabrelaser d’un Jedi et celui d’un Sith ?
- La couleur, Maitre ? hasarda Chloan.
Zilar le fusilla du regard.
- Voyons, te poserais-je la question si la réponse était aussi évidente ?
Le jeune homme se sentit rougir. Il n’aimait pas décevoir son Maitre, et il n’aimait pas non plus être mis en échec. Il réfléchit furieusement. Que cherchait Zilar avec cette question ? Il avait pourtant bien étudié le fonctionnement des Jedi !

-Les Jedi considèrent leur sabrelaser comme une extension d’eux-mêmes, dit-il enfin. Ils répugnent à s’en séparer, et gardent souvent le
même toute leur vie. Ils peuvent mettre des semaines à le construire. Alors que pour les Sith, un sabrelaser n’est qu’une arme qui n’égalera jamais la
puissance brute de la Force.
-Je vois que tu as bien étudié. C’est l’idée. Rien, m’entends-tu, rien n’est supérieur à la Force. Le sabrelaser n’est qu’un moyen
parmi tant d’autres d’arriver à ses fins. En aucun cas, ce n’est le seul moyen. Alors oui, d’un côté comme de l’autre, les grands bretteurs sont davantage mis en avant. Mais à quoi sert la force d’un sabrelaser à un vieillard impotent ? Empêche-t-il d’être piqué par le dard mortel d’un kouhun ?
Non. Ne l’oublie jamais.
-C’est entendu, Maitre.
Chloan avait beau acquiescer aux sages paroles du Sith, en son for intérieur il brûlait de devenir l’un de ces grands guerriers invincibles.

Zilar ne s’y trompa pas et réprima un sourire : qu’il profite encore un peu de ses rêves, il ne serait que plus jouissif de les briser un à un.
- Bien. Maintenant que nous avons passé en revue les notions de base, passons au côté pratique.
Zilar plongea la main dans un tiroir et en ressortit un long cylindre métallique qu’il déposa sur le bureau, devant Chloan. Un sabrelaser.
Le jeune homme dévora du regard cette arme légendaire qu’il n’avait fait qu’entrapercevoir jusqu’alors. Il s’attarda sur les éléments
autogrippant ingénieusement insérés, sur la puissance respectueuse que dégageait l’arme, sur le bouton d’activation chrome parfaitement intégré au
design de l’ensemble.

Zilar passa les mains au-dessus de l’arme et brisa l’enchantement. Devant Chloan se tenait toujours une garde de sabrelaser, mais
en pièces détachées.
- Voici les différents composants d’un sabrelaser. Entre autres une cellule d’alimentation, un stabilisateur de flux, quelques morceaux
de métaux, et le plus important, les cristaux d’activation. Comme tu peux le voir, il y a celui qui donne la couleur de la lame, et ceux qui lui apportent sa puissance. Le choix des cristaux est primordial.
-Je croyais que les Sith considéraient le sabrelaser comme un outil ?
-Oui, mais un outil d’excellente qualité. Les Jedi ne s’intéressent qu’au cristal de couleur, et peuvent passer de longues semaines,
voire des années, à rechercher un cristal avec lequel ils se sentiront « en résonnance ». De leur côté, les Sith ne recherchent que
l’utilité. Ils privilégient donc les cristaux synthétiques, gorgés d’énergie du Côté Obscur, crées par les procédés de l’alchimie Sith. Les cristaux naturels parfaits sont bien plus rares, mais peuvent être une solution de secours. Tu apprendras comment créer un sabrelaser en quelques heures à partir de quasiment rien. Pour l’instant, nous allons nous intéresser aux cristaux. Qu’est-ce qu’un cristal ?
- C’est comme une pierre précieuse ?
-Mais encore ?
-Un joli morceau de rocher ?
Maitre Zilar soupira.
- Je vois qu’il nous faut partir des bases. Un cristal n’est pas une vulgaire roche. C’est un minéral.
-Quelle différence ?
-Imagine la foule de l’astroport. La foule, c’est la roche. Que vois-tu dans la foule ? Différentes espèces. L’espèce est un minéral.
Prends un individu, c’est le cristal. Un minéral est un cristal, mais un cristal n’est pas forcément un minéral. Pour paraphraser, un zabrak est un être
pensant, mais un être pensant n’est pas forcément un zabrak. C’est la raison pour laquelle on parle toujours de cristal, non de minéral ou de roche. M’as-tu suivi ?

-Oui, Maitre, répondit Chloan en tentant de paraitre assuré.
Fallait-il vraiment qu’il apprenne tout ça pour découper ses ennemis ? Il en doutait. Peut-être que le Maitre oublierait ces détails.Ou pas.
-Alors continuons. Un cristal n’existe que sous sept formes dans la galaxie.
-Pourquoi seulement sept ? s’étonna le garçon.
-Et pourquoi pas ? rétorqua Zilar qui sentait sa patience s’émousser. Trouve-moi une huitième forme et on en reparlera, poursuivit-il pour l’empêcher de répondre. Ces sept formes de base donnent une infinie diversité. Les lignes de forces qui se concentrent dans le cristal sont
ainsi subtilement différentes d’une configuration à l’autre. Et surtout, la forme de ton cristal détermine celle de ta garde. Nous commencerons
l’entrainement demain matin, avant que tu ne partes à l’école. Dans huit jours, je veux un dossier complet sur la structure des cristaux de sabrelaser, les méthodes de confection synthétiques, et les principales réserves galactiques.

A voir l’air accablé de son élève, il n’avait manifestement pas compris l’intérêt de la tâche. Comme s’il était dans ses habitudes de lui
demander d’accomplir des corvées inutiles ! Bon, en guise de punition, c’était normal : fatiguer le corps permettait d’ouvrir l’esprit. Pourtant
Chloan devait apprendre que les grandes œuvres se construisaient sur de petits détails.
-Au cas où tu trouves ce travail fastidieux, ajouta-t-il, je te dirais que créer son propre cristal synthétique demande de grandes
connaissances sur la structure intrinsèque des cristaux. Comme échouer conduit généralement à la mort, j’imagine que tu prendras ton travail au sérieux. Allez, file !


****

Lorsque la sonnerie de six heures retentit, Chloan grommela et d’une pichenette de Force envoya son réveil au tapis. S’il ne trainait pas
pour sa douche, il pourrait grappiller quelques minutes de sommeil supplémentaires…
Puis il eut un déclic. Le Maitre avait prévu de l’entrainer au sabrelaser ! A six heures précises : il était en retard. Comment avait-il pu oublier de régler son réveil, se demanda-t-il tout en bondissant hors de son lit. Zilar était inflexible sur la ponctualité. Pas le temps pour une douche, il ne lui restait plus qu’à saisir ses vêtements à la volée et à s’habiller tout en dévalant les escaliers.

-Tu es en retard, Chloan, dit simplement le Maitre Sith quand le jeune garçon, essoufflé et échevelé par sa course folle, se présenta devant lui.
Zilar n’avait pas jamais besoin d’élever la voix pour montrer l’étendue de son courroux. D’après son expérience, il était furieux. Chloan se sentit nerveux : cette première leçon qu’il espérait tant commençait par une catastrophe.
-J’ai étudié tard, Maitre, se défendit-il.
C’était un mensonge, mais Zilar ne l’avait jamais encouragé à énoncer uniquement la vérité. S’il était débutant dans sa pratique, il savait
qu’un mensonge indétectable pouvait se révéler utile. Ou se transformer en piège redoutable. On ne pouvait jamais savoir avant d’être allé trop loin.
-Excellente justification, mais ce n’est pas une excuse.
Chloan possédait suffisamment d’expérience pour savoir que dans ces cas-là, il ne servait à rien de se justifier. Il afficha son plus bel air contrit et penaud en espérant que cela suffise. Le Maitre Sith ne fut pas dupe ; la Force ne lui transmettait que l’intense excitation que ressentait son élève. Il maintint le silence quelques secondes supplémentaires pour lui faire sentir tout le poids de son insatisfaction.

- Bien. Prends une arme, lui enjoignit-il en désignant le râtelier derrière lui. Et place-toi en garde.
-Comme ça ? répondit Chloan.
Il se sentait déjà presque invincible. Certes ce n’était qu’un sabrelaser d’entrainement ; pourtant il appréciait déjà le bourdonnement silencieux de l’arme, sa couleur, d’un rouge intense qui confinait au blanc en son centre, sa masse rassurante dans ses mains qui parvenaient à peine à l’enserrer. Un large sourire s’afficha sur son visage.
-Défends-toi.
Chloan n’avait même pas vu le Maitre Sith s’emparer de son sabrelaser ; il était trop rapide ! Une lumière rouge s’approcha vivement de lui et il recula par réflexe.
-Aie !
Il porta vivement sa main touchée à ses lèvres, sans se rendre compte de son inattention. Une erreur que le Maitre Sith ne comptait pas laisser passer. Sa lame fouetta l’air et Chloan se retrouva sur le sol, sonné.
-Eh bien, remets-toi debout, nous n’avons pas toute la journée.

Avec effort, Chloan se remit sur des jambes flageolantes. Il s’efforça d’ignorer sa main qui le brûlait, et se concentra sur le Maitre Sith.
Un hochement de tête fut sa seule indication. L’instant d’après, il était de nouveau au sol, hébété. Il était persuadé que Zilar n’avait même pas bougé ! C’était impossible.
Le Maitre Sith pencha la tête en regardant Chloan se relever, l’air hagard et pourtant déterminé.
-Je pensais que tu aurais davantage de réflexes, mon garçon. Attends-tu que la victoire vienne à toi sans efforts ? ajouta-t-il avec un sourire moqueur.

Le garçon réagit exactement comme il l’avait espéré ; il rugit et se jeta sur lui. Ou tout du moins, il essaya. Le Maitre Sith s’effaça souplement devant la charge de Chloan, et d’un coup sec sur son derrière, l’envoya à terre. Ce qui l’empêcha pas le garçon de se relever pour recommencer. Avec le même résultat. Il était persévérant, il devait le reconnaitre.
Cette fois, l’aura de la Force flamboya autour de Chloan. Bien, il y avait mis le temps. Non que cela ne change grand-chose au résultat : l’apprenti Sith finit sur le sol après un magnifique soleil. Après tout, le garçon avait mis davantage de puissance dans son attaque futile.

Avec un soupir, Zilar éteignit son arme et considéra son apprenti. Il devait être perclus de douleur, pourtant il ne se plaignait pas. Le Maitre Sith lui avait rapidement fait comprendre qu’il détestait ça.
-Assez pour aujourd’hui. Tu n’as pas le potentiel d’un grand bretteur.
L’air déconfit du jeune garçon était satisfaisant.
-Je promets de m’entrainer dur, Maitre.
-Je crains que cela ne soit pas suffisant, rétorqua Zilar, enfonçant le clou. Ce qui distingue l’élite des meilleurs, c’est l’étincelle, l’instinct. Que tu n’as pas.
Cette fois, plus de doute, le Maitre Sith avait brisé ses rêves. Les poings serrés à s’en faire blanchir les phalanges, les dents grinçantes dans ce qu’il tentait de faire passer pour un sourire, Chloan savait qu’il ne servirait à rien de protester ni de supplier. Ses yeux étaient humides de larmes refoulées, mais non, il ne pleurerait pas ! Il était persuadé que s’il s’entrainait suffisamment, il y arriverait. Il montrerait au Maitre Sith qu’il avait tort.
Cette pensée, nouvelle, était pourtant effrayante. Zilar était tout ce qu’il restait au garçon. Il respectait le Maitre Sith, au point de n’avoir jamais songé jusque-là qu’il pouvait se tromper. C’était… perturbant.

Le Maitre Sith reconnut sans peine la farouche lueur de détermination qui émanait de son apprenti et retint un sourire. Enfin il montrait un peu de ressort. Il faudrait le laisser monter en confiance dans cette force toute neuve, puis lui prouver à quel point le sabrelaser était futile en comparaison des vrais pouvoirs de la Force. Cette expérience n’avait pas fini de se montrer intéressante.


*****

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5164
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Mar 5 Juin - 22:14

Sympa comme tout, ce nouveau passage, notamment pour l'originalité du traitement du thème.

Une histoire toujours aussi intéressante. À quand la suite ?

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2360
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: art   Mar 5 Juin - 23:27

Bien, je suis tombé sur un nouveau chapitre tout à l'heure et un soir de match, l'occasion était trop belle pour lire et commenter. Je me dis juste que ça fait très longtemps que je n'ai pas lu cette histoire et que je risque d'être perdu... verdict après lecture.


Citation :
de datacartes mais aussi d’une
"ainsi que" ?

Citation :
En cela le jeune homme se trompait. Zilar n’aimait pas les bibelots inutiles.
le lien avec les objets décoratifs n'est pas évident... le n'aimait pas s'oppose aussitôt au zilar l'appréciait, et j'ai eu l'impression que tu parlais de l'éclairage... le découpage sur le forum m’interpelle aussi y a un ou deux paragraphes ? parce que je ne vois pas la raison pour laquelle il y en aurait deux.
Citation :

Chaque pièce de sa collection recelait une parcelle depouvoir ou de connaissance obscure.
la description mériterait d'être plus complète et détaillée, parce que j'ai l'impression d'un flou artistique mal maîtrisé alors que ces objets ont de l'importance pour zilar.

Citation :
je vais t’initier à la maitrise du sabrelaser.
"l'art" ?

Citation :
et donc n’est pas à la portée
"n'est donc pas" ? et pis dans ce dialogue il y a répétition des mots apprendre et maitriser.

Citation :
La fabrication de son propre sabrelaser sanctionne le passage
"d'un" peut-être, parce que je trouve qu'il y a trop de possessif "son" en particulier.

Citation :
une arme de guerre ? Pour prôner un idéal pacifiste,
ce "?" me semble mal placé mais le mettre après pacifiste comme je le conçois déséquilibre les deux phrases, mais si la deuxième reste ainsi, il y manque un élément.

Citation :
Chloan se tut. Le Maitre avait raison, comme toujours. Les Jedi
prêchaient la paix en se préparant pour la guerre. Comment pouvaient-ils
croire
résoudre un conflit pacifiquement quand la solution brutale était à
portée de main ? Les Jedi étaient des hypocrites, qui arboraient un
sourire pour mieux vous poignarder dans le dos. Pour le bien de tous, évidemment.
à développer... non ? la réflexion est à peine effleuré, il me semble.

Citation :
coupe pratiquement tout.
alors, ça coupe tout, ou pas... pratiquement, ce n'est pas tout. ou alors ajoute "les matériaux" à la suite. mouais, avec la phrase suivante, ça explique le reste et rend matériaux répétitif... à voir pour la reformulation.

Citation :
Pour les premiers exercices, nous nous servirons de lames à faible puissance.
ça existe vraiment ça des sabres laser à puissance réduite ????

Citation :
je ne te préviendrais pas lorsque
futur ici, il me semble "ai"...

Citation :
sans parvenir à masquer sa soudaine pâleur.
comment masquer une soudain pâleur ? c'est le reflet physique indiscutable de sa peur, de ses craintes, bref, c'est imparable, en revenche, le sentiment à l'origine de la pâleur est masquable si on réussit à ne pas avoir de réactions physiques comme la pâleur ou des frissons, de la sueur...

Citation :
Que cherchait Zilar avec cette question ?
j'aurais retourné, un truc du genre : "qu'attendait zilar comme réponse ?"

Citation :
qu’il profite encore un peu de ses rêves, il ne serait que plus jouissif de les briser un à un.
entre guillemet tout ça, non, c'est une réflexion intérieur... "sera" je pense parce qu'il y a projection dans le futur et pas encore d'habitude, non ?

Citation :
Zilar passa les mains au-dessus de l’arme et brisa l’enchantement.
Devant Chloan se tenait toujours une garde de sabrelaser, mais
en pièces détachées.
Il passe juste les mains dessus et le tout se retrouve en pièce détaché, d'un côté, le geste semble immédiat, rapide, et en même temps je perçois que démonter un sabre laser n'est pas chose aisée et que cela doit prendre du temps, au moins celui de quelques manipulations.

Citation :
morceaux
de métaux
"morceaux de métal" non ? c'est au sens générique, non ? "quelques métaux" d'accord... là, j'ai un sérieux doute.

Citation :
il y a celui qui donne la couleur de la lame, et ceux qui lui apportent sa puissance.
les deux "qui" apportent sur répétitivité un peu dérangeante, à mon avis.

Citation :
- Je vois qu’il nous faut partir des bases. Un cristal n’est pas une vulgaire roche. C’est un minéral.
Ah, je reconnais là la spécialiste...

Citation :
-Pourquoi seulement sept ? s’étonna le garçon.
il ne rapporte plus rien à sa mère, je ne me souviens plus de ce qui a déclenché un tel changement de comportement, mais avec le recule cela me paraît bien soudain. Mais il y a longtemps que je n'ai pas lu cette histoire et mes souvenir sont lointains.

Citation :
indétectable pouvait se révéler utile
"indétectable se révélerait plus utile qu'une mauvaise vérité" ??? le comparatif donne un peu de corps à l'information, ne trouves-tu pas ?

Citation :
Sa lame fouetta l’air et Chloan se retrouva sur le sol, sonné.
ce sont des sabres en caoutchouc ?

Citation :
Bien, il y avait mis le temps.
sert pas à grand chose cette phrase et ce "bien" me semble pour le moins incongru...

Citation :
Que tu n’as pas.
exclamation ?

Citation :
Les poings serrés à s’en faire blanchir les phalanges, les dents
grinçantes dans ce qu’il tentait de faire passer pour un sourire
"Les poings serrés à s’en faire blanchir les phalanges, il grinça des dents en une parodie de sourire."

Citation :
Cette pensée, nouvelle, était pourtant effrayante
à reformuler, je n'ai pas fait le lien immédiat avec le fait que zilar aurait pu s'étre trompé, il faut attendre deux phrases plus loin pour avoir l'information.

Citation :
Il faudrait le laisser monter en confiance dans cette force toute neuve
voilà une formulation qui me parait bien hasardeuse... à voir pour reformuler, je me suis arrêté dessus un probléme de sens entre "monter" et "confiance".


Un chapitre globalement intéressant et sans temps morts... c'est sympatoch bien qu'à certains moments j'ai eu regretté que la réflexion de fond ne soit pas poussé un peu plus loin. Mais l'aventure a pris un sérieux coup d'accélérateur, missa content.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Mer 6 Juin - 10:23

Merci AJ pour tes commentaires détaillés :)

La mort de sa mère, là il n'y pense pas parce qu'il est à fond dans une nouvelle aventure : un sabrelaser quand même !
Lorsque l'enthousiasme et l'excitation retomberont, je l'y ferais repenser. Je pense davantage à des souvenirs nostalgiques qui l'envahissent quand il est "inoccupé" ou quand il pratique une activité qui lui rappelle ce qu'il faisait avec sa mère (ce que Zilar essaie d'éviter au maximum).

Je vais me pencher sur les reformulations, y'a en effet des trucs qui semblent bizarres.

Certaines répétitions ne sont pas totalement voulues, mais restent un peu inévitables également dans ce genre de discussion, et peuvent apporter "du poids" (le maitre qui rabâche toujours les mêmes mots pour que ça rentre dans le crane du gamin).

La lame du sabrelaser n'est pas en caoutchouc, mais elle ne "taille" pas à travers les chairs. Du coup j'imaginais bien que Zilar pouvait lui faucher les jambes, comme avec un bâton quelque part.

Pour les descriptions, je prends note que j'ai encore des progrès à faire dans ce domaine ^^

Merci en tout cas :)

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2360
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Mer 6 Juin - 21:10

Citation :
La mort de sa mère, là il n'y pense pas parce qu'il est à fond dans une nouvelle aventure
alors fait le un peu plus ressortir, quelques petites phrases, ou des mot fort, obnubilé, il oublia tout ses soucis, enfin bref quelques descriptifs d'état d'esprit en fait, mais dans un chant lexical peut-être plus marqué.

Citation :
"du poids" (le maitre qui rabâche toujours les mêmes mots pour que ça rentre dans le crane du gamin)
si c'est pour rabacher (jolie pirouette notsil) alors explicite le, "répéta-t-il", "insista-t-il"... enfin bref, j'admets sans peine qu'il est parfois pas évident d'utiliser des mots différents à chaque fois, hormis pour si on veut arriver à enrichir le sens premier par des arguments plus ou moins marqués.

Citation :
La lame du sabrelaser n'est pas en caoutchouc, mais elle ne "taille" pas à travers les chairs.
J'ai vraiment du mal à me faire à cette idée de sabrelaser d'exercice... à chercher dans l'UE (pour une description plus exacte, bien entendu).


Si non, pas de quoi, c'est avec plaisir que j'ai commenté, y avait longtemps que je ne l'avais fait sur le texte des autres, c'est rafraichissant de lire une histoire que l'on ne connait pas par coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Lun 11 Juin - 13:46

Je reviendrais possiblement sur ses sentiments vis à vis de sa mère dans l'un des prochains chapitres, mais je pensais vraiment que sur ce chapitre il n'y avait pas besoin d'en rajouter là-dessus Sad

Pour les sabrelasers d'exercice, de ce que j'ai en mémoire ça brûle légèrement si on reste au contact (voire ça brûle davantage selon des réglages j'imagine ?). Faut voir ça comme une sorte de champ de force plutôt que lame d'énergie sinon :)

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2360
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Lun 11 Juin - 21:00

Oki, je suis pas non plus très pointu sur l'UE... juste en recherche d'y bien coller.

Pour ce qui est de sa mère et de l'état d'esprit de Chloan, c'est ton choix, pour ma part, c'est mon opinion et avec ça j'avais pas lu de cette FF depuis des lustres alors j'étais plus dedans ... mais un petit mot de narration pour dire qu'il oublie sa tristesse ou que son vague à l’âme s'amenuise avec le temps et les nouvelles activités ne serait peut-être pas inimaginable. A toi de décider en fonction de ta sensibilité et la stratégie avec laquelle tu conçois la globalité de cette oeuvre, en plus, c'est ton choix d'artiste et je le respecterai toujours même si je suis d'un avis différent.


Dernière édition par aj crime le Ven 6 Déc - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Jeu 5 Déc - 20:33

Tadam ! On ne l'attendait plus, le souci : le chapitre 10 des aventures de notre petit caillou ^^



10. Tournant.
Hors d’haleine, Chloan se laissa tomber au sol. La pluie battante collait ses cheveux noirs et lui apportait une fraicheur bienvenue. Les gouttes d’eau tambourinaient sur le permabéton au même rythme que son cœur, tandis que son esprit peinait à enregistrer les derniers évènements.
Les pensées qui tourbillonnaient dans sa tête tentaient désespérément de s’ordonner. Avait-il rêvé ? Non, son champ de vision était encore empli des rémanences des éclairs qui avaient fusé de ses mains. Il avait beau fermer ses paupières pour nier leur existence, les traces orange persistaient. Qu’avait-il fait ?
Levant les yeux, il aperçut une masse sombre devant lui. Il rampa pour s’en rapprocher et grimaça sous l’effort qu’il demandait à ses muscles meurtris. Quelques points l’élançaient davantage ; il sentait vaguement qu’il était plus que contusionné. Certains os devaient être fissurés, voire brisés. Etrange, malgré la douleur, il peinait à s’en rendre compte. Rien n’était important. Il devait juste savoir. Un fumet alléchant de viande rôtie parvenait encore à ses narines, en dépit de la pluie. Son estomac gargouilla en réponse, lui rappelant qu’il n’avait rien avalé depuis la veille. Il remisa la faim dans un recoin de son esprit. Il y avait plus urgent. Sa main se referma finalement sur un morceau de charbon, qui se brisa entre ses doigts. Il l’approcha de son visage pour mieux le détailler. Des fumerolles s’en échappaient encore, appétissantes. Sa forme étrange lui paraissait pourtant familière ; fine, oblongue, tubulaire, avec une extrémité blanchâtre qui n’était pas sans rappeler un os. Chloan réalisa soudainement qu’il tenait dans sa main un fragment de doigt humain, et les effluves de chair carbonisée ne lui parurent plus du tout affriandants. Le morceau lui échappa comme il se détournait pour vomir.
Qui avait bien pu commettre un acte aussi atroce ?
– Eh bien, mon petit Chloan, on peut dire que tu n’y es pas allé de main morte, fit tranquillement Maître Zilar.
Sonné, le jeune apprenti Sith leva les yeux vers la silhouette encapuchonnée de son maitre. Il ne l’avait même pas senti approcher.
– Je crois… je crois que je ne me sens pas très bien, balbutia-t-il avant de s’évanouir.
*****
Huit jours auparavant…
Zilar sirotait son thé à la menthe en consultant les dernières nouvelles de l’holonet sur son datapad. Le bruit sourd d’une porte qui claque lui indiqua que Chloan était rentré. Il consulta son chrono : à l’heure, comme d’habitude. Quand donc apprendrait-il que l’obéissance n’était pas la voie d’un futur Seigneur Sith ? Il aurait au moins pu chercher à contourner les règles, à protester, mais non, il continuait à obéir aveuglément à tous ses commandements. Même si Zilar devait reconnaitre que c’était plutôt agréable, il ne devait pas céder à la facilité : il faudrait sévir, imposer d’autres règles futiles.
Deux coups secs furent frappés à la porte du petit salon. Zilar soupira.
– Entre, Chloan.
­─ Bonsoir, Maître, fit le garçon avec un sourire.
─ Alors, qu’as-tu fait de beau aujourd’hui ?
Chaque soir après l’école, Chloan lui résumait sa journée. L’occasion d’échanger sur les connaissances acquises, et pour Zilar, un prétexte pour distiller les arcanes du Côté Obscur. Jour après jour, sans jamais s’en rendre compte, il cheminait plus loin dans le Côté Obscur.
– J’ai séché les cours.
– Pardon ?
Le Maître Sith voulut masquer sa surprise en avalant une gorgée de thé, mais Chloan ne fut pas dupe. Zilar n’était plus omniscient à ses yeux.
– J’ai entendu ce matin qu’il y avait des Jedi en ville. Alors je suis allé leur parler, continua-t-il.
Le Maître Sith s’étrangla avec le liquide brûlant.
– Tu as… quoi ? tempêta-t-il. Ne me dis pas que tu les as invités à dîner, tant qu’à y être !
– C’est vrai, je peux ? s’enthousiasma immédiatement le garçon.
– Bien sûr que non, imbécile !
D’un geste rageur, il reposa son verre sur le petit guéridon à sa droite. Ce moment de détente qu’il s’accordait chaque jour venait brusquement de prendre fin. Il se massa l’arête du nez tandis qu’il réfléchissait à ce nouveau problème.
– Je t’écoute, dit-il enfin, résigné.
– J’ai senti leur présence sur le chemin de l’école. J’ai décidé de les suivre.
– Quelle brillante idée. Je suppose qu’il ne t’est pas venu à l’esprit que leur formation, contrairement à la tienne, était terminée ? Qu’ils pourraient distinguer ton aura ? s’échauffa Zilar.
– Je ne suis pas allé leur dire « Bonjour, je suis un apprenti Sith, enchanté », si c’est ce que vous craigniez, maître, rétorqua Chloan.
– Evidemment, ou tu ne serais déjà plus de ce monde.
– Je les crois plus ouvert d’esprit que vous ne le pensez, maitre. Et je sais que notre existence doit demeurer secrète. J’ai pris la précaution de dissimuler ma présence dans la Force. Ils n’ont pas eu de soupçons.
– Ou bien ils t’ont utilisé comme appât pour remonter jusqu’à moi.
– Si tel était le cas, vous vous en seriez rendu compte, maitre, répliqua le jeune homme avec un sourire narquois.
Zilar balaya son argument d’un revers de main.
– N’essaie pas de m’amadouer… J’aurais eu cent fois le temps de quitter les lieux avant que tu ne rentres.
– Alors n’essayez pas me faire croire que vous n’étiez pas au courant de la présence de Jedi sur Lianna… Vous saviez qu’ils ne représentaient pas un danger.
Voyant le maitre Sith se rembrunir, Chloan jugea préférable de concéder le point.
– De toute manière, nous avons seulement discuté. J’ai voulu en savoir davantage sur leurs croyances, comment le fait qu’ils soient Jedi changeait ou non leur perception du monde. Et comment ils manipulaient leur « Force », dans quel but, tout ça.
Zilar se renfonça dans son fauteuil.
– Intéressant. Quelles leçons en as-tu tirées ?
– Eh bien, je dirais que pour des gens qui appartiennent au Côté Lumineux, ils vivent trop dans la peur du Côté Obscur. Or la peur, par essence, relève du Côté Obscur. Etrange, n’est-ce pas ?
Le maitre Sith opina du chef.
– Les Jedi se sont toujours méfiés de leurs émotions. A croire qu’ils cherchent à ressembler à des droïdes, sans chaleur et sans passion. Les émotions sont la vie, elles représentent la Force.
– Pourtant, maître, vous m’avez dit qu’il fallait s’en méfier, objecta Chloan.
– Car elles doivent nourrir, et non remplacer, ta pensée. Elles sont le carburant, non le gouvernail, qui te permettent de naviguer les courants du Côté Obscur. Les Jedi croient que les émotions submergent l’individu et le livrent à la toute-puissance de la Force. Si eux se soumettent à ce qu’ils croient être sa « volonté », les Sith voient davantage la Force comme une alliée, un moyen d’atteindre leur but.
– C’est la raison pour laquelle les Jedi Noirs ne sont pas des Sith, alors ? demanda Chloan, intéressé par la tournure que prenait la conversation.
– Exact, acquiesça le maître Sith. Les Jedi Noirs ne voient le Côté Obscur que comme un moyen plus rapide, plus facile, d’acquérir du pouvoir. Leur seul but, c’est d’être plus puissant que les Jedi, maîtres du Côté Lumineux, le plus souvent d’afin d’assouvir une quelconque vengeance.
–Je ne trouve son apprentissage ni rapide, ni facile, maître, se renfrogna Chloan. Canaliser ses émotions demande beaucoup de travail.
– Le Côté Obscur parait « simple » aux néophytes, parce que créer des émotions semble plus naturel que les refouler. Un coup de poing donné sous l’emprise de la colère délivrera davantage de puissance brute, même pour un non-sensitif. Cependant, comme je te l’ai enseigné, « simple » et « facile » ne sont pas des synonymes. Seul un travail assidu permet d’apprivoiser toutes les subtilités du Côté Obscur.
Au regard sceptique de son apprenti, Zilar sentit qu’il n’était pas convaincu. Il retint un autre soupir. La jeunesse avait peut-être l’avantage de l’enthousiasme, mais elle était aussi bien ancrée dans des principes qui n’avaient pas encore subi le feu de l’expérience. Il faudrait marteler ses convictions, les forger avec le Côté Obscur, pour passer enfin son apprenti dans la trempe du combat qui scellerait son avenir.
– Ces Jedi Noirs… sont-ils toujours des Jedi, au départ ? demanda Chloan.
– Oui, à croire que leur utilisation du Côté Lumineux de la Force ne leur donnait pas entière satisfaction, gloussa le Maitre Sith. Certains Jedi Noirs forment directement des « élèves » ;  avec une si vaste galaxie, nombre de sensitifs échappent aux Jedi, et restent inintéressants aux yeux des Sith.
– Ils ont quitté l’Ordre Jedi pour reproduire le même schéma ? Et  pourquoi continuer à revendiquer le terme « Jedi », même affublé du terme « noir » ou « obscur » ? Je veux dire, à rompre les ponts, autant changer de nom…
Zilar termina son verre de thé à la menthe avant de répondre.
– Tout n’est pas si simple, apprenti. Les Jedi aiment les subtilités. Certains Jedi Noirs n’embrassent pas le Côté Obscur de leur propre volonté.
– Comment ça ? s’étonna le jeune homme.
– Les Jedi se plaisent à faire régner l’ordre et la justice, ils croient représenter l’incarnation du Bien, du Côté Lumineux… mais où placer réellement la frontière entre le Côté Clair et le Côté Obscur ? Le but ultime peut être lumineux, et les moyens pour l’atteindre, obscurs… Ainsi, le Jedi Noir ne se rend pas toujours compte qu’il a « basculé ». Il cherche à se justifier aux yeux de ses pairs. Qui le rejettent. Bien souvent, c’est leur confrérie même qui les exclue, d’où le nom qu’ils se complaisent à garder, afin de souiller d’une tache indélébile l’aura de blancheur immaculée dont aime s’entourer l’Ordre.
– Je vois, murmura Chloan. Et les Sith qui utilisent le Côté Lumineux, ce sont des Sith Clairs ou des Sith Blancs ?
– Des Sith qui utiliseraient le Côté Lumineux ? répéta Zilar, déconcerté. Impossible. Une hérésie. Pourquoi se fatiguer avec le Côté Lumineux quand tu as accès aux arcanes obscurs ?
– Mais s’il y a autant de Jedi Obscurs, il y a bien dû y avoir des Sith Clairs, non ? persista le jeune homme.
Le maitre Sith balaya


l’argument d’un revers de la main.
– Les Sith n’ont jamais été très nombreux. Et lorsqu’ils l’étaient, ils passaient leur temps à s’entretuer pour gagner en puissance. Comment veux-tu qu’un Sith Clair puisse seulement exister ? Un Sith qui n’use pas du Côté Obscur est un Sith mort, c’est tout. Un Sith Blanc, et puis quoi encore…
– Je nous pensais seulement plus tolérants que les Jedi… Utiliser le Côté Lumineux de la Force nous est-il interdit, alors ?
Zilar soupira. Comment expliquer au jeune homme que la Force était à la fois bien plus simple et bien plus complexe que ce qu’il croyait ? Que la philosophie Sith ne se résumait pas à lancer des éclairs de Force ?
– Ce n’est pas « interdit ». Il n’y a pas de frontière aussi stricte pour les Sith. L’essentiel reste d’arriver à nos fins. Mais les habitudes du Côté Obscur restent ancrées en nous. Quoi que tu fasses, il signera tes actes.
Le Maitre Sith se leva pour mettre un terme à la discussion. Ses plans devaient subir quelques ajustements au vu du potentiel que Chloan avait révélé ce soir.
– Ecoute-moi bien, apprenti. Peut-être ai-je été trop strict. Continue tes discussions avec les Jedi. Je vois que tu te poses bien des questions à leur sujet, et peut-être satisferas-tu ta curiosité à leur contact.
– Bien, maitre, répondit Chloan dont le regard venait de s’illuminer.
– Reste prudent en leur présence.
Le jeune homme roula des yeux.
– Oui, maitre.
– Je suis sérieux. Un Jedi ne serait pas un problème pour toi, mais trois, c’est ambitieux pour un simple apprenti. Et ne te laisse pas embobiner par leurs discours : un Jedi ne fait pas que se défendre. S’il a le moindre doute sur ton identité, il t’attaquera sans sommation. Alors surtout ne les provoque pas.
Dégrisé, le jeune homme acquiesça sobrement.
–File maintenant, j’ai du travail.
*****
Chloan ouvrit lentement les yeux en clignotant. Il contemplait le plafond de sa chambre, et s’il ne se trompait pas, il était allongé dans son lit, où il ne se souvenait pourtant pas s’être couché. Il se sentait faible et nauséeux, et la lumière, pourtant tamisée, lui irritait les yeux. Il se retourna avec un grognement et enfouit sa tête sous son oreiller. Son corps n’était que courbatures, sa bouche aussi sèche et pâteuse qu’un lendemain de soirée trop arrosée.
– Bien dormi, jeune apprenti ? demanda Zilar.
Malgré son état, Chloan n’eut aucune peine à discerner le ton moqueur de son Maitre.
– Quelle heure est-il ? marmonna-t-il.
Le Sith haussa les sourcils et fit quelques pas dans la pièce.
– Est-ce vraiment le plus important, apprenti ? N’as-tu donc aucune autre question plus pertinente ? Aucun souvenir des évènements passés ?
Chloan se redressa brusquement, soudain dégrisé et inquiet. Le sourire narquois qu’arborait Zilar n’augurait rien de bon. Bras croisés, il se délectait de la confusion du jeune homme. Chloan frissonna et tenta de rassembler ses souvenirs.
La veille… il ne se rappelait pas. Ni l’avant-veille. Comme si un trou noir avait absorbé toutes ses pensées. Il devait se concentrer, se remémorer les derniers évènements. Il y avait cette vision rose, et avant, la pluie, le tonnerre, le charbon. Tout lui revint alors en un éclair : sa promenade au parc, sa rencontre avec le Jedi, leur combat dans une impasse des quartiers pauvres. Il pâlit.
– Combien de temps ? articula-t-il péniblement.
– Ah, je vois que tu commences à te souvenir, ironisa Zilar. Tu as passé sept jours inconscient, dont la moitié en cuve bacta. Tout ça pour un simple Jedi… pathétique.
­ ­─ Je ne l’ai pas tué, s’obstina Chloan.
─ Bien sûr, se moqua le maître Sith. Il s’est calciné tout seul, peut-être ?
─ Il a pu… il y avait de l’orage, la foudre a pu le frapper par hasard, s’entêta le jeune homme.
─ Entre deux immeubles ? Pourquoi nier l’évidence ?
─ Ca ne peut pas être moi… Vous n’avez aucune preuve !
 Zilar soupira.
─ Je n’ai pas de temps à perdre en futilités, apprenti. Tu as sciemment désobéi en révélant ton identité aux Jedi, et en plus tu n’assumes pas tes actes ?
─ Je n’ai jamais voulu…
Chloan s’interrompit brusquement : il n’arrivait plus à respirer ! Pris de panique, il croisa le regard de son maitre, parfaitement calme. La Force était là, sous ses doigts, à portée de main, et pourtant inaccessible.
─ J’ai dû m’occuper des trois autres, apprenti. Je ne couvrirai pas ta prochaine erreur, est-ce bien clair ?
Le jeune homme hocha frénétiquement la tête tout en cherchant désespérément un peu d’air.
─ Bien. Tu convoites peut-être le pouvoir, mais c’est encore moi qui le détiens. Ne l’oublie pas.
Chloan inspira goulûment comme l’étau qui enserrait sa gorge disparaissait. Le souffle court, il mit quelques temps à se rendre compte que son maitre avait quitté la pièce. Il frissonna. Il était encore loin d’être à la hauteur, et il n’avait plus le droit à l’échec.
 
 
Voilou !

La suite en 2014, comme de juste :p
 

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Revan Bane
Le Singe Volant


Messages : 157
Date d'inscription : 26/06/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Jeu 5 Déc - 21:30

Tiens, tu met des fics SW ici et sur SWU ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Jeu 5 Déc - 21:51

Voui, en général je poste la 1ère mouture ici puis, du coup je corrige les fautes restantes pour mettre sur SWU ^^
(puis y'a parfois des lecteurs ici non SWU).
Mais là vu mon retard, j'ai fait d'une pierre deux coups :)

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5164
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Jeu 5 Déc - 23:44

Ô mon dieu, la suite est postée !

Aux abris !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Ven 6 Déc - 0:30

Les miracles arrivent parfois, n'est-ce pas ? ^^

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2360
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Ven 6 Déc - 10:42

Bon, tu t'y remets vraiment ou j'attends quelques mois avant de lire plusieurs chapitres d'un coup histoire de me remettre dans le bain ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Ven 6 Déc - 11:19

Je m'y remets, mais là y'a Noël donc faut pas compter sur cette période pour l'écriture, on va profiter des fêtes en famille.

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5164
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Ven 31 Jan - 15:33

Et sinon, la suite est prévue pour quand ?  tongue 

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy


Messages : 2889
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Ven 31 Jan - 16:38

Bientôt :p

J'espère premier trimestre 2014 :)

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'apprenti Sith   Aujourd'hui à 18:25

Revenir en haut Aller en bas
 
L'apprenti Sith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» apprenti hôte d'accueil menant au bac pro services
» Marchombre ou apprenti?...
» [Gerritsen, Tess] Jane Rizzoli & Maura Isles - Tome 2: L'apprenti
» [Delaney, Joseph] The Wardstone Chronicles - Tome 1: L'apprenti épouvanter
» SIth infiltrator easykit pocket

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Nos créations personnelles :: Ecriture-
Sauter vers: