Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'apprenti Sith (enfin fini ^^)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4137
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Ven 31 Jan - 17:36

C'est une promesse Minosienne? Twisted Evil

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5380
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Ven 31 Jan - 17:38

Aïe... Si c'est le cas, on n'est pas dans la merde !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Ven 31 Jan - 17:50

Tss :)

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4137
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Ven 31 Jan - 18:15

Wink  Razz

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Lun 7 Mar - 18:26

*Toc toc*
(oui les miracles arrivent :p  )
11.  Etincelles
Chloan s’immobilisa un instant et tendit l’oreille. Immergé dans les sombres courants du Côté Obscur, il percevait chaque bruit, chaque détail, chaque effluve. Nul doute : il était suivi. Un sourire apparut sur son visage, sans pour autant atteindre ses yeux qui avaient pris la couleur de l’ambre.
 La détermination qui se dégageait de leur aura était immanquable. Ils étaient trois. Jouable, s’il restait concentré. En premier lieu, il devait les séparer. Les attaquer de front ou leur laisser choisir le terrain serait suicidaire.
Il reprit sa course et allongea sa foulée, visualisant mentalement sa stratégie. Il filait droit devant lui, louvoyant entre les rares passants ; il ne serait pas difficile à repérer, et ses poursuivants chercheraient à l’encercler.
Chloan se concentra davantage et accéléra. Il connaissait le coin comme sa poche et s’engagea dans ce que tout autre que lui aurait pris pour une impasse. Il s’accroupit et souleva le lierre qui recouvrait le permabéton au pied de l’immeuble. D’une main, il poussa le mur qui s’effaça pour révéler un étroit passage. Le jeune Sith s’aplatit et se tortilla pour s’y glisser en jurant sourdement. Il perdait du temps ! Avait-il tant grandi depuis la dernière fois qu’il avait emprunté ce raccourci ? Enfin, avec un dernier effort, il s’extirpa du conduit. Sans prendre le temps de s’épousseter, il remit soigneusement en place la cache et la bloqua avec la barre de fer qu’il gardait près de là en prévision.
Il se releva enfin, satisfait. Ses cheveux noirs effleuraient le plafond ; il se trouvait dans les caves. Seul l’éclairage de sécurité luisait faiblement, mais ce n’était pas la première fois qu’il empruntait ces couloirs. Sans attendre, il reprit sa course. Les souterrains formaient plusieurs kilomètres de galeries ; contourner l’endroit diviserait ses poursuivants. Sans compter qu’il existait une dizaine de sorties potentielles…
Chloan élimina d’emblée la plus lointaine et la plus proche, trop prévisibles. Il s’immergea plus profondément dans les courants du Côté Obscur, y cherchant force et clairvoyance. Le chemin lui apparut tout tracé ; il s’orienta habilement dans les sombres méandres, avant de surgir sous le ciel gris de Lola Curich. Il cligna des yeux quelques instants pour s’habituer à la luminosité ambiante. Il était à peine essoufflé.
Il sourit quand il se rendit compte que l’un de ses poursuivants avait éventé sa ruse. Se croyait-il malin, à l’attendre seul quelques rues plus loin ? Le jeune Sith courut droit vers sa cible. Les deux autres Jedi étaient en mouvement vers leur troisième collègue : il n’aurait pas beaucoup de temps à consacrer à son adversaire avant que les deux autres ne lui tombent dessus.
Le Jedi bondit du toit où il s’était retranché et fondit sur Chloan, sabrelaser au clair. Le jeune homme para de justesse de sa lame écarlate. Il n’eut pas besoin d’un coup d’œil pour sentir que les renforts ne tarderaient plus ; d’une botte vicieuse, il toucha son adversaire, qui lâcha son arme pour s’écrouler au sol.
L’apprenti Sith savait que la blessure n’était pas mortelle, il ne s’attarda pas pour autant. Il avait atteint son but, les séparer et les désorganiser. Maintenant, il devait continuer sa fuite en avant, et espérer n’avoir qu’un seul poursuivant.
Un cri de rage retentit et Chloan sourit. Manifestement le blessé avait été découvert par l’un de ses condisciples au sang chaud. Les Jedi n’étaient pas préparés à utiliser leurs émotions à l’état brut ; cette faiblesse pourrait lui donner l’avantage.
Sa colère était sagement sous contrôle, braises couvant sous le dôme de sa volonté. D’une pensée, elle se transformerait en fournaise intense qui consumerait son adversaire. Dans l’attente, il y enfournait chaque petite contrariété afin de former une belle réserve de combustible.
Le jeune Sith sentit que son poursuivant se rapprochait et ralentit son rythme de course pour se préparer au combat. Il s’engagerait dans la troisième rue sur sa droite, qui donnait sur une impasse : le Jedi le croirait pris au piège et apeuré.
Il se rendit compte qu’il avait un peu trop présumé lorsque le Jedi lui sauta dessus avec un cri perçant. Le jeune Sith rompit sous les assauts furieux de son adversaire, n’ayant pas grand effort à faire pour feindre la difficulté. Il céda mètre après mètre jusqu’à ce que son talon bute contre le mur en permabéton. Cette fois, il ne pouvait plus reculer. Comme il s’y attendait, le Jedi parut satisfait.
─ Tu as cru nous tromper avec ton raccourci ? déclara-t-il en le menaçant de sa lame verte. Tu es trop facilement repérable.
Chloan décida de jouer la nonchalance et baissa lentement son arme, les sens en alerte.
─ Pas trop inquiet pour ton pote ? Il avait l’air mal en point, la dernière fois que je l’ai vu.
Une bouffé de rage contenue émana de son adversaire. Manifestement, il n’y était pas allé assez fort. Il ajouta un regard narquois et prit un air plein de suffisance :
─ De toute manière il est condamné. Ma lame est empoisonnée.
Le jeune Sith eut beau s’attendre à l’attaque, il peina à la contrer. Ce Jedi était vraiment d’une rapidité sidérante. Etonnant comme cette simple phrase faisait toujours mouche. Maintenant qu’il se laissait aller à ses instincts, il serait une proie facile. Enfin, plus facile, se corrigea l’apprenti en esquivant la mort d’un cheveu. L’odeur de roussi qui emplit l’air lui rappela des souvenirs désagréables. Constatant que faire durer le combat serait une erreur, Chloan ne lutta pas et se laissa désarmer ; il leva les mains en signe de reddition tandis que son arme roulait au sol avant d’être récupérée par son adversaire.
─ Tu as gagné, je me rends ! lança le jeune Sith.
Méfiant, le Jedi ne baissa sa lame que de quelques centimètres.
─ Un Jedi Noir qui se rend ? Tu veux me sortir ton laïus du Côté Obscur qui rend plus fort ? Désolé mais vu comment je t’ai dominé, tu vas avoir du mal à me convaincre, déclara-t-il avec un sourire narquois.
─ Je crois qu’il y a une erreur, rétorqua Chloan avec condescendance. Je ne suis pas un minable Jedi Noir.
─ Bien sûr… et moi je suis Luke Skywalker peut-être ? ricana le jeune Jedi.
─ Tu es surtout un homme mort, répliqua l’apprenti Sith en lançant la main dans sa direction.
Une décharge foudroyante s’échappa de ses doigts pour frapper son adversaire au cœur ; brève mais intense, le Jedi s’écroula, un air hébété plaqué sur le visage.
Le souffle court, Chloan prit quelques secondes pour se remettre. Il n’aimait pas trop utiliser la foudre Sith, elle demandait trop d’énergie et de concentration. L’avantage étant qu’avec cette plongée profonde dans le Côté Obscur, il serait un fanal pour tous les utilisateurs du Côté Lumineux : le dernier Jedi en vie ne manquerait pas de venir s’en prendre à lui. D’un geste, il rappela son arme à son côté, avant de se mettre en route vers un nouveau terrain de chasse.
Nul doute que ce dernier adversaire serait plus méfiant que ses prédécesseurs ; Chloan décida de progresser doucement, irrégulièrement, comme s’il était blessé. Il se rapprocha petit à petit de la périphérie de la ville, décidé à multiplier les pistes.
Enfin la forêt. Un lieu calme, verdoyant, propice aux embuscades. Tout ce qui lui plaisait. Il se surprit à siffloter et s’interrompit. La journée avait certes merveilleusement bien commencée, mais rien n’était encore terminé.
Un Jedi, un Sith, une forêt : le parfait scénario d’un holo-film amateur, songea-t-il en s’immisçant dans les fourrés. Il sentait la présence du Jedi qui se rapprochait peu à peu : il était temps d’inverser les rôles, et que la proie devienne le chasseur.
Il se dissimula derrière un large tronc d’arbre ; un charme, à en juger par son écorce lisse et cannelée. Il se concentra ensuite sur son aura, et entreprit de diminuer doucement sa présence dans la Force, jusqu’à devenir invisible. Pour le Jedi, ce fut comme s’il s’évanouissait progressivement : sa vitesse pouvait-elle autant augmenter pour le semer ?
Camouflé, Chloan vit passer son adversaire à quelques mètres à peine de lui. Son adversaire se fiait trop à la Force et pas assez à ses yeux, une erreur qu’il allait payer cher. De gibier, le jeune Sith devint chasseur. Il aurait pu achever là son opposant, mais il avait pris goût au jeu. Il lui laissa quelques mètres d’avance avant de se glisser silencieusement dans ses pas.
Le Jedi ne cherchait même pas à cacher ses traces ; c’était trop facile… Chloan soupira, déçu. C’était d’un ennui… Quand il le repéra, il était trop tard : le Sith lui tomba dessus et l’embrocha.
Le jeune garçon éteignit et raccrocha son arme, avant d’épousseter ses vêtements. Il se retrouvait avec trois cadavres sur les bras (enfin, deux et un troisième en devenir), et s’il ne se dépêchait pas d’arranger une mise en scène plausible, il serait en retard pour sa leçon avec Maitre Zilar.
*****
─ Je suis rentré !
La porte claqua derrière Chloan, et Zilar soupira. Sa tranquillité venait subitement de prendre fin. Il marqua la page de l’antique manuscrit Sith qu’il consultait avant de le ranger avec précaution. Il avait à peine terminé que son apprenti déboulait dans la pièce pour s’affaler dans son fauteuil préféré.
Le Maitre Sith croisa les doigts.
─ Je t’écoute, comment s’est passé ta journée ?
─ Fort bien, Maitre. Dois-je vous préparer un thé ?
Surpris, le Sith acquiesça tandis que son apprenti se dirigeait en fredonnant vers la cuisine. Zilar ne l’avait pas vu si joyeux depuis des semaines.
Chloan revint bientôt chargé d’un plateau où trônait une théière en argent. Les fumerolles qui s’en échappaient indiquaient que le liquide était encore brûlant. Avec dextérité, l’apprenti Sith remplit une tasse qu’il tendit à son maitre, avant de se servir lui-même.
─ Tu m’as l’air de bien bonne humeur, observa Zilar après une gorgée.
─ Oui, maître. Le grand air m’a fait du bien.
─ Je croyais que tu devais étudier à la bibliothèque ?
Le Sith n’en croyait pas ses oreilles. Chloan aurait enfreint ses ordres ? S’était-il laissé avoir par l’obéissance servile du gamin ? La vie était trop douce ces derniers temps, et il allait devoir se reprendre sérieusement en main. Le jeune homme approchait doucement du point d’inflexion de leur rapport de force, et ce dernier revirement se produisait bien trop tôt au goût de Zilar.
─ C’est ce que j’ai fait, maitre, répondit Chloan, rassurant par là-même le maitre Sith. Sauf que trois Jedi sont venus à ma table pour discuter.
─ Encore des Jedi ? commenta Zilar, songeur. Leur précédente commission d’enquête avait pourtant conclu à un effroyable accident.
─ Et regrettable, ajouta malicieusement le jeune homme. Apparemment, tous n’ont pas accroché à cette thèse. Ceux-là étaient des proches, non convaincus par notre théorie.
─ « Etaient » ? sourcilla Zilar.
Son apprenti eut le bon sens de prendre un air coupable.
─ Oui, maitre. J’avais relâché ma vigilance, et ils ont perçu mon aura. Ils sont donc venus voir si j’étais un Jedi Noir susceptible d’être remis dans le bon chemin. J’ai poliment refusé leur aide, puis j’ai préféré quitter les lieux de crainte d’attirer trop d’attention.
─ Sage décision, approuva le maitre Sith en prenant une gorgée de thé.
─ Merci. J’ai cru un instant qu’ils allaient s’en tenir là, mais j’ai immédiatement senti qu’ils me pistaient.
─ Et plutôt que de les conduire jusqu’ici, tu as préféré les éliminer en chemin. Comment la police de Lola Curich va réagir, à ton avis ?
─ Oh, elle découvrira que deux Jedi ont été attaqués par un Jedi Noir ; celui-ci les aura éliminés avant de succomber à ses blessures, déclara Chloan d’un air satisfait.
Le maitre Sith masqua sa surprise avec une nouvelle gorgé de thé. Le gamin apprenait vite. Il était temps pour une nouvelle leçon.
─ J’imagine donc que tu es déjà échauffé, prêt pour une séance de sabrelaser ?
Les yeux de son apprenti pétillèrent : enfin un peu d’action ! S’il aimait échanger avec son maitre sur les sujets les plus divers, il devait avouer qu’il avait une préférence pour les discussions physiques. S’entrainer au sabrelaser restait un pur moment de plaisir, où son esprit s’évadait dans les enchainements répétitifs, où il prenait chaque jour davantage conscience des mouvements huilés de son corps, où il plongeait dans la mélodie du Côté Obscur.
Certes, au fil des mois, puis des années, il avait dû admettre, à contrecœur, que Zilar avait eu raison. Non pas qu’il l’ait jamais avoué devant son maitre ; il avait sa fierté, après tout. Cependant, aussi parfaitement qu’il exécute les différentes figures, il avait fini par saisir ce que le Maitre Sith avait compris dès le début. Il lui manquait l’étincelle. Il restait certain d’avoir énormément progressé, et se sentait capable de terrasser bon nombre d’adversaires. Contre un bretteur d’exception, il savait n’avoir aucune chance. Et il n’aimait pas ça.
Chloan avait lu que les Jedi débutaient chaque duel d’entrainement par un salut, marque de respect. Au sein des Sith, il n’en était rien. Le combat débutait au moment où il refermait sa main sur la poignée du sabrelaser. Tous les moyens étaient bons pour gagner, le premier d’entre tous restant la surprise. Il avait donc appris à esquiver et allumer son arme en un temps record. Il devait s’avouer qu’il avait une préférence pour feindre la surprise lorsque la lame de son maitre s’abattait sur lui. Il s’effaçait alors souplement pour riposter.
Zilar lui répétait constamment que le Côté Obscur répondait mieux au chaos qu’à la logique. Pourtant il continuait à entamer leurs duels de la même manière. Etrange rituel qui s’était ainsi imposé. Jusqu’à ce jour où, bercé par la routine de l’engagement, Chloan avait manqué la décapitation d’un cheveu. Aussi se mit-il en garde sans jamais quitter des yeux son vis-à-vis.
Etrangement, l’assaut de son maitre se faisait attendre. Les deux Sith décrivirent un cercle complet sans qu’aucun coup ne soit échangé. Chloan, méfiant, restait ouvert à la Force, cherchant à pressentir une attaque qui ne venait pas. Un deuxième cercle, puis un troisième… Si Zilar attendait qu’il tombe dans son piège, il serait servi. Chloan ne maitrisait pas encore tous les arcanes du Côté Obscur, alors il avait appris à être patient quand il le fallait. Neuf cercles plus tard, le Maitre Sith s’immobilisa, et son apprenti s’empressa de l’imiter. Avec un sourire énigmatique, Zilar fit un pas chassé… dans l’autre sens. Et les cercles s’enchainèrent de nouveau, à la fois fluides et posés, hachés et sautillants. Toute la volonté de Chloan restait bandée sur le mot « patience » qu’il ruminait en boucle, tandis que sa colère s’amplifiait de seconde en seconde au fond de son esprit. Sur la garde de son arme, ses mains devenaient moites. Il ne cèderait pas, il prouverait à Zilar qu’il pouvait faire aussi bien que lui.
Vingt minutes plus tard, ils se tournaient toujours autour. Si l’apprenti Sith commençait à entrapercevoir les limites de sa patience, il se disait aussi qu’il était trop bête d’avoir tenu si longtemps pour craquer maintenant. Zilar ne lui avait-il pas assez répété que le mental formait la part essentielle de la victoire ? Il lui montrerait qu’il avait bien assimilé la leçon.
– Tu comptes me faire attendre encore longtemps ? Je n’ai pas que ça à faire, lança alors son maitre.
Chloan décida que par cette phrase, son maitre lui concédait l’avantage. Il lui fallut pourtant reconnaitre qu’il n’avait encore jamais eu à entamer l’engagement lors des combats avec Zilar. Comment procéder ? Le Maitre Sith serait bien plus difficile à surprendre que les Jedi de la matinée. Il opta pour une feinte classique qu’il enchaina avec un coup de taille  - que dévia nonchalamment le Sith avant de bondir en arrière.
– C’est tout ? Tu manques réellement de mordant… Ne me dis pas que c’est avec ça que tu t’es débarrassé de trois Jedi… (il eut un sourire carnassier). Regarde, et apprends.
Les yeux de Chloan s’agrandirent comme Zilar passait à l’action. En trois pas, il fut sur lui. Chloan plongea dans les courants du Côté Obscur, le souffle chaud de la mort effleurant sa nuque. Pendant de longues secondes, il ne put que parer, esquiver, rouler hors de portée de la lame ardente maniée avec dextérité par son maitre. Quand enfin il s’accorda un sursis pour reprendre son souffle, ce ne fut que pour apercevoir le sourire machiavélique de Zilar, quatre pas devant lui. Dans sa main droite reposait nonchalamment son sabrelaser, la gauche était tendue dans sa direction. Si bien que lorsque le maitre Sith agita négligemment les doigts, Chloan se rua dans sa direction, répondant à l’invitation tacite.
Le souffle coupé, il tomba à genoux, sonné, lorsque l’une des caisses qui tapissaient la salle d’entrainement le heurta dans le dos. Il vacilla, lutta pour ne pas s’effondrer.
– Il va falloir faire mieux, pour m’impressionner, se moqua le maitre Sith.
– C’était… juste… un début, parvint à articuler Chloan en reprenant son souffle.
Le jeune homme se releva et se mit en garde, déterminé : il avait connu pire. Zilar eut un hochement de tête appréciateur.
– Garder le contrôle reste essentiel, pourtant il faut savoir lâcher prise. C’est en t’abandonnant que tu obtiendras la maitrise.
Chloan acquiesça tout en passant à l’attaque. Le moindre effet de surprise pourrait jouer en sa faveur. Son maitre se contenta de s’effacer souplement puis abattit son arme. Le jeune homme para sans se laisser démonter et répliqua : le râtelier d’armes et son contenu volèrent vers Zilar… avant que les sabrelasers ne fassent volte-face en s’activant. L’apprenti Sith décida de faire front : il ne s’était que rarement frotté à son maitre sur ce terrain et était curieux du résultat. Les mains tendues devant lui, il mobilisa sa volonté. Les armes s’immobilisèrent entre les deux adversaires. Le visage grimaçant de Zilar était tendu sous l’effort ; Chloan nota avec panique que les sabrelasers se rapprochaient doucement de lui, centimètre par centimètre. La sueur perla sur son front. N’était-il pas capable de plus ?
Les dernières paroles du maitre Sith lui revinrent en mémoire. Saurait-il s’abandonner totalement au Côté Obscur ? Ne risquait-il pas d’être balayé par le tsunami qu’il pourrait libérer ? N’avait-il pas tout simplement peur de sa propre puissance ?
Il n’y avait qu’un seul moyen de savoir, décida-t-il. Après tout, Zilar savait ce qu’il faisait. Le jeune apprenti inspira lentement, et expira en soufflant toutes ses attaches mentales. Ses iris passèrent d’un faible orangé à un rouge profond. Une tornade de lames écarlates s’abattit sur le maitre Sith. Son regard s’étrécit ; ses mouvements vifs tranchèrent les gardes des armes, les rendant inutilisables. Implacable, Chloan s’avança sur lui, maniant son sabre avec dextérité.
Bien, le maitre Sith l’avait amené là où il le souhaitait. Le petit apprenait vite, quand il y mettait du sien. Les attaques succédèrent aux attaques ; Zilar cédait mollement du terrain. Ses ripostes étaient moins vivaces, ses coups manquaient de mordant. Lorsque l’apprenti Sith décela une ouverture, il l’exploita : le maitre Sith se retrouva à terre, désarmé.
– Félicitations, apprenti, tu as gagné, dit-il avec un sourire forcé.
Ces simples mots percèrent le brouillard qui embrumait l’esprit de Chloan. En quelques secondes, il prit conscience de la scène et de ses actes. Soudain méfiant, il resta en garde, et vérifia que l’arme de son maitre était bien en sa possession.
– C’est tout ? Pas de contre-attaque sournoise, pas d’éclairs ?
– Crois-tu que je ne l’aurais pas déjà fait, si j’en avais encore la force ? rétorqua Zilar, irrité. Achève-moi, et termine ton apprentissage.
Le jeune Sith le considéra avec scepticisme - et quelque part avec une pointe d’envie.
– Etrangement, je ne vous crois pas, déclara-t-il en éteignant son arme.
– Pff, le respect est vraiment une chose qui se perd, de nos jours, pesta le maitre Sith qui se releva en maugréant et épousseta ses robes avant de rappeler son arme à lui. Profite donc de ta soirée à ta guise.
– Merci bien, maître, rétorqua Chloan avec une courbette.
*****
Le crépuscule tombait sur les faubourgs de Lola Curich, et Chloan déambulait au milieu des passants, un en-cas à la main. Qu’il aimait ainsi respirer les effluves du Côté Obscur ! Entre les imprécations des conducteurs de speeders, les vociférations de malheureuses victimes de vols à la tire, chaque pas lui permettait de ressentir de nouveaux conflits. Les différents êtres vivants qui peuplaient la planète avaient bien ce trait-là en commun. La paix n’est que mensonge, songea-t-il, amusé. Ses pas le menèrent vers un parc où il pourrait dévorer son en-cas plus tranquillement. Il chercha un endroit calme où se poser, et…
Ce fut comme une apparition : elle était assise, au milieu d’un banc, toute seule ; ou du moins il ne distingua personne, dans l’éblouissement que lui envoyèrent ses yeux. Son en-cas glissa sur le sol ; elle leva la tête, surprise, et sourit. Tétanisé, Chloan sentit l’aura lumineuse de la Force autour de la jeune fille : une Jedi, encore ! Par réflexe, il plongea dans le Côté Obscur. Du moins, il essaya. Plusieurs secondes lui furent nécessaires pour qu’il réalise qu’il lui était impossible de faire appel à la Force ! Il fit un pas en arrière, horrifié. Jamais la Force ne s’était ainsi refusée à lui ! Le sourire de la Jedi s’effaça et elle se leva, soucieuse.  La panique l’envahit ; elle l’avait percé à jour ! La fuite devenait sa seule option.

Il fit demi-tour et se mit à courir, bousculant les passants, maudissant son maitre, espérant quoi, semer une Jedi en pleine possession de la Force ? Ses pas hésitants devinrent bientôt plus assurés ; sa peur se transmua en colère ; avec la  colère survint une bouffée de Côté Obscur ; il plongea avec avidité dans les courants de la Force et accéléra avant de bondir sur un toit tout proche. Il ignora les cris de surprise autour de lui : pour une fois, il n’avait cure de faire preuve de discrétion. Les murmures de la Force étaient un régal à ses oreilles. Jamais il n’aurait cru que cela puisse autant lui manquer. Un juron lui échappa quand il aperçut la Jedi quelques mètres derrière lui, le visage fermé. Alors il grimpa et sauta, d’étage en étage, de toit en toit, toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus loin, jusqu’à ce qu’il soit hors d’haleine. La nuit était définitivement tombée sur la ville, malgré l’éclairage public qui tentait de maintenir les ombres à distance. Il sonda doucement les alentours, sans percevoir aucun signe de son adversaire. L’avait-il semée ? Une partie de lui en était convaincue, l’autre en doutait. Il s’immobilisa et attendit, aux aguets. Maitre Zilar ne lui pardonnerait jamais de conduire un Jedi jusqu’à leur demeure. Après plusieurs heures d’attente, il se remit en route, prenant soin d’emprunter des rues isolées où il lui serait facile d’identifier un éventuel poursuivant.
Quand il poussa enfin la porte du manoir, en plein milieu de la nuit, ce fut pour trouver face à lui maitre Zilar, visiblement mécontent.
– J’ai senti une perturbation dans le Côté Obscur… Qu’as-tu encore fait ?
– Une Jedi, maitre ! Très puissante.
Zilar haussa les sourcils.
– Encore ?
– Elle est différente, maitre, tenta d’expliquer Chloan tandis que la fatigue le rattrapait soudainement maintenant qu’il était en sécurité.
– Sois plus précis, apprenti, s’impatienta Zilar.
– Je ne sais pas comment elle a fait mais… impossible d’utiliser la Force en sa présence.
– Impossible ? Portait-elle un ysalamiri ?
– Pas que je sache, maitre. Je pense qu’elle s’est servi du Côté Lumineux. Son regard était… je ne saurais dire. Je pense qu’elle est redoutable, maitre.
Atterré, maitre Zilar observa longuement son apprenti qui semblait ne se douter de rien. Le Côté Obscur avait-il décidé de se moquer de lui ? Avait-il passé ces dernières années à former un successeur, encore en vain ? Non, ses visions ne pouvaient autant se tromper. Il se reprit.
– La Force t’envoie un test, apprenti. Pour parfaire ta formation, tu dois éliminer cette Jedi. Tu l’as bien compris, elle est un danger pour toi – et pour les Sith.
– Je ne suis pas certain d’y arriver seul, maitre, répondit Chloan après un temps de réflexion.
Le regard glacé de Zilar se posa sur lui.
– On ne devient pas Seigneur Sith sans risques et sans sacrifices, apprenti. Si tu échoues, il est inutile que tu reparaisses devant moi.
– Oui, maitre, répondit Chloan en s’inclinant avec un frisson.
Entre cette Jedi surpuissante et son maitre Sith impitoyable… Chloan savait qu’il n’était pas encore de taille face à Zilar. Il n’avait plus qu’à espérer que le Côté Obscur ne lui fasse pas défaut une nouvelle fois.

Suite (et fin !) au chapitre 12. Un jour :p

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2398
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 44
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Lun 7 Mar - 21:53

houla... je suis plus dedans du tout... je ne sais même plus de quoi ça parle...

Quand tu auras terminé ton dernier chapitre, et si tu le souhaites, je peux te prendre la complète jambon beurre pour relire en totalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5380
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Lun 7 Mar - 22:53

2016, l'année de l'écriture.

En fait non, Notsil a tout bonnement écrit son quota de l'année. Twisted Evil

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Lun 7 Mar - 23:39

Héhé ouais peut-être ^^

C'est gentil AJ, mais ça reste de la FF, donc un texte sur lequel j'essaie de bien faire mais que je ne retravaillerai pas :) Après je suis toujours preneuse d'avis pour m'améliorer sur les futurs écrits ^^ Mais déjà que ma production est faible, je reste concentrée sur les textes "sérieux" ^^

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2398
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 44
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Mar 8 Mar - 0:59

ok, y a pas de problèmes...  Toujours dispo pour toi si tu souhaites me transmettre des textes "sérieux". J'ai pour ma part complétement décroché des FF... ou presque. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Mar 8 Mar - 11:01

Je le comprends, si je n'avais pas eu celle-ci j'aurais fait pareil Wink (je ne suis plus que Minos, et vu son rythme de parution j'arrive à suivre ^^).
D'ici quelques mois je devrais récupérer un peu de temps et en reprendre pour la lecture et l'écriture (dans mon dernier bouquin lu, le ticket de caisse avec écrit "août 2014"...).

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5380
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Mar 8 Mar - 22:41

Mais-heu !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2398
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 44
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Jeu 10 Mar - 20:50

Ah ouais, tout de même... j'écluse les livres que j'avais acheté il y a plus de deux ans aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Mar 26 Sep - 15:13

Allez, teasing, on n'a jamais été aussi proche de la fin !

Plus qu'une fin de scène à clôturer et une autre à terminer, youhou !

Ce dernier chapitre n'aura jamais été aussi long, je comprends soudainement Robert Jordan qui disait que son 12ème tome serait le dernier, quel que soit le nombre de pages ^^ (au final ils l'ont découpé en 3 ^^)

EDIT : tiens le lien wattpad au passage : https://www.wattpad.com/story/123573299-l%27apprenti-sith

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5380
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Mer 27 Sep - 0:17

Je crois que je relirai tout quand tu auras tout posté, ce sera plus simple pour tout se souvenir^^

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Mer 27 Sep - 9:31

Tu as bien raison !

Me reste à terminer une dernière scène (l'avant-dernière ^^ oui c'est la 1ère fois que je ne travaille pas "dans l'ordre" ^^), puis à relire / vérifier le tout et hop !

J'y croise ^^

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Mer 4 Oct - 16:57

Allez, peut-être une avant-première sur Galéir ce vendredi Wink

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Jeu 5 Oct - 12:03

Hop, 1ère partie de ce dernier chapitre (je comptais diviser en 3, mais diviser en 2 devrait suffire).

Y'a potentiellement des trucs à améliorer, mais je n'y arrive plus, j'ai trop le nez collé dessus ^^ Publication sur SWU dans l'aprem Wink



12. En chasse.
La pluie ruisselait sur les toits de Lola Curich. Les gouttelettes d’eau tombaient en un staccato régulier sur les structures métalliques. Seuls les lampadaires en contrebas émettaient une faible lumière sous ce ciel d’orage. Le tonnerre grondait, ponctuant ça et là sa présence d’éclairs  sporadiques et lumineux qui laissaient une empreinte rémanente.
Ils se tenaient là, face à face, espacés de quelques mètres, immobiles sous le déluge qui s’abattait sur eux. Ils n’avaient nul besoin de lumière : l’aura de leur sabrelaser, rouge d’un côté, vert de l’autre, leur suffisait.
Derrière son attitude déterminée, Chloan n’en menait pas large. Leur course poursuite avait démarré en début d’après-midi, et semblait devoir s’arrêter là. Il en avait assez de fuir, de dormir dans une cave et de manger froid. Mais celle qui se tenait face à lui n’était pas n’importe quel adversaire.
C’était une Jedi.
En temps normal, un Jedi ne lui aurait posé aucun problème. Un peu de tactique, de ruse, et de sabrelaser auraient suffi. Sauf que là, la Force refusait manifestement de lui apporter son concours dès qu’il s’approchait d’elle.
Elle devait véritablement être très puissante. Ou lui ne l’était peut-être tout simplement pas assez.
L’apprenti Sith fit un effort pour chasser ces pensées négatives et déplaisantes, cherchant dans sa frustration et sa colère un moyen de susciter le Côté Obscur.
En pure perte.
Ecœuré, trempé, exaspéré, il finit par dire :
–Bon alors, elle vient cette attaque ?
Surprise, la Jedi baissa légèrement sa lame.
–C’est toi qui oses me dire ça ? Je suis une Jedi. Je ne fais que me défendre.
–Oh ? Il faudra passer le message à tes confrères, alors. Il leur suffit de voir une lame rouge pour avoir des envies de meurtre, rétorqua-t-il.
Le regard de son adversaire se durcit.
–Je t’attends.
–Ne compte pas sur moi alors que tu transportes un ysami… ysali… enfin bon, la bestiole anti-Force !
Son air ahuri lui donna une réponse immédiate.
–Un ysalamiri ? Au nom de la Force, pourquoi aurais-je besoin de ça ?
Ce fut au tour de Chloan d’être perplexe.
–Ah, c’est embêtant, alors. Serions-nous dans une enclave Jedi quelconque, un point de focalisation du Côté Lumineux ?
Elle arqua un sourcil parfaitement dessiné. L’eau ruisselait sur sa tête nue, cascadant sur ses épaules avant de dévaler le long de sa tunique brune, détrempant ses bottes.
–C’est une plaisanterie ? Une manière de gagner du temps ? Tu as un sabrelaser rouge. C’est une arme dangereuse pour un non-initié.
Le jeune homme pâlit sous l’insulte.
–Je maitrise mon arme bien mieux que certains Jedi, rétorqua-t-il sans pouvoir s’empêcher de réaliser quelques moulinets d’esbroufe.
Que lui arrivait-il ? Pourquoi cherchait-il à l’impressionner autant ?
–Et tu voulais prouver quoi ? Que j’aurais laissé passer les trois ouvertures que tes mouvements inutiles ont dévoilées ?
Il s’agaça qu’elle ne le prenne pas au sérieux. Si seulement la Force voulait bien arrêter de se moquer de lui… Mais malgré son irritation persistante, malgré la colère sourde qui couvait en lui, le Côté Obscur refusait toujours obstinément de répondre à ses appels. Il n’y avait rien d’autre que le néant, et c’en était désespérant.
–Ne me prends pas pour un minable Jedi Noir. Je suis un Sith, dit-il sur un ton qui se voulait menaçant.
Elle rit, ce qui ne le mortifia que davantage.
–Bien sûr. Un Sith qui n’utilise pas la Force ? Que fait donc ton maitre avec un apprenti si peu doué ?
–Comment peux-tu être certaine que tu n’as pas le maitre en face de toi ? rétorqua-t-il.
Il se sentit soudain mal à l’aise sous son regard scrutateur.
–Eh bien, d’une part, je suis toujours en vie, et de l’autre, eh bien… tu es trop mignon pour être un Sith abimé par une utilisation intensive du Côté Obscur.
Stupéfait, Chloan sentit sa mâchoire se décrocher tandis que son teint virait à l’écarlate. Les battements de son cœur accélérèrent : ces derniers mots étaient-ils une ruse pour camoufler une attaque quelconque ? Non, elle restait là à le dévisager, avec un sourire satisfait. Que lui arrivait-il ? Ses mains tremblaient sur la poignée de son arme qu’il serrait à s’en faire blanchir les phalanges. Le froid, sans nul doute, l’eau glacée des cieux se déversant sur eux sans jamais s’arrêter… et pourtant, il avait l’impression de baigner dans une douche chaleur. C’était totalement incompréhensible. Il devait se ressaisir.
Il s’ébroua, ouvrit la bouche, et son adversaire le prit de vitesse. Sa lame disparut dans un sifflement.
–Ecoute, si tu n’attaques pas, j’ai autre chose à faire ce soir qu’à me faire tremper, tout ce que je vais gagner à continuer c’est un bon rhume. On remet ça à un autre jour, d’accord ?
–Mais… balbutia-t-il en vain.
Elle était déjà partie, loin, et il ne savait pas s’il devait se réjouir d’être en vie ou pleurer d’avoir encore échoué.
D’un geste las, il éteignit son sabre, et rabattit sa capuche sur sa tête, offrant un dernier rinçage à l’eau glacée à sa chevelure par la même occasion. Il sentit jusqu’à la dernière goutte lui ruisseler dans le bas du dos, frissonna avant d’éternuer. Maudite pluie, maudite Jedi, maudite planète !
Le Côté Obscur s’engouffra en lui, et il savoura son intensité, sa chaleur, cette énergie brute qui l’envahissait et lui redonnait de l’énergie. Comment cette Jedi réussissait-elle à le couper ainsi de la Force Obscure ? Il lui fallait le découvrir au plus vite. D’un bond, il se propulsa sur le toit de l’immeuble d’en face, continuant sa route vers son abri de fortune. Il avait faim, il avait froid, il devait reprendre des forces et trouver une solution pour contrer la Jedi.
Il lui fallut presque une heure pour retrouver les sous-sols où il avait élu domicile en attendant son retour victorieux auprès de maitre Zilar. Comme ancienne cave, l’endroit était spartiate, mais plutôt au sec, et seuls de rares vagabonds osaient s’y aventurer. Il se débarrassa de sa cape (soi-disant « imperméable ») et l’essora dans le couloir, créant une flaque d’un bon diamètre. Il ôta ses vêtements et enfila une tenue propre – divinement sèche. Il enfourna une barre énergétique dans sa bouche, et sortit contempler la pluie, bien à l’abri cette fois. Les sous-sols donnaient sur une cour, encombrée de débris de permabéton et de déchets venus s’entasser là au gré du vent et des dépôts sauvages. L’immeuble entier était abandonné, à moitié en ruine, repaire de sans-abris et de contrebandiers. Il aurait pu les déloger par la force et s’approprier le logement ; il avait préféré faire profil bas, évitant d’attirer une attention qui aurait pu remonter jusqu’à son maitre.
Son repas terminé, il s’assit et se concentra sur plusieurs respirations, cherchant le calme et l’apaisement. Timidement, il tendit la main en direction d’un petit bloc de permabéton, et chercha à invoquer la Force. En vain. Il persévéra, se crispa, focalisé sur ce bloc informe à la croisée du cube et de la sphère, effrité par endroits, dont il discernait les moindres détails. Il perçut l’inutilité de ses efforts, son échec à soulever un vulgaire débris… et se sentit rassuré. Le Côté Lumineux de la Force lui était bien inaccessible. Il restait un pur utilisateur du Côté Obscur. Sa frustration embrasa sa colère, les débris s’envolèrent, tourbillonnèrent, s’élevèrent dans la cour comme une colonne de poussière, s’entrechoquèrent dans un vacarme assourdissant qui couvrit le bruit du tonnerre. Il éclata de rire, respira la puissance qui coulait dans ses veines, ce pouvoir qui menaçait de l’étourdir. Avec un dernier geste, il réduisit les blocs à l’état de gravas et se contraignit à relâcher la Force. L’effort était conséquent, mais nécessaire : maitriser le Côté Obscur demandait une concentration sans faille. Il inspira profondément, savourant l’odeur humide de la pluie mêlée à la poussière du permabéton.
–Ainsi donc, tu disais vrai.
Chloan fit volte-face. La Jedi se trouvait là, dans son dos depuis le début, et il n’avait rien senti ?
–Comment es-tu arrivée ici ?
Elle haussa les épaules.
–Je t’ai suivi, quelle question. Tu n’imaginais quand même pas que j’allais te laisser repartir comme ça ? poursuivit-elle en avisant son air incrédule. Ça s’appelle une feinte, tromper l’ennemi sur son prochain mouvement.
Le jeune apprenti Sith essaya de reprendre contenance. Comment avait-il pu relâcher autant sa vigilance pour se faire surprendre comme un débutant ? Et son sabrelaser qui était resté avec ses vêtements trempés. Remarquablement intelligent.
La Jedi avança d’un pas, et il recula d’autant.
–Tu disais ne pas pouvoir recourir au Côté Obscur, tout à l’heure. Et je viens de voir le contraire. Serais-tu en train de te moquer de moi, jeune Sith ?
Chloan chercha à replonger dans les courants du Côté Obscur par tous les moyens. Comme sur le toit de l’immeuble, il se heurta à un vide absolu. Dépité, il rassembla tant bien que mal les lambeaux de sa dignité autour de lui et se redressa de toute sa hauteur – ce qui ne lui permettait toujours pas de la regarder dans les yeux.
–Il m’est impossible de susciter le Côté Obscur en ta présence, finit-il par avouer entre ses dents serrées.
–Intéressant, murmura-t-elle.
Pensive, elle réfléchit pendant un moment qui lui parut une éternité.
–Se pourrait-il que tu sois… amoureux de moi ?
Il éclata de rire, partagé entre la stupéfaction, le désespoir et l’incrédulité. Elle attendit, calme et sereine.
–Tu n’es pas sérieuse. C’est impossible, voyons, finit-il par réussir à prononcer. Je suis un Sith ! La peur, la colère, la haine, la souffrance sont les seules émotions que je connaisse. L’amour… c’est un truc pour les Jedi !
Elle ne répondit pas, et Chloan sentit doucement les vrilles de la peur prendre possession de lui. Pouvait-elle avoir vu juste ? Le Côté Lumineux pouvait-il être aussi puissant ? Zilar lui avait pourtant assuré que les adeptes du Côté Obscur ne craignaient pas le Côté Lumineux…
–Impossible, répéta-t-il plus faiblement. Non, tu ne peux avoir raison… Par les os noirs de l’Empereur, mon maitre va me tuer !
–Ainsi donc tu es bien l’apprenti, finalement, dit-elle avec un sourire narquois.
Chloan lui lança un regard noir mais ne répondit pas. Essayait-elle encore de le déstabiliser ? Zilar était bien le cadet de ses soucis en ce moment. Cette faiblesse haïe qu’il ressentait en sa présence… Était-ce cela, l’amour ? Il n’en connaissait pas davantage que la définition donnée dans les livres. Il conduisait à adopter un comportement totalement incohérent envers une personne. Et alors qu’il aurait dû éradiquer cette Jedi sans arrière-pensée, il se trouvait totalement incapable d’oser penser l’attaquer ! C’était donc bien ça,  le pire sentiment qu’un Sith puisse éprouver. Qu’allait-il lui arriver ? L’amour amenait à la compassion, et le Côté Obscur n’était pas connu pour sa tendresse envers ses serviteurs. Était-il déjà trop tard pour son avenir au sein des Sith ? Il doutait de pouvoir cacher quoi que ce soit à Zilar, le maitre Sith était bien trop perspicace…
–C’est humiliant, finit par dire Chloan.
–Et en quoi ?
–Parce que je n’avais aucune chance, s’agaça-t-il. Parce que ça n’aurait jamais dû arriver. Parce que mon maitre va me tuer.
–Tue-le avant.
Il ricana.
–Ce n’est pas aussi simple. Il est encore bien trop fort pour moi.
Il hésita un instant, rassembla son courage et poursuivit :
–Et … ça va durer longtemps ?
–Quoi donc ?
–Eh bien… Tu as dit que j’étais amoureux. Je dois attendre combien de temps pour que ça passe ?
–Pour que ça passe ? répéta-t-elle, interloquée par la question.
Le jeune Sith lutta pour garder une contenance. La peur, la colère, la haine… les émotions allaient et venaient, et même s’il veillait à toujours avoir de quoi alimenter sa colère, toute émotion disparaissait à un moment ou à un autre. Il devait donc y avoir une solution à son… problème. Il pouvait se montrer patient, au besoin. Et il n’avait pas besoin du Côté Obscur au quotidien. C’était un raccourci pratique, mais il était parfaitement capable de se débrouiller sans. Au moins quelques temps.
–Cela dépend, finit-elle par dire, le faisant revenir au présent. L’amour peut être intense et éphémère, un bref éclair de lumière. Il peut se consumer lentement faute d’entretien, et parfois… durer éternellement.
Eternellement. Le mot se fraya lentement un chemin jusqu’aux neurones de la compréhension nichés dans son cerveau.
–Par les os noirs de l’Empereur ! Eternellement ? Plutôt geler sur Mustafar, murmura-t-il avec une ferveur qu’il ne se connaissait pas tandis qu’une sueur glacée dégoulinait dans son dos.
Le sourire énigmatique qu’elle lui renvoya n’était pas pour le rassurer. Il frissonna. Il devait se reprendre. Après tout, elle était peut-être simplement en train de le manipuler. Ce n’était pas parce qu’il était ignorant en ce domaine qu’il devait faire confiance à la première Jedi venue.
–Très bien, fit-il le plus calmement possible, comme si la réponse ne le préoccupait plus tant que ça. Et donc, en attendant…  j’imagine que je suis ton prisonnier ?
Trois individus sortirent des ombres avant qu’elle ne puisse répondre. Pas des gens du coin, nota Chloan en détaillant les bottes noires, les tenues noires également, et un ersatz de cape, noire encore. A priori, ils étaient habillés pour la nuit. Il les aurait bien pris pour une milice quelconque, mais l’unique sabrelaser qui pendait à leur ceinture les désignait comme des utilisateurs de la Force.
Comme s’il avait besoin d’une complication supplémentaire. Pour la vingt-huitième fois, il regretta que son arme soit restée dans sa chambre.
Leur meneur s’avança d’un pas, ignora totalement Chloan, et lorgna vers la Jedi.
–Nous te retrouvons enfin.
–Encore vous ? souffla-t-elle, contrariée.
–Tu es cernée cette fois, nous aurons ta tête.
–Venez retenter votre chance, si vous l’osez, rétorqua-t-elle.
Trois lames rouges illuminèrent l’aube naissance, suivies d’une verte.
–Tu peux fuir, jeune Sith, souffla-t-elle à Chloan. Cette querelle ne te concerne pas. Je te retrouverai sans mal, ajouta-t-elle avec un air mutin.
–Fuir ? répéta-t-il, incrédule. Alors que des quidams arborent sans vergogne le rouge des Sith ? Non, reprit-il, le visage assombri par une sombre résolution. Je terrasserai ces plaisantins moi-même.
Ils éclatèrent de rire.
–Toi, un Seigneur Sith ? Ne le prends pas mal, gamin, mais nous sommes les Chevaliers de Ren, la seule vraie incarnation du Côté Obscur.
–Jamais entendu parler, marmonna Chloan.
La Jedi haussa les épaules.
–Ça vient de sortir. On en croise çà et là…
–Sans sabrelaser, tu n’es rien d’autre qu’un cadavre en sursis, fit le meneur avec dédain.
–Je te répondrais bien que le pouvoir d’un Seigneur Sith ne dépend pas uniquement de son arme, malheureusement, les circonstances étant ce qu’elles sont…
Il se tourna vers la Jedi.
–Tu ne voudrais pas te reculer, genre d’une centaine de mètres ?
Elle le regarda sans ciller.
–Je prends ça pour un non, maugréa-t-il.
Comment allait-il se sortir du pétrin dans lequel il s’était fourré ? Et vivant, de préférence.
Calme et sereine, sabrelaser au clair, la Jedi les attendait de pied ferme. Sa posture était parfaite. Ils se rapprochaient quand Chloan sentit… comme un picotement. Au moment où les silhouettes bondirent, quelque chose se brisa en lui.
–NE LA TOUCHEZ PAS ! hurla-t-il.
Comme un barrage qui rompt, le Côté Obscur le submergea totalement, voilant sa vision d’écarlate. La foudre surgit de ses doigts, éclairant crument les masques d’airain qui ne pouvaient cacher la peur et la douleur subies par les corps déformés. Le vent rugissait autour de lui, en un doux contrepoint aux cris de ses victimes, tandis que les gravats de la cour se soulevaient lentement. Il était au cœur d’un  maelström du Côté Obscur. Galvanisé par sa toute-puissance, il exultait. Rien ne pouvait lui résister.
Une main effleura son épaule. Sa main.
–Ça suffit.
Il se retourna d’un bloc, pour croiser son regard noisette.
Et le Côté Obscur le quitta aussi soudainement qu’il l’avait envahi. Il tituba un instant, encore étourdi par l’ivresse qui s’était emparée de lui quelques instants plus tôt.
–Que m’as-tu fait ? s’indigna-t-il. J’étais en train…
–J’ai vu oui, le coupa-t-elle.
–Ils l’ont cherché ! Ils allaient…
– Oui, mais c’est fini. Ils sont morts. Tu les as tués, répéta-t-elle patiemment.
Il passa une main dans ses cheveux noirs.
–On commençait juste à s’amuser un peu !
–« On » ? releva-t-elle en haussant un sourcil. Bon, va chercher tes affaires, on bouge.
En maugréant, Chloan alla rassembler ses maigres possessions, sous le regard vigilant de la Jedi.
–Joli taudis, commenta-t-elle. Ton Maitre habite à l’étage ?
Le jeune Sith ignora sa question, vérifia qu’il n’oubliait rien d’important.
–Je suis prêt.
Le demi-sourire de la Jedi ne fut pas pour le rassurer.

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5380
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Sam 7 Oct - 8:27

7 ans pour achever une histoire... y'a pas à dire, on est au top ! Razz

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Sam 7 Oct - 11:26

Attends, en janvier ça aurait fait 8 ans :p

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Dim 8 Oct - 9:51

Et voilà la fin :



La Jedi et le Sith remontèrent ensemble les rues de Lola Curich. La pluie avait laissé place à un timide soleil, mais les nuages restaient menaçants. Chloan n’avait aucune idée de l’endroit où elle l’emmenait. Etrangement, elle lui avait laissé son sabrelaser : il ne risquait pas de lui être d’une quelque utilité en sa présence… C’était humiliant de savoir qu’elle ne le considérait pas comme une menace – et qu’elle avait raison.
Les travailleurs qui se rendaient à leur bureau croisaient les touristes qui revenaient à leur hôtel. Avec sa bure sombre largement ouverte qui dévoilait une tunique d’un beige tout sauf opaque,  la Jedi ne passait pas inaperçue, et de nombreuses têtes se retournaient sur son passage. Elle avait légèrement décalé son arme, la portant presque dans son dos, pour que le doute soit permis : était-elle une Jedi, ou une proie potentielle ?

 Chloan s’aperçut rapidement qu’il n’aimait pas beaucoup le comportement des passants. Quand l’un d’eux la détailla ostensiblement, le jeune Sith vit rouge. Soudainement, le Côté Obscur fut là, l’emplissant de sa puissance. Le piéton si souriant, si sûr de lui quelques secondes plus tôt, était maintenant en train de suffoquer, les yeux exorbités, la langue pendante, les mains portées à sa gorge dans une futile tentative de desserrer l’étau invisible qui l’étouffait. Chloan sourit. Lui, il allait payer pour tous les autres.
La Jedi l’attrapa par l’épaule et l’entraina en avant, brisant sa connexion avec la Force. L’homme reprit sa respiration par à-coups, regardant autour de lui, paniqué, se demandant ce qui avait bien pu lui arriver.

–Mais qu’est-ce qu’il t’a pris ? siffla-t-elle.
–Il t’a regardée ! se défendit le jeune homme.
–Et alors ? continua-t-elle, menaçante.
–Et alors, faut que je te fasse un dessin ? s’énerva-t-il.
–Tu me crois incapable de me défendre seule ? dit-elle en plaquant ses mains sur ses hanches.
–Bien sûr que non !
–Alors quoi ?
–Eh bien, ça me déplait, voilà !
–Quand tu es jaloux, tu ne l’es pas à moitié… maugréa-t-elle.
–Dis-toi que c’est mon côté Sith qui ressort, rétorqua-t-il. Dommage qu’il ait survécu…
–Il ne t’est pas venu à l’esprit que cet homme regardait juste une jolie femme habillée pour attirer l’attention ?
–Non, pourquoi ? J’aurais dû ?
Elle resta sans voix quelques secondes.
–Mais… mais je rêve !
–Quel est le problème ? s’inquiéta-t-il. C’est ton aura éblouissante qui m’a aveuglé, pas ton physique.
Elle s’arrêta net.
–Pardon ? dit-elle d’une voix glaciale. Dois-je comprendre que tu ne m’as même pas regardée ?
–Ah ! Cela t’inquiète ? dit-il, soulagé. Bien sûr que je t’ai observée ! Voyons voir ça… Tes yeux sont marron, bon, une couleur plutôt quelconque, certes. Tes cheveux sont blonds, enfin, je crois ? Rien de bien extraordinaire non plus, c’est la teinte à la mode. Par contre, bien trop longs pour combattre. Oui, tu as repoussé ta bure Jedi pour dévoiler ta tunique un brin courte, mais honnêtement, où est l’intérêt d’un décolleté si profond ? Surtout quand on manque de matière pour le remplir correctement.

–Je vais te tuer, murmura-t-elle lentement en détachant chaque syllabe.
–Me tuer ? Sous l’influence de la colère ? (Il eut un sourire narquois). Allez, vas-y, viens faire tes premiers pas dans le Côté Obscur de la Force !
–Enflure, souffla-t-elle en se détournant, les poings serrés.
–Non, moi c’est Chloan.
Le jeune Sith ne put qu’admirer sa maitrise ; il ne lui fallut que quelques respirations pour retrouver son calme.
–Pourquoi ne pas me laisser partir ? finit par demander Chloan comme elle se murait dans le silence. Je ne peux pas te tuer, tu ne peux pas me tuer parce que tu es une Jedi… nous sommes dans une impasse.
Il sentit la Force l’envelopper, et grimaça face à ce rappel qu’il en soit lui-même incapable. A quoi jouait-elle à le dédaigner de la sorte ? Et voilà qu’elle fermait les yeux. Comme si elle était parfaitement en sécurité avec lui… un comble. Il tenta une nouvelle fois de plonger dans le Côté Obscur, utilisant chaque parcelle de colère accumulée depuis le début de la matinée, et essuya un nouvel échec. Bon, il s’y attendait. Cependant, il était armé, et elle, vulnérable en cet instant. Sa main se referma sur son sabrelaser. Il lui suffisait de tendre le bras et d’activer la lame. Simple, propre, efficace.

Pourtant, il n’y arrivait pas. Il ne pouvait tout simplement pas imaginer la blesser. Il soupira. L’amour, vraiment ? Ce sentiment pouvait-il être aussi puissant ? Dommage qu’il ne puisse s’en servir… Cette pensée l’horrifia quand il en prit conscience. Était-il en train d’être perverti par le Côté Lumineux, sans même s’en rendre compte ? Était-ce seulement possible ?
Elle rouvrit les yeux à ce moment-là. L’instant était passé.
–La Force me dit de te garder avec moi, déclara-t-elle.

–Magnifique. Elle t’a aussi annoncé qu’il était l’heure de se nourrir ? J’irai bien me remplir l’estomac.
Elle lui sourit, et toutes ses préoccupations s’envolèrent. Par la Force, elle était divine ! Il ne lui avait même pas menti : son physique avait beau être d’une banalité affligeante, son aura lui donnait juste un charisme à couper le souffle. Elle était dangereuse.
–Viens, fit-elle en glissant son bras sous le sien, je vais te faire découvrir une cuisine dont tu me diras des nouvelles !

Le jeune Sith se garda bien de répondre, encore tout électrisé par son contact. Et cette douce chaleur qui l’envahissait… Il frissonna.
Résiste, Chloan, se sermonna-t-il.



*****



Ils avaient fini par échouer au Zodvog, un restaurant qui ressemblait tant à tous les autres que le jeune Sith se demanda ce qu’elle lui trouvait de spécial – à part son nom bizarre qui faisait penser à tout sauf à la cuisine.
Une heure plus tard, il devait admettre que la Jedi ne lui avait pas menti. Le repas était délicieux, du steak de nerf à la cuisson parfaite aux croquettes de légumes à la texture craquante à l’extérieur et fondante à l’intérieur. Il repoussa son assiette, repu, et commanda un thé à la menthe.
–Du thé ? s’étonna la Jedi. Si je m’attendais à ça…
–Préjugé ? rétorqua-t-il.
–Possible, admit-elle. C’est la première fois que je rencontre quelqu’un qui partage mon goût pour cette boisson…
–Magnifique. Les Jedi et les Sith auraient les mêmes gouts ?
–Nous partageons déjà la Force, et l’art du sabrelaser, répondit-elle. Je n’ai jamais vu d’autre point commun avec un utilisateur du Côté Obscur.
Chloan croisa les bras.
–Alors j’ai un avantage sur toi. J’ai déjà discuté avec plusieurs Jedi.
–Oh ? Et tu es encore en vie ?
–Comme tu le vois. Je sais… dissimuler mon aura, au besoin.
–Tu les as donc tués, constata-t-elle.
–Oui. Et j’ai bien failli y laisser ma peau. Ils m’ont attaqué chaque fois, se sentit-il obligé de préciser.
Elle haussa un sourcil.
–Te sentirais-tu coupable ?
Il ne répondit pas, et elle poursuivit :
–Nous sommes là pour vous empêcher de nuire. N’oublie pas que la lumière est faite pour repousser les ténèbres.
–Mais l’obscurité, est-ce l’absence de lumière où l’état naturel des choses ? Sans l’obscurité, on ne verrait pas la lumière…
–Sauf qu’on ne saura jamais ce qu’il en était au commencement.
– Je crois que c’est la lumière qui engendre l’obscurité, comme la flamme de la bougie génère les ombres sur les murs. Si vous n’aviez pas peur de vous égarer sur un mauvais chemin, il n’y aurait pas de Côté Obscur. N’est-ce pas votre but ultime, se demander sans cesse, est-ce que j’agis pour mon seul bonheur, ou pour celui de la majorité des autres ? Sans la liberté de faire le mal, le bien existe-t-il ? C’est parce que tu penses aux conséquences et à la justesse de tes actions que tu hésites ? Moi, je n’ai qu’à faire ce qu’il me plait.
–Sauf quand il s’agit d’amour.
–Certes, concéda-t-il.
–Est-ce alors ce sentiment qui t’empêche de te réaliser pleinement ? Es-tu gêné de devoir agir par pur altruisme ? Saurais-tu respecter ma liberté, mes choix, tout en sachant qu’ils ne correspondraient pas aux tiens ?
Chloan fit claquer sa langue avant d’avaler une gorgée de son breuvage brûlant.
–Cette discussion prend une tournure intéressante. Je ne sais pas jusqu’où je serai capable d’aller. L’amour est un sentiment puissant – et destructeur. Je comprends qu’il puisse être associé au Côté Obscur et que cette forme d’amour ait été interdite par les Jedi de l’Ancienne République. Vous qui jouez avec les destins de milliards d’individus ne sauriez être influencés par un seul être. Je pense que c’est une voie triste et solitaire.
La jeune fille secoua la tête.
–L’amour sublime et transcende chaque être vivant. Tout devient tellement plus riche quand la Force t’entoure ainsi… et n’oublie pas la joie, le bonheur, les remerciements qui accompagnent nos actions.
–La Force ne m’apparait pas ainsi. Sa chaleur n’est pas douce, mais ardente, une fournaise capable de te consumer si tu n’y prends pas garde.
–Donc vous craignez votre précieux Côté Obscur. Nous ne redoutons pas le Côté Lumineux de la Force.
–J’avais lu un manuscrit intéressant il y a longtemps… un truc sur les Légendes autour de la Force, je crois. D’après l’auteur, la Force serait un tout indivisible, n’ayant non pas un Côté Obscur et un Côté Lumineux, mais possédant autant de facettes que la palette de couleurs d’un arc-en-ciel…
–Sauf que c’est la lumière qui se décompose en une multitude de couleurs, pas les ténèbres, rétorqua-t-elle avec un sourire victorieux.
 




–Je développerai bien davantage sur le sujet, mais nous allons avoir une autre priorité. Ne serait-il pas judicieux de quitter la planète avant que mon maitre s’aperçoive que je suis en train de diner avec la Jedi que je suis censé tuer ?
Elle haussa un sourcil.
–Inquiet ? N’aie crainte, je peux te protéger de lui.
–Permets-moi d’en douter. Il a enterré huit apprentis avant moi.
–Je suis une Jedi, pas une simple apprenti Sith.
–Et c’est un maitre Sith, pas un simple Jedi Noir, rétorqua-t-il. Tu n’as aucune idée de sa puissance.



*****



Ils étaient presque arrivés à son vaisseau, situé sur la plateforme la plus à l’ouest de l’astroport. Un cargo léger d’un modèle certes classique mais fiable, maniable, et capable de se débrouiller en combat spatial au besoin avec ses deux canons lasers.
La Jedi piocha la télécommande dans sa poche, et déverrouilla le vaisseau dont la passerelle se déploya. Un rugissement les cloua sur place. Chloan se retourna, paniqué : le maitre Sith était sur eux. Elle ravala un juron et alluma son sabrelaser pour l’intercepter.
Elle n’était pourtant pas la cible du Sith : il était concentré sur Chloan. La Jedi n’hésita pas : elle n’aurait certainement pas d’autre occasion d’éliminer la menace.

Zilar ne ralentit même pas – et ne lui accorda même pas un coup d’œil. Avant qu’elle ne puisse être outrée par tant de dédain, un choc terrible l’envoya bouler au sol – l’impression d’avoir percuté un mur. Le souffle coupé, elle chercha à reprendre sa respiration et à comprendre ce qui lui était arrivé. Elle n’en eut pas le temps. Un deuxième impact, à la tête cette fois, troubla ses pensées. Elle lutta en vain pour garder les yeux ouverts. Sa dernière pensée cohérente fut pour Chloan.
Ce type est incroyable. Il va se faire massacrer.
Puis elle sombra dans l’inconscience.

Les yeux ronds, l’apprenti Sith ne put que constater de visu la puissance de son maitre. Avec quelle facilité il s’était débarrassé de la Jedi !
Le tout en quelques secondes, et avec une élégance rare, sans même utiliser son arme. Pas un geste inutile. Il déglutit nerveusement.

Aucune chance que Maitre Zilar soit là pour le « sauver » de l’influence du Côté Lumineux de la Force : les Sith ne toléraient pas la faiblesse, et l’heure était venue de payer pour son échec.
La course folle de Zilar s’arrêta quand leurs deux lames écarlates entrèrent en contact. La vibration remonta jusque dans son épaule. Le jeune Sith grimaça sous l’effort. Le doute n’était plus permis, ce n’était définitivement pas une visite de courtoisie.
–Alors, apprenti, siffla Zilar. Est-ce là tout ce dont tu es capable ? Es-tu à ce point perverti par le Côté Lumineux de la Force ?
–Le Côté Obscur est ma voie, rétorqua Chloan.
Il ne savait pas si la Jedi était encore en vie – si  une part de lui en souffrait, l’autre lui était extrêmement reconnaissante de lui permettre ainsi de recouvrer sa connexion avec la Force. Sa colère était là, puissante, une fournaise incandescente parfaitement maitrisée. Il savait que ses iris étaient le parfait reflet des yeux de son maitre. Il balaya la piste du regard, notant rapidement la disposition du terrain : son maitre saurait jouer du moindre détail.
Il puisa tout ce qu’il put dans la Force Obscure pour repousser son maitre, et passa à l’offensive. Jamais Zilar ne le laisserait quitter Lola Curich vivant.

Le maitre Sith accueillit les attaques de son élève avec le sourire. Si Chloan tournoyait dans l’espoir de trouver un point faible, alternant les feintes, agrémentant ses coups d’estoc de foudre Sith, louvoyant entre les débris suspendus entre eux, le maitre Sith, qui n’aurait pu sembler plus serein, parait chaque attaque avec une économie de gestes savamment calculée.
Au bout de plusieurs minutes de ce manège, le maitre Sith recula d’un pas sous un assaut un peu plus violent.

–Tu as fini de t’échauffer ? Bien. Passons aux choses sérieuses.
Le souffle court, Chloan constata avec effroi que Zilar le surclassait totalement. Comment était-ce possible ? A peine quelques jours plus tôt, il avait pourtant réussi à prendre le dessus sur le maitre Sith.
Aujourd’hui, le Sith ne lui ferait pas de cadeaux. S’il voulait survivre, il devait vaincre.
Le maitre Sith nota avec satisfaction la sombre résolution qui s’était emparée de son apprenti.
–Ah, je vois que tu me prends enfin au sérieux. Il était temps. Montre-moi ce que tu vaux vraiment, apprenti, dit-il en passant à l’offensive.

Le maitre Sith envoya une décharge de foudre pure ; pris par surprise, Chloan n’eut que le temps de parer avec son sabrelaser, une manœuvre qu’il savait bien dérisoire face à la puissance de Zilar. Les mains crispées sur la poignée de son arme, le jeune Sith mobilisa ses dernières ressources pour envoyer plusieurs caisses de matériel entraperçues plus tôt déstabiliser son maitre.
                Celui-ci esquiva au dernier moment par un bond de dégagement en arrière millimétré. Les caisses s’entrechoquèrent avec fracas sans lui causer le moindre dommage. Chloan pesta. Il concentra à son tour la Force en une décharge de foudre ; Zilar l’intercepta du bout des doigts avec un sourire narquois, et lui renvoya sans effort apparent. Le jeune homme jura avant de dissiper l’énergie. Il était à bout de souffle, la sueur ruisselait dans son dos, et Zilar, pourtant trois fois plus âgé que lui, respirait la fraicheur. Comment était-ce possible ?

–Eh bien, apprenti, on fatigue déjà ?
Le jeune homme se sentit mortifié. Il avait l’impression de revivre ses premières leçons, celles où, encore enfant, il était totalement dominé par son maitre.

Pourtant, depuis, il avait grandi. Il avait gagné en force, en endurance, en puissance. Il avait affermi son corps, discipliné son esprit, développant sa volonté, sa confiance en ses nouvelles capacités. Certes, le maitre Sith lui avait prouvé à de nombreuses reprises qu’il avait encore des progrès à faire.
Mais la quête de l’excellence ne se mesurait pas à l’aune des autres ; c’était à lui de se prouver qu’il était capable de s’améliorer, jour après jour.

Doutait-il autant de son propre pouvoir ? Doutait-il de sa capacité à vaincre un jour son maitre ? Doutait-il de sa maitrise du Côté Obscur ?
Cette rencontre avec la Jedi avait bouleversé ses sentiments, remettant en cause sa connexion avec la Force, qui lui avait été refusée plus d’une fois, sapant sa confiance. Il devait se libérer maintenant de ses doutes, de ses entraves qui l’empêchaient d’atteindre l’entièreté de son potentiel.

Il était temps de cesser d’avoir peur.
Il était temps de cesser de craindre l’avenir.
Il était temps de cesser d’être l’Apprenti.
Avec un rugissement de rage, il se jeta sur Zilar. Les deux lames écarlates se croisèrent brièvement, comme Chloan multipliait les assauts, empli d’une ardeur nouvelle.
Petit à petit, offensive après offensive, le sourire s’effaça du visage du maitre Sith, soudainement concentré à l’extrême sur les attaques de son apprenti qu’il avait jusque-là traité avec désinvolture. Ce dernier avait brusquement changé son style, devenu direct, agressif, chaque coup cherchant clairement à prendre sa vie. Il était déterminé, et la présence du Côté Obscur se lisait jusque dans son regard. Avait-il senti l’équilibre qui s’inversait dans leur rapport de force ?
Brusquement Zilar se trouva désarmé, à la merci de son adversaire. La lame bourdonnante n’était qu’à quelques centimètres de son oreille. Immobiles, les deux hommes se faisaient face.

–C’est fini, maitre, annonça Chloan sans ciller.
–Alors achève-moi, rétorqua Zilar, digne comme jamais. Prends ma vie et termine ton apprentissage.
Le jeune homme n’hésita qu’une fraction de seconde… avant d’éteindre son arme.
–Que t’arrive-t-il ? rétorqua sèchement le maitre Sith. Tu ne dois pas laisser passer ce genre d’occasion !
–Je ne suis pas prêt, grommela Chloan.
Zilar ricana.
–Crois-tu que tout se passe toujours au moment où on le choisit ?
–Je ne peux pas vous tuer. Vous… vous m’avez tout appris.
–Ce stupide attachement, hein ? Tu dois être plus fort que ça. Cesse d’écouter tes sentiments, Chloan. Ton seul maitre, c’est le Côté Obscur, déclara Zilar en refermant les doigts de son élève sur la poignée de son arme.
Surpris par l’usage de son prénom, que le maitre Sith n’utilisait que rarement depuis le début de son apprentissage, le jeune homme resta paralysé tandis que Zilar pressait le bouton d’activation de la lame.
–Il n’y aura pas toujours quelqu’un pour te prendre par la main, Chloan, fit Zilar dans un dernier souffle.



*****



Les traits blancs de l’hyperespace défilaient par la verrière en transparacier de leur cargo. La Jedi poussa un soupir de soulagement.
–Et voilà, en route pour Coruscant !
Elle pivota sur son siège pour faire face à Chloan, mutique depuis qu’elle avait repris conscience dans le cargo, et croisa les bras.
–Alors, tu me racontes ? Tu l’as tué ?
Le jeune Sith haussa les épaules, mal à l’aise.
–Pas vraiment, finit-il par dire. Je veux dire, ça a plutôt mal commencé en fait, et j’ai finalement pris le dessus.
–Mais ?
–Mais je ne voulais pas le tuer ! Je suis jeune encore, je veux sortir, rentrer à pas d’heure, ne rendre de compte à personne, profiter de la vie quoi !
Elle inclina la tête.
–La mort de ton maitre ne t’offre-t-elle pas cette liberté que tu sembles tant rechercher ?
–Je dois appeler « liberté » d’être le dernier des Sith et d’avoir la responsabilité de former un nouvel apprenti, qui n’aura de cesse de chercher à me tuer ? Merci du cadeau, marmonna-t-il.
Elle éclata de rire.
–Tu sors en vie d’une confrontation qui devait te tuer et tu trouves encore le moyen de te plaindre ?
Elle se leva et vint s’installer sur ses genoux. Le jeune homme piqua un fard, soudain envahi par des sentiments contradictoires. Il détestait qu’elle joue ainsi avec ses émotions !
–D’ailleurs, dois-je t’appeler « Dark Chloan » maintenant ? minauda-t-elle.
–Très drôle, maugréa-t-il.
–Qu’est-ce qui te tracasse autant, alors ? reprit-elle plus sérieusement.
–Mon maitre m’a laissé un holocron, répondit le jeune Sith en sortant de sa poche une petite pyramide ouvragée.
–Qu’attends-tu ? Ouvre-le ! l’incita la Jedi dévorée par la curiosité.
Le jeune homme posa la base du tétraèdre sur la paume de sa main, et une aura bleutée entoura l’holocron tandis qu’une silhouette céruléenne apparaissait. Un mince sourire vint barrer le visage du maitre Sith.

–Ah, Chloan. J’avais un doute sur ta capacité à déverrouiller cet objet.
–Votre confiance me touche, maugréa le jeune Sith.
–Ne sois pas stupide. Tu es en vie de par ma seule volonté. Le neuvième apprenti, Chloan, le neuvième ! (Il eut un soupir.) Qu’ai-je fait pour mériter autant de désillusions ? Toutes ces années perdues. Quel gâchis. (La silhouette releva le menton.) Je ne me suis pas créé pour me justifier. J’étais certain de t’avoir formé correctement ; tu avais déjà formé des Jedi, après tout. Je vais être honnête. Je suis fatigué de vos échecs. Tu te reposais trop sur moi pour t’ouvrir la voie. Alors oui, tu mérites ce qui t’arrive. N’espère pas que je t’ai fait une fleur. Il était hors de question que tu esquives tes devoirs aussi facilement. Ne va pas croire que les Sith disparaitront si tu meurs, au passage. La galaxie est vaste, et la règle des deux a ses limites. (Un sourire carnassier s’afficha sur ses traits.) Ils sont peut-être déjà sur ta piste. Je ne te souhaite pas bonne chance, le Côté Obscur te guidera sur la voie qu’il a prévue pour toi. Enfin, peut-être.
L’holocron s’éteignit brusquement.

–Il ne manquait plus que ça, grommela Chloan. D’autres Sith potentiels. Magnifique.
–Nous nous perdrons dans la masse sur Coruscant, ce sera un bon moyen de brouiller les pistes.
–Nous ? releva Chloan.
Elle haussa un sourcil.
–Je suis curieuse de la suite de tes actions, et je ne peux décemment pas te laisser seul. Je dois protéger la galaxie des agissements des Sith, tu te souviens ? ajouta-t-elle avec un sourire.
–Vraiment magnifique, grommela Chloan.



*****



Coruscant, astroport, deux jours plus tard.
–Tu imagines ? Si jamais une nouvelle purge Jedi se produit, nous pourrions devenir un fameux duo. Le Dernier Sith et la Dernière Jedi. Le parfait équilibre de la Force.
Elle éclata de rire.
–Sois sérieux deux minutes, Chloan. L’Ordre Jedi vient de renaitre de ses cendres. Qui oserait s’en prendre à nous ?
Chloan attrapa distraitement un prospectus en filmplast tendu par un jeune homme dont le collègue haranguait la foule. Il lut les premiers mots « Rejoignez le Premier Ordre – Pour remettre de l’ordre dans la galaxie – Non à la République, oui à un nouvel Ordre »  et le jeta dans le premier compacteur disponible.
–Intéressant ?
Il haussa les épaules.
–Encore un mouvement pseudo impérial qui cherche à recruter. Alors, nous partons où ?
Un sourire éclaira son visage tandis qu’elle repoussait une mèche blonde derrière son oreille.
–Sur Anaxes. Mon monde natal.
 
FIN.

Valà, merci pour votre patience Wink

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5380
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Dim 8 Oct - 21:27

Merci pour votre patience ? Moi ça va, j'ai l'habitude Razz

Je relirai ça dès que possible, et grand bravo !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Dim 8 Oct - 22:42

Merci Wink

Je ne recommencerai pas je crois :p

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4137
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Lun 9 Oct - 12:18

Oui, bravo pour être arrivée à la fin de ton histoire. Comme je l'ai dit sur SWU, je relirai le tout prochainement. Mais je ne peux pas donner de date précise^^

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5380
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Lun 9 Oct - 23:04

Tu as une deadline : autant de temps que Notsil a mis à l'écrire !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3057
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   Mar 10 Oct - 11:12

Tss :)

_________________
"Qui se soumet n'est pas toujours faible."
Jacqueline Carey, Kushiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'apprenti Sith (enfin fini ^^)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'apprenti Sith (enfin fini ^^)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» LAV en irak Enfin fini...;-)
» Petit oiseau belge enfin fini..!
» Enfin fini
» Diorama avec l'âne enfin fini !!
» [CeriseDoll] Ombre (p.9) custo enfin fini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Nos créations personnelles :: Ecriture-
Sauter vers: