Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Resident Evil : Nouvelle(s)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4049
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Resident Evil : Nouvelle(s)   Mer 3 Oct - 23:19

Voici une petite histoire ayant pour thème l'univers de Résident Evil. Aimant assez l'univers du jeu vidéo, j'ai tenté d'écrire une jolie histoire sur ce monde.
J'espère que vous prendrez du plaisir à lire cette nouvelle intitulée :

Spoiler:
 

Resident Evil : Le journal d’un survivant

Qui aurait cru qu’un jour j’écrive un journal intime ? Pas moi en tout cas ! Pourtant, c’est bien ce que je suis en train de faire… Et tout ça à cause de ces étranges événements…oui, des événements bien étranges…
Mais peut-être devrais-je commencer par me présenter ?
Je m’appelle Matt Parks, j’ai 28 ans et je bossais dans un des hôpitaux de Raccoon City… L’enfer, si vous préférez. Mais, si ça se trouve, le monde entier est envahi à l’heure qu’il est…

Il fait nuit dehors, nous sommes le 30 septembre. Enfin, dans près d’une heure, nous serons le trente. Je m’éclaire à la lueur d’une bougie, caché dans une armoire. Sans doute voudriez-vous savoir pourquoi ?
J’avoue que j’ai du mal à trouver les mots qui pourraient décrire l’horreur que je vis en ce moment, pour vous exprimer ce qui se passe ici, à Raccoon City. Le massacre de pauvres innocents, les condamnés devenant les bourreaux, le sang, les cris, la peur,…
Il y a une chance infime pour que vous puissiez lire ce journal, mais j’ai besoin de communiquer ce que j’ai vécu ici.
Quand j’étais petit, alors qu’elle était sur le point de mourir, ma grand-mère m’a dit que tant qu’on se souvient de nous, on reste en vie. Et d’un côté, je suis d’accord avec elle. Mais pour qu’on se souvienne de moi, il faut que je laisse une trace.
Voici donc mon histoire. Je ne sais pas si j’aurai le temps de tout vous raconter ; cette saleté commence à s’exciter, et je pense qu’elle va bientôt me trouver…

Mon calvaire a commencé le 23 septembre, si je me souviens bien. Je rentrais chez moi, après une dure journée de travail. Je comptais profiter un peu de mon week-end. Le premier depuis plusieurs mois. Ma soirée avait plutôt bien commencé et je m’étais couché tôt. Mais dans la nuit, on m’avait appelé en urgence. Frank, un de mes collègues se disait débordé. Je ne comprenais pas un traître de mot de ce qu’il disait, mais j’avais bien compris qu’il y avait urgence. J’avais alors rejoint l’hôpital afin d’apporter mon aide, songeant tristement à ce week-end de repos gâché. J’avais très vite oublié ça quand, arrivé à l’hôpital, je découvris mes confrères submergés ! De nombreuses personnes étaient assises dans les couloirs attendant qu’on puisse s’occuper d’elles, le personnel hospitalier courrait en tout sens, il y avait du sang partout. Je n’en revenais pas.
Blottis contre un mur, je tentais de me reprendre quand les portes s’ouvrirent violemment. Deux policiers nous apportaient un type salement amoché. Je vis également que l’un des deux agents était blessé au bras et scandait à qui voulait l’entendre qu’il fallait faire attention au prévenu car il l’avait mordu. Le malade quant à lui, se débattait comme un fou, tentant de retrouver sa liberté, voulant mordre quiconque s’approchait. Il me surprenait : Un homme dans cet état n’aurait normalement pas pu se mouvoir comme ça.
Si j’avais su…

Finalement, je sortis de ma torpeur et, avec l’aide de deux infirmières, nous avons réussi à maîtriser le forcené. Dans la folie de la situation, le malade avait réussi à mordre notre stagiaire. La pauvre, c’était son troisième jour à l’hôpital. Elle aurait mieux fait de ne jamais y venir.
Après avoir installé l’homme ou plutôt l’avoir ligoté. J’ai remarqué que tous les patients semblaient atteints des mêmes symptômes. Cela ressemblait à une grippe, mais plus les heures passaient, plus la folie s’installait en eux. Il nous était impossible de trouver un remède. La plupart, finissaient par mourir…oui… mourir, dans le sens où leur âme les quittait, mais étrangement, leur corps restait actif.
Nous avons tenté d’abréger les souffrances de certains, mais c’était inutile. Ils ne pouvaient plus mourir. J’avais l’impression de vivre un cauchemar, j’espérais me réveiller. Mais c’était bien la vérité…

Toute la nuit se passa de la même façon. Régulièrement, la police nous amenait de nouveaux « malades ». Ca semblait ne pas pouvoir s’arrêter et au fond de moi, je savais que ça ne stopperait pas…
J’avais été de garde pendant trois nuits d’affilées et je commençais à sentir la fatigue me gagner. Les patients devenaient de plus en plus agressif, ils mordaient le personnel, se mordaient entre eux. C’était terrible !
Les symptômes étaient systématiquement les mêmes : d’abord, des migraines ; ensuite, le corps changeait, des ampoules apparaissaient sur différentes parties du corps, la peau partait en lambeaux.
« Digne de la décomposition avancée d’un cadavre dans une tombe. »
C’est ce qu’avait déclaré le chef des internes. Il ne pensait pas si bien dire… sauf que là, les types étaient toujours en vie. Tout ça se passait en une dizaine d’heures.

En plein milieu de l’après-midi, le docteur Stones était venu m’annoncer que trois infirmiers et deux médecins avaient été tués. Et une bonne partie de l’équipe avait fini par s’enfuir. Les médicaments commençaient à manquer. Mais ce qui nous inquiétait vraiment, c’était que certains membres du personnel commençaient à montrer les mêmes symptômes que les malades.
Je compris alors que personne ne serait épargné. Moi, je me sentais bien, mais pour combien de temps ?

Vers 18h30, un homme armé d’un fusil de chasse avait débarqué dans l’hôpital, tirant dans le tas, massacrant de nombreuses personnes avant de se donner lui-même la mort. J’étais sous le choc : plusieurs infirmiers, ainsi que deux médecins avaient trouvés la mort dans cette attaque et personne n’avait eu le temps de réagir.
« C’est la fin du monde ! » avait-il clamé. « Quand il n’y a plus de place en enfer, les morts reviennent sur terre ! Tout ça est de notre faute, de votre faute ! ». Ce type était devenu fou. Dieu seul sait ce qu’il avait vu. Je me demande encore comment j’ai réussi à garder ma raison.

La nuit se déroula comme la précédente, même si l’on nous amenait un peu moins de patients. Nous avions ligoté les mourants afin d’éviter une émeute. Mais nous commencions à manquer de place. D’autres membres du personnel fuyaient, si bien que bientôt, il ne resterait plus personne à l’hôpital… hormis les malades bien sûr. Je ne pouvais pas les blâmer. Ils avaient tous une famille, des enfants, des parents. Moi, je n’avais pas grand-chose à perdre, à part peut-être ma vie. Mais à l’époque, elle n’avait pas beaucoup d’importance à mes yeux.
Bien plus tard, Stone était venu me trouver : il se sentait mal. Il avait de la fièvre, beaucoup de fièvre et pourtant, était froid comme la mort. Nous pensions tous deux que c’était du à nos nombreuses nuits sans sommeil, à tout ce travail inhumain que l’on avait depuis quelques jours. Malgré son refus, je l’avais accompagné dans la salle de repos. Puis, J’avais allumé la radio afin de prendre des nouvelles du monde, savoir si ce mystérieux virus s’était étendu, comprendre ce qui se passait.
Après avoir parcouru les bandes AM/FM, je découvris que personne ne parlait de ce qui se passait ici. Peut-être que tout le monde l’ignorait, où alors Raccoon City était la seule ville infectée.
J’avais une chance de fuir, de quitter la ville avant que nous ne soyons tous mis en quarantaine. Si j’avais su, je serai parti sans hésiter. Mais je suis resté. Quel idiot j’ai été…
Je n’avais aucune idée de ce qui se passait dehors, j’étais resté cloîtré dans le bâtiment depuis trois jours. Oh, bien sûr, j’étais curieux de voir ce qui s’y passait, mais effrayé aussi. Mais quelque chose me disait que ça devait être le chaos…
J’avais laissé Stones se reposer toute la nuit, enfin, c’est ce que je croyais jusqu’à ce qu’on entende une détonation, quelques heures plus tard. Quand je suis arrivé sur les lieux, je l’ai découvert couché sur le dos, la tête explosée par une balle de fusil de chasse. Probablement l’arme du fanatique qui s’était suicidé en scandant des choses stupides. Comment avait-il pu récupérer cette arme ? Que lui était-il passé par la tête ?
Malgré tout, il fallait prendre nos précautions : Aidé par deux confrères, nous l’avons ligoté à un lit.

Mon post étant trop long pour le fofo, j'ai donc du scinder l'histoire en deux, désolé jocolor

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4049
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Mer 3 Oct - 23:20

Voici donc la suite^^

Cette nuit là, fut celle qui marqua la fin de notre bel hôpital de Raccoon City. Les trois quarts du personnel avaient succombé. La radio locale nous avait appris que les zombies étaient partout en ville et que la police s’était retranchée dans le commissariat. Ce qu’ils racontaient tenaient du délire : Le Gouvernement démentaient les preuves rapportée par un certain Redfield. Selon eux, la ville était en quarantaine à cause du choléra… Le choléra, ce n’est qu’une grippe à côté de ce qui nous arrive !
La journée passait et le personnel s’amenuisait de plus en plus, si bien qu’il ne restait plus que Joanne Scor, une stagiaire, Sybil Meriton, l’infirmière en chef, Robert Anglain, un traumatologue et Mégane Jones, la réceptionniste. Tous se sentaient mal, toussaient, transpiraient, certains se grattaient même sans cesse jusqu’au sang. J’étais le seul à n’avoir aucun trouble. Etais-je immunisé ?
Nous avions barricadé les portes de l’hôpital, enfermé bon nombre de patients dans leur chambre. Dehors, les gens hurlaient, des coups de feu retentissaient, les râles des zombies devenaient insoutenables.
Mais le pis, c’était les monstres. Dieu seul sait d’où ils venaient. Ces créatures hideuses sorties des pires cauchemars de l’homme et chassant sans relâche tout non-infecté. Mais pour tout vous dire, j’ai la nette intuition que leur présence est due à ce virus qui sévit en ville.

Ce qui m’étonnait le plus était que je n’étais pas contaminé ! Et je ne le suis toujours pas. Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment. Mais pour vous dire la vérité, être atteint ou non ne changera pas ma destinée.
J’aurai du quitter la ville quand il en était encore temps...

Cette nuit-là avait été calme, et j’avais pu me reposer un peu. La plupart des patients en stade terminal allaient passer de vie à trépas, pour ensuite revenir à la vie… enfin, si le terme « vie » était bien choisi.
Je savais que les portes ne tiendraient pas et que les zombies finiraient par trouver le moyen de sortir de leurs chambres, ou – pour ceux qui sévissaient en ville – de rentrer. Je m’étais donc réfugié dans la salle de repos du second étage du block Nord. J’avais récupéré un revolver en chemin sur un patient qui s’était probablement suicidé. J’avais abandonné les autres, mais que pouvais-je faire de plus ? Ils étaient condamnés à mourir de toute façon. Et à chercher à me dévorer ensuite.
De l’endroit où je me trouvais, je pouvais voir le parking de l’arrière de l’hôpital. Deux ambulances étaient stationnées à l’entrée des soins intensifs. Il n’y avait aucun signe de monstres ou de zombies et je n’étais pas à plus de cinq mètres du sol. Je savais ce qu’il me restait à faire. Je devais quitter cet endroit.
En fouillant les armoires, j’avais fini par trouver une longue corde que j’avais accrochée à la poignée de la porte. J’avais ensuite jeté l’autre bout par la fenêtre. Elle n’atteignait pas le sol, mais me permettrait de descendre assez bas pour sauter et ne pas me briser les os.

Bien que je craignais qu’elle ne tienne pas, ça avait marché, mais mon calvaire était loin d’être terminé.
Il faisait nuit. Aucun bruit ne venait troubler la quiétude du parking. La sortie semblait dégagée. Je pris alors l’une des ambulances. Par chance, les clefs étaient sur le contact. Et je quittai l’hôpital pour m’engouffrer dans les rues presque désertes, si ce n’était la présence de quelques zombies qui déambulaient sans but. La route était parsemée de carcasses de voitures, de cadavres à moitiés dévorés et morceaux de verres brisés provenant des vitrines des magasins longeant les lieux. Les râles restaient persistants et surtout d’étranges bruits de chair déchiquetée troublaient mon esprit.

J’avais du rouler une bonne demi-heure, peut-être plus. Au fur et à mesure que j’approchais de la sortie de la ville, le nombre de zombies croissait dangereusement. C’est étrange, un moment je me suis cru un dimanche matin sur la place du marché. Sauf que cette fois, les acheteurs étaient les zombies et moi ainsi que les éventuels rescapés, un produit de consommation.

Comme les rues étaient bloquées, j’eus la mauvaise idée de sortir de la camionnette.
A peine, avais-je mis le pied dehors qu’une monstrueuse créature rosâtre possédant d’énormes griffes se précipita vers moi. Sa vitesse était fulgurante et j’eus juste le temps de m’enfermer dans la première maison qui s’ouvrait à moi. Immédiatement, j’ai fermé la porte à double tour et j’ai commencé à condamner les issues. La bestiole tentait de défoncer la porte à coup de tête.
Au moment où j’allais fermer la dernière fenêtre de l’étage, un bruit de rotors retentis dans le ciel nuageux. Une armada d’hélicoptères survolait la ville. Ma première idée avait été de sortir à nouveau pour me faire connaître de mes sauveteurs. Après tout, le gouvernement avait peut-être envoyé l’armée pour aider les éventuels survivants. Mais je fus stoppé dans mon élan quand je vis de nombreux câbles tomber des ces hélicoptères avec à leur bout, des soldats armés jusqu’aux dents.
Ils descendaient en enfer.
D’un immeuble en face, je vis une dizaine de personnes sortir. D’autres survivants. Ils accouraient vers les militaires en criant leur satisfaction, en clamant leur louange. J’avais envie de les rejoindre, mais quelque chose me reteint. Mon instinct peut-être…
Soudain, les coups de feu retentirent. Ces militaires avaient été envoyés pour faire le ménage apparemment, pas pour aider les civils à fuir. En un clin d’œil, les survivants furent éliminés, la place assainie. J’eus la désagréable intuition que je ne pourrais jamais quitter Raccoon City. Le gouvernement ne tenait pas à ce que l’épidémie se répande ou plutôt à ce que le monde sache la vérité et ces soldats tueraient tout le monde. Moi compris.
Mon attention se reporta sur le monstre qui m’avait poursuivit en ville et qui tentait toujours de défoncer la porte de la maison. Je ne sais pas vraiment comment les décrire : c’est une espèce de morceau de chair à quatre pattes ne procédant pas d’yeux, mais ayant des griffes surdimensionnées, tout comme l’était leur langues. La vitesse de cet « écorché » était telle que je doutais que quiconque puisse leur échapper longtemps.
Je ne pensais pas que les soldats avaient une chance de survivre ou de changer quoi ce que soit ici. Tout est perdu dans cette ville, même à l’heure où j’écris ces quelques lignes.
Quelques instants plus tard, le bruit de la créature fonçant dans la porte cessa. Elle avait probablement fini par abandonner, préférant poursuivre d’autres proies bien plus accessibles : les soldats, par exemple. J’avais besoin de dormir. Pour plus de sûreté, j’avais placé un gros divan devant la porte.
J’ai donc pu me reposer quelques heures, espérant ne pas me faire dévorer par mes cauchemars au beau milieu de la nuit.

Je ne pense pas pouvoir m’attarder sur la journée qui suivit et ce pour plusieurs raisons : Tout d’abord, le temps m’est compté, il y a de grandes chances que vous ne puissiez lire la fin de ce mémo. Il ne m’en laissera pas le temps, j’en suis certain.
J’irai donc à l’essentiel :

Après une bonne nuit de sommeil, j’avais décidé de quitter ma cachette. Au fond de l’une des rues, se trouvait une armada de zombies bien trop préoccupés par leur festin (un soldat) pour pouvoir représenter une menace pour moi. Mais ce qui m’inquiétait vraiment, c’était ce monstre qui m’avait poursuivit la nuit dernière. Mon instinct me disait que j’allais de nouveau le rencontrer. Lui ou un de ses congénères. Et jusqu’ici, mon instinct ne m’avait jamais trompé.
Lentement, je me dirigeai vers l’ambulance que j’avais « empruntée » la veille quand j’entendis un son menaçant venant de la ruelle me faisant face ! Quelque chose de très sombre fonçait dans ma direction, renversant les poubelles, laissant s’échapper des grognements et un son roque de bêtes assoiffées de sang. Immédiatement, je me saisi de mon pistolet, tirant à tour de bras, vidant presque tout mon chargeur sur ce mystérieux agresseur qui s’effondra à quelques centimètres de mes pieds. C’était un Rotweiller, la moitié de sa mâchoire inférieure avait été arrachée et une partie de ses côtes étaient visibles. Et pourtant, il avait trouvé la force de me courir après.
J’avais compris : l’épidémie ne s’étendait pas seulement aux êtres humains, mais aussi à toutes les créatures vivantes.
Malgré tout, je peux dire que je dois une fière chandelle à ce canidé, car sans lui, je n’aurai pas détourné mon regard sur la gauche et je n’aurai pas vu le monstre rosâtre me sauter dessus. D’un geste vif, je m’étais jeté à terre, laissant cet « écorché » passer par-dessus ma tête.
Il se remit sur pied avec une aisance et une grâce toute féline et me lança un grognement de rage. Je ne sais pas pourquoi, mais elle ne passa pas de suite à l’attaque, restant accroupie devant moi, faisant fouetter sa langue sur le sol tout en enfonçant ses griffes dans l’asphalte. Une chance pour moi, car, ça me laissa le temps de lui tirer une balle en pleine tête, réduisant son cerveau en bouillie. Je n’ai jamais été un super tireur, mais elle se trouvait à moins de deux mètres de moi, je ne pouvais donc pas la rater.

Je savais qu’il ne fallait pas m’attarder sur les lieux. Echapper à deux attaques successives, c’est beaucoup. Il ne fallait pas titiller ma chance. Je ne vais pas m’étendre plus sur la suite, si ce n’est pour vous dire qu’un groupe de monstres m’a forcé à me cacher dans un bureau de presse dont je ne connais pas le nom. Ils m’ont poursuivi dans les locaux, jusqu’à une pièce contenant une grande armoire en bois. C’est à l’intérieur que j’ai trouvé le cahier dans lequel j’écris ce qui va être mes dernières volontés. Et c’est d’ailleurs dans cette même armoire que je me cache de ces créatures. Et voilà maintenant près de trois heures qu’elles s’acharnent sur le mobilier, détruisant tout sur leur passage. L’armoire ne tiendra plus très longtemps, je le crains.
J’ai faim, j’ai soif.
J’ai survécu à l’épidémie, aux Zombies, aux canidés, et la seule chose qui m’empêche de fuir c’est cet « écorché ». Je dis bien « cet » car selon le bruit, il n’y en a plus qu’un en ce moment. Je n’ai plus de munitions, et puis, à quoi bon… La chance ne m’aurait peut-être pas souri, cette fois-ci.

Je ne veux pas mourir comme ça, pas maintenant. Je n’ai rien fait pour mériter ça. Pourtant, ce monstre est là. Je sens ses coups sur l’armoire, je sens les craquements de la porte. Elle va bientôt céder.
Je pourrais toujours lui ouvrir, le laisser me dévorer, raccourcir l’échéance. De toute façon, elle finira bien par m’avoir.
Maintenant que j’y pense, cet endroit me fait penser à un cercueil. Ce serait bien plus intéressant si un cadavre se trouvait à l’intérieur, non ?

Mais où trouver ce cadavre ?
Peut-être que « l’écorché » saurait-il me répondre, lui. Je vais ouvrir et sans doute résoudre avec lui ce problème.
Oui, c’est ce que je vais faire…

Fin.

Spoiler:
 

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2371
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Mer 3 Oct - 23:43

Loin d'être rafraîchissant ce texte fait froid dans le dos. Effrayant et efficace. Même si je ne raffole pas des monologues. Au moins il reste quelque chose lorsque tout fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4049
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Mer 3 Oct - 23:46

Merci AJ
J'avoue ne pas trop rafoler de ce style non plus, mais vu que c'est un style que je ne maîtrise pas, je trouvais que c'était une bonne occasion pour pouvoir tenter de progresser un peu et - je pense - apprendre pour d'autres types ou styles d'histoire^^
Si j'ai de l'inspiration, qui sait, peut-être que j'écrirais d'autres récits sur le thème de RE^^
On verra jocolor

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5244
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Jeu 4 Oct - 0:35

Chouette histoire, je trouve : l'ambiance est très bien distillée...dès le départ, on sent qu'il n'y a pas d'espoir...et à la fin non plus.

AJ Crime a tout dit : effrayant et efficace ! Pas de fioritures, tu es rentré tout de suite dans l'ambiance et on y plonge à ta suite allègrement cheers

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4049
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Jeu 4 Oct - 0:36

Embarassed Merci Embarassed
Ravis que ça te plaise l'ami Embarassed
Moi qui au départ avais un peu peur de ne pas avoir bien retranscrit l'ambiance, je suis agréablement surpris Embarassed
Encore merci

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Notsil
Candy
avatar

Messages : 2945
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Jeu 4 Oct - 9:29

Ouaip, c'est bien glacé dès le départ, bien glauque comme dans le jeu ^^

Pour un essai c'est bien réussi ^^

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4049
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Jeu 4 Oct - 12:29

Merci beaucoup Embarassed
bon, ben, c'est que ça me motive à écrire tout ça jocolor

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Jahus
Seigneur
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 24/09/2009

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Sam 16 Jan - 15:54

Bien aimé le lire hier soir avant de dormir.
Et j'ai adoré me retrouvé un peu dans l'univers de RE. Bref, ou bonne nouvelle pour transiter entre deux lectures.
Merci Den.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4049
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Sam 16 Jan - 16:15

Merci à toi pour ta critique! Very Happy

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Sebi

avatar

Messages : 810
Date d'inscription : 07/12/2009
Age : 31
Localisation : Vosges - France

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Sam 16 Jan - 17:06

Très sympathique à lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4049
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Sam 16 Jan - 17:15

Merci beaucoup! Very Happy

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkliser
Le ténébreux
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 28
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Mar 19 Jan - 18:16

J'ai tout lui et je dois avouer que j'ai passé un bon moment à lire.

On sentait bien dès le début qu'il ne s'en sortirait pas mais à la fin il pétait un cable le pauvre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4049
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   Mar 19 Jan - 18:17

merci merci! Very Happy

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Resident Evil : Nouvelle(s)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Resident Evil : Nouvelle(s)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Resident Evil afterlife
» Resident Evil : After Life (3D)
» Création replique resident evil
» [Blu-Ray] Resident Evil: Afterlife (Import CAN)
» resident evil 1,2,3 et 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Nos créations personnelles :: Ecriture-
Sauter vers: