Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'USS Baltimore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: L'USS Baltimore   Ven 11 Juil - 13:53

Donc, comme tout le monde n'est pas inscrit à un forum Star Trek, vous ne pouvez pas profiter (ou pas) de mon histoire Star Trek. Du coup, en voici le début, car c'est une histoire pas finie mais en cours, comme d'hab avec moi Rolling Eyes .

Introduction


Le sous-lieutenant Harry Harlington transpirait à grosses gouttes, à cause de la température caniculaire qui le faisait littéralement cuire dans son uniforme. En tant qu’officier de Starfleet, il estimait qu’il devait cacher tout signe d’inconfort physique, aussi tâcha-t-il de rester aussi impassible que le plus pur des Vulcains.
La difficulté à conserver son stoïcisme était rehaussée par la conduite nerveuse de l’aspirant assis au volant, à ses côtés. Il semblait déterminé à pousser sa jeep pour battre d’improbables records de vitesse sur le chemin tapissé d’ornières. Suite à une énième embardée, Harlington comprit qu’il pouvait éteindre son bloc de données : impossible de travailler dans ces conditions-là. Les multiples problèmes qu’il avait à résoudre devraient attendre. Il croisa les bras sur sa poitrine et réfléchit à la situation.

Les rapports qu’il avait lu sur sa nouvelle affectation l’inquiétaient au plus haut point. Le cadeau empoisonné par excellence, semblait-il. Pensée confirmée par le délai qui lui était octroyé pour remettre son navire en état de marche, à savoir seulement un mois.
Son navire ! Il ne pouvait pas empêcher une certaine émotion de s’emparer de lui quand il songeait qu’il venait de recevoir son premier commandement. Pour s’assurer qu’il ne rêvait pas, il posa les yeux sur ses poignets. Pour la millième fois, il y découvrit le liseré pointillé d’or, insigne de son nouveau grade de sous-lieutenant, et fut aussi émerveillé de le voir que la première fois, trois jours auparavant. Au moins, il avait eu le temps de se faire au port de son uniforme doré, indiquant son appartenance à la branche de commandement.
Restait à se montrer à la hauteur, ce qui serait une autre paire de manches.

Il posa les yeux sur les alentours et fut impressionné de voir le nombre de navires de taille moyenne ou modeste, stationnés dans une partie des Quartiers Généraux de la Flotte, à San Francisco…penser que la plupart de ses vaisseaux ne revoleraient jamais le sidérait. Et pourtant, dans ce périmètre où les navires obsolètes de la Flotte végétaient, certains étaient encore prêts à reprendre du service, et comptaient même quelques membres d’équipage, même si leur nombre était réduit au strict minimum vital…voire parfois moins.

– C’est celui-là, fit le conducteur, après avoir contourné une navette antédiluvienne.
Harlington se retint juste à temps de ne pas faire une grimace. Si la navette qu’ils venaient de dépasser était une antiquité, que dire du navire qu’il avait sous les yeux, et qui était sa destination, pire encore, son nouveau foyer ?

Pourvue de trois ponts, la corvette USS Baltimore NCC-1152 appartenait à la classe Pluton. Pourvue d’un équipage réduit, vingt-quatre membres capitaine inclus, elle avait déjà servie Starfleet pendant trois décennies, avant d’être rapatriée sur Terre après avoir subie de graves avaries suite à un engagement violent. De là, elle aurait due être réparée, mais de nouveaux modèles venaient d’être produits par Starfleet, qui s’était empressé d’y muter les officiers les plus méritants. Depuis lors, privée de commandant, la corvette avait peu à peu sombré dans l’oubli, et la remise en état dont elle avait besoin n’avait jamais été effectuée.
Deux ans et demi après son atterrissage, Harry Harlington avait le résultat sous les yeux. La corvette était recouverte d’une épaisse couche de poussière. En une dizaine d’endroits, Harlington vit des impacts carbonisés. Tirs de phasers, peut-être ? Il trouva sidérant de voir que les réparations n’avaient pas été effectuées, surtout que le navire avait regagné la base deux ans et demi auparavant, et fut encore plus écœuré de découvrir que des pans entiers de la coque manquaient. De ces plaies béantes, il vit un enchevêtrement de fils et de structures métalliques, dont certaines étaient attaquées par une substance rougeâtre…de la rouille ? Voilà qui était inimaginable !
Son conducteur stoppa la jeep au pied de la rampe d’embarquement escamotable qui menait à l’intérieur. Harlington en descendit, empoigna son sac à dos et hocha la tête en destination du soldat. Celui-ci salua puis fit faire demi-tour à son véhicule, avant de mettre les gaz.
Harlington mit son sac sur son dos, soupira, avant de se mettre à gravir les vingt mètres d’escalier qui le séparaient du sas latéral de la corvette, qui faisait office d’entrée « officielle » et qu’il voyait ouvert. Arrivé en haut, il vit que personne n’était là pour l’accueillir. Etrange…il avait pourtant pris soin d’envoyer un message sur la fréquence de communications du navire. Et quoi qu’il en fut, on ne laissait pas l’entrée d’un navire sans surveillance, c’était un manquement pour le moins grave à toute règle élémentaire de sécurité.

Il entra, et son étonnement ne connut plus de borne quand il vit que le sol du couloir était sale, et que des toiles d’araignée couraient de place en place au plafond. Guidé par son bloc de données, dans lequel il avait téléchargé le plan du navire, il se planta devant l’ascenseur le plus proche et appuya sur le bouton qui l’appellerait. Rien ne se produisit. Il se rendit compte d’une anomalie à laquelle il n’avait pas fait attention jusque-là. Nul bruit ne parcourait le navire. Ni vrombissement, ni « bip » électronique d’aucune sorte. Le vaisseau était comme mort. L’éclairage n’était assuré que par les systèmes de secours, d’après ce qu’il en voyait.
Il poursuivit son exploration, à la recherche des quelques membres d’équipage qui auraient dû se trouver là. Il finit par entendre du bruit et porta ses pas vers leur origine, qui s’avéra être le mess, dont la porte était ouverte. Il s’arrêta sur le seuil, interloqué.
Là aussi, la propreté de la pièce n’était plus qu’un lointain souvenir. Quelques peintures avaient été accrochées aux murs, au mépris du règlement, et quelques posters représentant des femmes posant lascivement y baillaient paresseusement. Le comble était sans conteste les fils métalliques qui parcouraient la pièce, et sur lesquels pendait du linge !
Les trois humains qui se trouvaient dans la pièce, regroupés autour d’une table et cartes en main, n’avaient pas remarqué sa présence, trop concentrés sur leur partie de poker en cours.

Le sous-lieutenant Harry Harlington se força à garder son calme et expira lentement. Il entra en ordonnant d’un ton sec, digne d’un sergent-chef :
– Gaaarde-à-vous !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 14 Juil - 1:43

Au vu du succès aussi incroyable qu'inespéré de cette histoire jusque-là, je vous mets la suite. Razz

Chapitre 1 : prise de contact


Les trois hommes mirent deux à trois secondes pour réagir, avant de retrouver leurs réflexes de soldats ayant reçu un ordre de la part d’un supérieur. Ils bondirent pour s’aligner devant leur table de jeu et se mirent en position, raides comme des piquets.
Harlington posa son sac à dos par terre et se mit à faire les cent pas devant ses subordonnés, mains derrière le dos. De temps à autre, il leur décochait des regards assassins, juste pour le plaisir d’accentuer leur gêne. Une telle attitude était étudiée de sa part, et lui permettait de leur faire sentir à quel point ils avaient manqué à tous leurs devoirs.
Il se planta devant l’un des hommes, au visage émacié surmonté de cheveux bruns, et d’un teint pâle.
– Nom, grade, fonction à bord ? demanda Harlington, qui connaissait déjà la réponse, contenue dans son ordre de mission.
– Enseigne Dorin Lupescu, monsieur, détaché à la sécurité, répondit l’interpellé en roulant les « r ».
– Vous ? continua Harlington en s’arrêtant sur le suivant, cheveux noirs et teint mat.
– Enseigne Antonino Garcia, monsieur, pilote et navigateur de bord.
– Et vous ? termina Harry en faisant un nouveau pas de côté, pour scruter le visage poupin du dernier homme, plus jeune que les autres, cheveux roux, yeux verts et visage constellé de taches de rousseur.
– Aspirant Evander Mitchell, monsieur, sans fonction à bord, déglutit-il nerveusement.
– Mes données indiquent que vous avez été muté ici dès votre sortie de l’Académie, il y a trois mois ?
– Oui, monsieur. Je présume que ça a un rapport avec le fait que j’ai fini dernier de ma promotion, grimaça-t-il d’un ton aigre.
– Votre passé est derrière vous, et je m’en moque. Je ne juge les gens que sur leurs actes, par sur leurs cursus.

Harry reprit sa marche en silence, pour laisser ses hommes mariner dans leur jus. Enfin, il leur fit face et leur dit :
– Par ordre de l’Amirauté, moi, sous-lieutenant Harry Harlington, je prends le commandement effectif de l’USS Baltimore, immatriculation NCC-1152.
L’enseigne Garcia ne put se retenir de ricaner.
– Un problème, monsieur Garcia ? demanda Harlington sur un ton glacial.
– Permission de parler librement, monsieur ? se reprit Garcia, qui avait un peu de mal à recoller au protocole, depuis le temps qu’il végétait à cette affectation sans avenir.
– Profitez-en bien, ce ne sera pas tous les jours. Accordé, rétorqua sèchement le commandant.
– Cela fait deux ans et demi que nous avons atterri, et que les membres d’équipage ont été peu à peu mutés. Nous n’avons même plus de commandant depuis deux ans. Et vous venez nous dire que soudainement, l’Amirauté se souvient de notre existence, et veut que nous remettions le vaisseau en état de marche pour partir en mission…monsieur ?
Il faillit omettre de rajouter le « monsieur » de la fin de sa diatribe, mais s’en souvint juste à temps. Dans le même temps, il se rendit compte qu’il avait montré toute l’amertume que l’attitude de l’Amirauté avait induit en lui. Voilà qui pouvait mettre sur-le-champ un terme à sa carrière, mais il se consola en estimant qu’il était grand temps de faire cette mise au point, pour savoir à quelle sauce il allait enfin être mangé.
– Monsieur Garcia, cette corvette décolle dans exactement trente jours, pour accomplir la première mission de sa nouvelle carrière. Elle décollera avec ou sans vous. Si vous désirez demander votre mutation à une autre affectation, faites-le maintenant, je transmettrais.
Garcia resta silencieux trente secondes, perplexe, indécis, et mal à l’aise face à son commandant, dont les yeux noisettes ne le lâchaient pas. Quand il s’était engagé dans Starfleet, Antonino Garcia avait rêvé d’une grande carrière, mais celle-ci était bloquée dans cette voie de garage depuis plus de deux ans. Personne ne le prendrait sur un autre navire après une telle inactivité, et il le savait pertinemment. Seulement, à force de vivre dans l’oisiveté de l’épave qu’était devenue le Baltimore, il ne s’était jamais vraiment occupé de changer d’orientation professionnelle. Se pouvait-il que sa carrière soit relancée par ce nouveau départ ? Il finit par répondre :
– Je suis à vos ordres, monsieur.
– Bien. Monsieur Lupescu, en tant qu’officier de sécurité, je vous nomme à titre provisoire officier en second, le temps que nous ayons complété l’équipage. D’après mes informations, il manque un officier ici. Où se trouve l’enseigne O’Connor, détaché à l’ingénierie ?
– Je pense qu’il se trouve à la bibliothèque technique, monsieur, répondit Lupescu. Il y passe tout son temps.
– Contactez-le, je veux le voir sur-le-champ.
– Mais, monsieur…
– Quoi ? aboya Harlington.
– Notre système de communications ne fonctionne plus.
– Et vos communicateurs, où sont-ils ?
– Ils sont tombés en panne les uns après les autres, et n’ont jamais été réparés.
– Voici le mien. Garcia, Mitchell, remettez-moi immédiatement cette pièce en état. Je ne veux plus rien y voir traîner, ni même un grain de poussière. Est-ce clair ?
– A vos ordres, répondirent-ils à l’unisson.
Mitchell demanda timidement :
– Hum, monsieur ?
– Oui, aspirant Mitchell ?
– En ce qui concerne le ménage, il faudrait demander aux services logistiques de la Flotte de nous fournir en matériel, nous n’avons pas grand-chose à bord.
– Où sont vos tortues ? fit Harlington en faisant allusion aux petits robots de vingt centimètres de côté, montés sur roulettes et capables de monter aux murs comme aux plafonds et qui, une fois programmés, traquaient la moindre parcelle de saleté au sein des installations de la fédération.
– La dernière a rendue l’âme il y a six mois, monsieur.
– Et vous n’en avez pas demandé d’autres ?
– Personne ici n’est habilité à le faire, monsieur.
– Faites une demande par votre bloc de données.
– Nous n’en avons plus non plus, monsieur.
Sans un mot, Harlington sortit son propre bloc de données, se mit en liaison avec les Services Logistiques, et commanda vingt-quatre blocs de données, le même nombre de communicateurs, et deux « tortues ». Ceci fait, il conclut :
– Notre matériel est en route. Mitchell, jusqu’à nouvel ordre, je vous charge de la logistique à bord. Vous réceptionnerez nos marchandises et répondrez de leur état.
– Commandant, l’enseigne O’Connor est en route, intervint Lupescu.
– Bien. Mitchell, dès que cette pièce ressemblera à nouveau à un mess, vous irez vous poster au sas du navire. Personne ne rentre sans y avoir été invité. Prévenez-moi immédiatement quand O’Connor sera à bord. Garcia, vous continuerez à faire le tour du navire, au cas où d’autres pièces que celles-ci auraient besoin d’être rendues à leur fonction première.
Harlington sourit intérieurement en voyant Garcia pâlir. Visiblement, il n’y avait pas que dans le mess que ses hommes avaient pris leurs aises. Mais cela, il allait vite en avoir le cœur net.
– Lupescu, suivez-moi, nous allons faire le tour du bâtiment. Prenez mon bloc de données, vous y noterez tous les anomalies que je constaterais, et qui seront à corriger dans les plus brefs délais.
Dès que leur nouveau commandant fut sorti d’un pas vif, Lupescu sur ses talons, Garcia et Mitchell se regardèrent, encore sous le choc de la tornade qui venait de passer. Harlington repassa alors sa tête dans l’encadrement de la porte, et dit :
– Au fait, monsieur Garcia, la chemise ne fait partie de l’uniforme standard de Starfleet. Je vous serais donc gré de vous débarrasser de la vôtre, au profit d’une tenue plus adéquate !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Ven 18 Juil - 22:48

Vu que vous en redemandez encore et tant et plus, voici encore la suite !

Chapitre 2 : impossible pari


Garcia et Mitchell parèrent au plus pressé dans le mess, en faisant disparaître dans leurs cabines respectives tout ce qui y était étranger au service. Vingt minutes leur suffirent pour faire place nette. Dans les couloirs, ils croisèrent à deux reprises leurs deux officiers supérieurs. Harlington s’exprimait d’un ton tranchant, autoritaire, et Lupescu prenait des notes au fur et à mesure sur le bloc de données. Quand il eut le loisir d’échanger un regard avec ses amis, ceux-ci virent un air de chien battu dans ses yeux.
Conformément à ses ordres, Mitchell se posta ensuite à l’entrée de l’USS Baltimore. Dix minutes s’étaient à peine écoulées qu’un camion se garait au pied de l’appareil. Cinq hommes en uniforme rouge en sortirent. Quatre d’entre eux déchargèrent prestement des cartons du camion, et les posèrent au pied de l’escalier. Le dernier, l’enseigne Mary O’Connor, monta les marches quatre à quatre pour rejoindre Mitchell.
– Qu’est-ce que m’a dit Lupescu ? On a un commandant, maintenant ?
– Oui, il…il donne des ordres et, entre nous, il n’a pas l’air très commode.
– Bon, je n’ai plus qu’à aller me présenter à lui, répondit l’ingénieur, en tirant sur sa tunique pour l’ajuster, avant de passer une main dans la frange blonde qui lui tombait sur le front.
– Hey, il me faut une signature pour la marchandise, fit l’un des hommes restés en bas.
– Vas-y, Mary, dit Mitchell, j’ai reçu ordre de ne pas bouger d’ici.
Quand elle fut en bas, l’officier de la Logistique secoua la tête et expliqua :
– Mes instructions sont de faire signer la décharge à l’officier de bord en charge de l’approvisionnement, un certain Mitchell.
Mary O’Connor remonta donc et, un peu essoufflée, garda l’entrée tandis que Mitchell descendait pour accomplir le premier acte officiel de sa nouvelle fonction.
Tandis qu’il commençait à monter un à un les lourds cartons, l’enseigne O’Connor partit à la recherche de son commandant. Vue la taille exiguë du navire, elle ne tarda pas à le trouver, sur la passerelle.

Elle effectua un impeccable salut et se présenta :
– Enseigne Mary O’Connor, à vos ordres, commandant.
– Repos, enseigne.
– L’aspirant Mitchell m’a chargé de vous annoncer que le matériel commandé est arrivé, monsieur.
– Parfait. Monsieur Lupescu, vous procéderez à la distribution des communicateurs et des blocs de donnée, lancerez les tortues à bord, et ferez mettre le reste sous clef, sous la responsabilité de Mitchell. Enseigne O’Connor, je vous nomme à titre provisoire ingénieur en chef du navire. Votre mission est de superviser toutes les remises en état afin que nous puissions décoller d’ici trente jours.
– Trente… ? C’est impossible, monsieur !
– Je ne veux pas le savoir, enseigne, rétorqua Harlington. Nous avons des ordres.
– Mais vous ne vous rendez pas compte, monsieur, de la somme de travail que cela va représenter !
– Faites-en la liste, et nous aviserons pour définir les priorités. Au boulot tout le monde ! Si vous avez besoin de moi, je suis dans ma cabine.

Harlington retourna au mess. Il fut satisfait de voir qu’à part l’omniprésente poussière, la pièce avait retrouvé son allure normale. Il attrapa son sac, que ses hommes avaient posé à l’entrée, et gagna sa cabine. Evidemment, la porte automatisée était en panne, comme les autres, aussi dut-il la débloquer manuellement avant de pouvoir entrer. La pièce, austère, se composait d’une couchette minuscule dans un coin, et d’un cabinet de douche-toilettes le long du même pan de mur. Une étagère qui courait jusqu’au plafond séparait cette partie « privée » de l’autre moitié de la chambre, où un bureau était fixé contre une cloison. Nulle de trace de l’ordinateur qui aurait dû d’y trouver. Restait un carré d’environ trois mètres de côté, que Harlington pourrait aménager comme bon lui semblerait.
Il sourit à la vue de la cabine pourtant exiguë. Voilà, il était chez lui ! Il attrapa son communicateur et s’ouvrit une fréquence :
– Mitchell, vous m’entendez ?
– Oui, commandant.
– Programmez une tortue et envoyez-la moi, je vous prie.
– A vos ordres, monsieur.
– Dressez la liste de tout ce dont nous allons avoir besoin pour vivre en autarcie, en commençant par des draps et des couvertures propres, et commandez-les auprès des Services Logistiques.
– Ce sera fait, monsieur.
D’ici une demi-heure, estima-t-il, et en attendant que la malle qui contenait le reste de ses bagages arrive, il aurait le temps de prendre ses aises. Il posa son sac sur la couverture légère et douteuse qui recouvrait sa couchette, et commença à déballer ses affaires.

Il fallut finalement une bonne heure pour que la cabine ressemble à un lieu de vie agréable. N’y manquaient que ses plantes, pour lesquelles il s’inquiéta, espérant qu’elles n’auraient pas trop souffert du voyage.
Quelqu’un frappa à la porte de sa cabine. Il la fit glisser et vit Mary O’Connor au garde-à-vous devant lui, son bloc de données à la main.
– Entrez, enseigne.
Les housse des deux fauteuils de sa cabine ayant moisi avec le temps, il ne la fit pas asseoir, et se contenta de lui faire face, les mains dans le dos.
Mary O’Connor prit son courage à deux et annonça le déluge de mauvaises nouvelles :
– Monsieur, la première chose à faire est évidemment de restaurer la puissance énergétique du navire. Le problème est que le système de survie qui l’équipe est un TX-23, et que ce modèle n’est plus fabriqué depuis vingt ans. Le Département Ingénierie de la Flotte ne dispose plus que de rares pièces, qui ne sont plus remplacées. Conclusion, nous ne pouvons pas réparer.
– Ce n’est pas le genre de conclusion que j’attends de votre part, enseigne, répondit Harlington d’une voix neutre.
– Je…j’ai réfléchi au problème, commandant, et je pense qu’il est possible d’adapter le système HZU-221. D’une part, c’est le tout dernier système qui ait été mis en fonction, et il est pourvu d’une adaptabilité qui devrait faire l’affaire.
Devrait, enseigne ?
– Fera, monsieur, corrigea l’ingénieur. Néanmoins, cela nécessitera de changer plusieurs kilomètres de câblages, pour des raisons de différences d’impulsion dans les transmissions. J’estime qu’il faudra quatre jours et autant d’ingénieurs pour effectuer ces ajustements.
– Quoi d’autre ?
– Nos nacelles de distorsion devront être changées pour coller aux dernières normes en vigueur, ainsi que la chambre à plasma et le réservoir de deuthérium. Comme toutes ces pièces sont standardisées le plus possible, pour être plus facilement adaptables aux différents navires de la Flotte, nous n’aurons pas trop de mal à les installer sur le Baltimore, monsieur. Huit ingénieurs chevronnés et trois semaines de travail sans répit devraient permettre d’en venir à bout.
– Ce délai aussi devra être raccourci, enseigne. Je m’occupe de vous trouver de la main-d’œuvre. Commandez toutes les pièces et les outils que vous estimerez nécessaires. Mais avant toute chose, je veux que vous vous assuriez que les systèmes de survie, eau, énergie, synthétiseurs de nourriture et tous ceux que j’oublie, fonctionnent le plus rapidement possible. A partir de maintenant, personne ne quitte le Baltimore sans autorisation. Le navire doit donc être à même de répondre à tous nos besoins quotidiens.
– Oui, monsieur. Monsieur…si je puis me permettre ?
– Oui, enseigne ?
– Vous avez parlé de trente jours d’ici le décollage ?
– En effet, enseigne.
– Je pense que le délai sera impossible à tenir, surtout qu’il faudra aussi remettre en état la coque, faire installer des senseurs et des détenteurs plus perfectionnés, remplacer tout l’équipement médical, sans oublier…
– Dressez vos listes et les priorités, coupa Harlington. Tout ce qui pourra être remis en état pendant le voyage attendra. Mais le reste sera accompli avant le décollage. Nous y veillerons. Envoyez une copie de votre rapport à l’enseigne Lupescu, afin qu’il fasse le lien avec Starfleet.
– A vos ordres, monsieur, répondit O’Connor avec un certain scepticisme.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Titi



Messages : 414
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Sam 19 Juil - 10:25

Si un tel succès est au rendez-vous, c'est parce qu'il y a Star Trek dans ton truc

En fait je penche pour un mix entre vacances, boulot, autres et flemme.
Dans mon cas c'est plutôt de la flemme et une non attirance pour ce qui est Star Trek mais comme j'ai fini par lire Betty Larium IV, tout est possible :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Sam 19 Juil - 14:23

Bah, ça ne m'empêchera pas de mettre toute l'histoire. Comme d'hab, j'adoooooore...ce que je fais ! Razz

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy


Messages : 2906
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Sam 19 Juil - 19:21

J'attendrai que tu postes jusqu'où j'en suis pour commer Razz

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Sam 19 Juil - 20:47

Pas de souci. Je sais que tu n'aimes pas relire de ce que tu viens déjà de lire. Wink
Mais parti comme on est, tu vas me servir de beta-lectrice jusqu'au bout, je pense. J'aurais donc jamais de comm. Sad (ça va, j'en fais pas trop ? Razz )

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Titi



Messages : 414
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Sam 19 Juil - 23:15

Avec le gros smiley qui pleure, ça serait encore mieux

Promis, je lis (et je comme si j'ai le temps) lorsque mon chapitre en cours de correction sera posté Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Dim 20 Juil - 1:00

Sous-entendu dépêche-toi de finir la correction ? Razz

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Titi



Messages : 414
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Dim 20 Juil - 12:50

Par exemple, vu que je suis plus là à partir du 2 et pour au moins une semaine, j'aurais bien aimé poster le chapitre 5 avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Dim 20 Juil - 13:47

Bon...je te balancerai un pavé ce soir, promis-juré-craché.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2362
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Dim 20 Juil - 23:47

Salut Minos,

Bon pas trop fan de star treck je viens de lire l'intro où j'ai vu mais pas noté quelques imperfections de mon point de vu.

Pas grand chose a en dire si ce n'est que cela me semble être une histoire fort intéressante qui a captivé mon attention dans ces quelques paragraphes. C'est rudement bien écrit et agréable à lire, je n'ai malheureusement pas le temps de m'y consacrer à une relecture sanglante. Juste une petite remarque, comment ce lieutenant peut-il être surpris par son ancienneté, son antédiluvisme si ce vaisseau sert depuis trente ans dans starfleet. En bon officier de marine, il devrait en connaître bien mieux son histoire comme l'architecture interne d'un vaisseau aussi connu, bien documenté après avoir reçu sa mutation ????

Lorsque j'aurais du temps j'en ferai lecture et si le cœur t'en dis accompagné de tout ce que j'ai bien pu y noter....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Dim 20 Juil - 23:52

Disons qu'il a laissé l'enthousiasme d'un premier commandement prendre le pas sur la réalité. Wink

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2362
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 21 Juil - 19:37

Disons, alors dans ce cas là fait le plus transparaître pour expliquer ça tournure d'esprit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 21 Juil - 21:15

Merci, j'en prends bonne note. Wink

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Uttini



Messages : 41
Date d'inscription : 25/06/2008
Age : 50
Localisation : Nancy

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 21 Juil - 21:17

Moi, j'aime bien. Je suis fan de Star Trek depuis toujours de toute façon. Il n'y a que la série animée que je n'aie pas vue. Par contre, j'ai un peu de mal à situer l'époque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.manufourretout.fr
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 21 Juil - 21:21

Merci pour le comm. Wink

Pour faire simple et réduire les incohérences, je place cette histoire au début de TOS (la série avec Kirk et Spock, je précise pour ceux qui ne connaissent pas). Soit 2ème moitié du XXIIIème siècle.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Uttini



Messages : 41
Date d'inscription : 25/06/2008
Age : 50
Localisation : Nancy

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Jeu 24 Juil - 12:52

Oui, je vois. Ça manque quand même un peu de "date stellaire" ou de "coefficient espace-temps" pour les versionfrançaisesophiles. La suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.manufourretout.fr
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Jeu 24 Juil - 13:04

Les dates stellaires feront leur apparition avec le décollage. Wink

Et pour info pour tous, l'histoire comptera deux parties de dix chapitres chacune.

Et tant qu'à faire, voilà la suite, vu que j'ai de l'avance dans un écrit, pour une fois.

Chapitre 3 : les premiers jours


Les trois jours suivants furent épuisants pour l’équipage réduit. Harlington était partout, donnant des consignes, demandant des éclaircissements techniques, et surtout jaugeant ses hommes sous la pression qu’il avait en partie imposée. Car s’il prenait un malin plaisir à les faire s’activer dans l’urgence, il n’était pas le seul responsable de cette frénésie. A vrai dire, il en était même une victime, comme son équipage.

Les circonstances dramatiques survenues à bord de l’USS Eagle, lors de sa précédente affectation, avaient eu des conséquences contrastées. Les premières, très importantes pour Harry, avait été l’obtention de son grade de sous-lieutenant, ainsi que son premier commandement. Une autre, dont il ne pouvait pas être tenu responsable, avait été de révéler l’incompétence de l’officier en second de l’Eagle, Peter Sanders. L’enquête qui avait été menée suite au fiasco de la mission avait vu Sanders être saqué et dégradé.
Là où les choses se compliquaient, c’était que ledit officier était le neveu de l’amiral Graham Sanders qui, malgré son intervention auprès de la commission d’enquête, n’avait pu éviter son triste sort à son neveu.

Quand Harry avait reçu la convocation de l’amiral Sanders, il avait craint le pire. Il avait eu raison…et tort à la fois. Durant leur entrevue, l’amiral n’avait cessé de le scruter sous toutes les coutures, comme à le recherche d’une faille. Mais dans le même temps, il s’était contenté de lui apprendre d’une voix glaciale sa nomination à la tête de l’USS Baltimore, corvette de classe Pluton, avec ordre de la remettre en état sous trente jours.
Harry avait remercié l’amiral d’un ton neutre, et s’était jeté sur son bloc de données dès qu’il avait quitté le bureau de l’amiral. là, il avait pu se rendre compte que son premier commandement risquait fort d’être le dernier, et était resté immobile, tétanisé, en se rendant compte qu’il serait impossible de remettre l’USS Baltimore en état dans le laps de temps imparti. Le navire ne valait guère mieux qu’une épave, sans parler de son équipage, réduit à peau de chagrin. Le cadeau empoisonné par excellence : telle était la vengeance de l’amiral Sanders, qui avait décidé que Harlington était coupable de la déchéance de son neveu.

Harry était sorti de sa torpeur vingt minutes plus tard et, sourire de prédateur aux lèvres, s’était mis en quête d’un moyen de transport pour rallier sa nouvelle affectation. Il relèverait l’impossible pari !

Pour les membres de l’équipage, les trois premiers jours de remise en état furent contrastés, passée la surprise initiale. Au départ, ils furent très excités d’apprendre que leur carrière allait décoller, en même temps que le navire. Leur enthousiasme et leur célérité furent impressionnants, jusqu’à ce qu’ils se rendent compte du travail titanesque qu’ils avaient à effectuer.
A partir de là, ils continuèrent les réparations, mais Harry sentit très vite que le cœur n’y était pas. Voilà qui était parfait pour lui, car il allait pouvoir montrer à ses hommes qu’il était plein de ressources et de surprises. Peu avant minuit, ce troisième jour, il prirent place autour d’une table dans le mess, pour leur briefing quotidien. Ils écoutèrent le sombre rapport de l’enseigne Mary O’Connor. Selon ce qu’elle avait dit à son commandant en aparté, il faudrait sept mois de travail, au même rythme que ces trois derniers jours, pour espérer avoir une corvette opérationnelle.
Tandis qu’elle parlait, Harlington observa les réactions de Lupescu, Garcia et Mitchell. Ils étaient las et n’écoutaient que d’une oreille. Ce que Harry comprenait et trouvait dommage tout à la fois. Ils manquaient de persévérance.
Un grand silence s’installa, suite à la fin du rapport de l’ingénieur, que Harry laissa se prolonger un certain temps. Ses hommes se regardèrent du coin de l’œil, puis finirent par se tourner vers lui. Dès qu’il avait toute leur attention, il prit la parole, posément.
– Enseigne O’Connor, répétez à nos camarades ce que vous m’avez dit cet après-midi, concernant le temps total que prendront les réparations.
Un peu interloquée, elle finit par obtempérer. Quand les membres de l’équipage comprirent que leur mission avait échoué avant même d’avoir commencé, ils restèrent plongés dans un silence fataliste.
Harry fit :
– Bien, nous sommes actuellement cinq membres d’équipage. Je vous rappelle que sur ce type de corvette, il y a un commandant, quatre ingénieurs, quatre pilotes et navigateurs, un médecin, un infirmier, quatre officiers scientifique, quatre officiers de sécurité et deux de logistique, soit vingt et une personnes. En outre, selon les missions, trois postes supplémentaires peuvent être occupés. Soit un équipage total se montant à vingt-quatre personnes.
J’ai étudié les dossiers de centaines de recrues potentielles et ma liste de choix finaux est partie au siège de Starfleet ce matin aux aurores. J’ai reçu la réponse suivante : dix-huit officiers manquants arrivent demain. Seul ma recrue pour le poste de médecin de bord semble poser problème, sans que j’en ai su plus.
Je vous octroie donc un jour de repos demain, que vous pourrez mettre à profit en accueillant vos nouveaux camarades. Profitez-en également pour faire venir vos bagages, s’il vous en manque, ou voir des amis ou des proches. Je vous rappelle que nous décollons dans vingt-sept jours !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Den
Bouffon du Roi


Messages : 3981
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 28 Juil - 13:34

Tiens tiens, mais j'ai l'impression de connaître ça, moi
Dès que j'ai un moment, je me replonge dans l'histoire et je mettrai des commentaires Wink

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 28 Juil - 13:51

Et moi je tâcherais de mettre un chapitre de plus avant, histoire d'accroître ton retard ! Twisted Evil

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2362
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 28 Juil - 18:33

minos, chapitre 2 a écrit:
Nulle de trace de l’ordinateur qui aurait dû d’y trouver.

Tu étais où lorsque tu as pensé puis écrit cette phrase ? Entre le roulage de cigarette et le goulot de ta bière surment ?

minos, chapitre 2 a écrit:
Mary O’Connor prit son courage à deux et annonça le déluge de mauvaises nouvelles

A deux quoi ? pieds, jambes, lèvres, si le courage peut s'attraper bien évidemment.

minos, chapitre 2 a écrit:
– Fera, monsieur, corrigea l’ingénieur. Néanmoins, cela nécessitera de changer plusieurs kilomètres de câblages, pour des raisons de différences d’impulsion dans les transmissions. J’estime qu’il faudra quatre jours et autant d’ingénieurs pour effectuer ces ajustements.
Changer du cablage pour des différences d'impulsion ? dans ce cas pourquoi ne pas plutôt placer des adaptateurs de bout ligne derrière toutes les machines qui reçoivent ces impulsions ? Plus simple et plus économique, changer du cablage nécessite sur un avion de démonter entièrement toutes les garnitures, je suppose que c'est la même chose sur un vaisseau de l'espace ster track ( lol! ) ma solution permettant juste de tirer les boites sus cité et de placer un adaptateur facile à réaliser, ces déjà suffisemment long comme ça...


Si non, j'insiste pour la deuxième fois aujourd'hui (vous pouvez me dire "tu", je suis lourd), il me semble que la première personne du futur ne prend pas de "s"...

J'aime bien ton histoire même si tout ce que je connais de star treck tient dans le jeu Starfleet academy auquel nous avions joué ma femme et moi avec grand plaisir il y a quelques années de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Notsil
Candy


Messages : 2906
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 28 Juil - 18:50

Citation :
il me semble que la première personne du futur ne prend pas de "s".

Tout juste, quand on rajoute le S on passe au conditionnel Wink

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com
aj crime
Croquemitaine


Messages : 2362
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Brandérion, juste à côté de Minos

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 28 Juil - 18:59

Merci Notsil pour cette précision linguistique, je n'en attendais pas moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator


Messages : 5176
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 42
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   Lun 28 Juil - 22:00

Pour le "s", c'est un truc que je n'ai compris qu'il y a peu de mois, et intégré. Donc c'est une faute de ma part, en effet.

Pour ce qui est de mes explications technico-technologico-vaseuses, je n'y connais que dalle en sciences, ni même en électricité. Je fais dans la poudre aux yeux...je tâcherai de la faire mieux à l'avenir.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'USS Baltimore   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'USS Baltimore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Recherche] Logo Baltimore Gun Club.
» [Special Hobby] Martin Baltimore Mk III
» Martin Baltimore Mk III/IV/V Special Hobby au 1/72è
» Bronycon à Baltimore.
» Le Professeur Baltimore ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Nos créations personnelles :: Ecriture-
Sauter vers: