Galéir


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Betty Larium IV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Betty Larium IV   Lun 16 Juin - 21:14

Un peu de SF, pour changer. Voici un début d'histoire se passant dans le même univers que mon roman de fantasy, sauf que ça se passe quelques milliers d'années plus tard.

Betty Larium IV


Jour 1

Otto Ranmeyer faisait avancer son tank à allure modérée. Il ne valait mieux pas aller trop vite, au vu du sol déchiqueté qu’il voyait à travers la verrière. Même s’il avait la plus grande confiance en la robustesse de son véhicule à chenilles, il n’était pas à l’abri de tomber dans l’une des nombreuses fractures béantes qui balafraient la surface volcanique de Betty Larium IV.
Prudence et circonspection. Les maîtres mots pour l’ingénieur explorateur qu’il était. Le paysage qui s’offrait à lui était digne d’un récit apocalyptique. De la roche grise à perte de vue, volcanique, qui saillait un peu partout sous forme de dents acérées pointées vers le ciel. Otto aurait tellement voulu voir des étoiles au firmament…mais non, les cieux étaient recouverts de nuages presque noirs, desquels jaillissaient éclair sur éclair. Face à lui, à des dizaines de kilomètres, une chaîne montagneuse se dessinait, constellée de volcans en activité. Ce que Otto trouvait étrange, mais qui ne le dérangeait pas, au contraire, était qu’il n’y avait pas de vent.
Betty Larium IV ne serait jamais un lieu de villégiature pour les Terriens…ce dont Otto se moquait éperdument. Sa mission consistait à cartographier la planète et ses richesses, en vu de préparer l’exploitation du sol pour les prochains mois. Il n’avait que l’embarras du choix pour le site de la prochaine mine à ciel ouvert.
Il rédigeait intérieurement son mémo sur la zone qu’il traversait, quand une alarme clignota sur son pupitre de commande. Il arrêta le tank et étudia avec attention les données qui défilèrent devant ses yeux.

Son cœur se mit à battre la chamade quand il eut fini d’interpréter les formules sibyllines que les senseurs lui transmettaient. Il n’arrivait pas à identifier précisément de quoi il s’agissait, mais arriva très vite à une conclusion : c’était manufacturé.
– Et merde, grommela-t-il. Qu’est-ce que c’est que ce cirque ? Si nous ne sommes pas les premiers occupants, nos droits d’exploitation pourraient être remis en cause.
Il fallait en avoir le cœur net. Il fit avancer le tank en direction de l’objet détecté. Celui-ci se révéla à ses yeux au détour d’une crête rocheuse. Otto arrêta à nouveau son engin, et resta contempler ce qu’il avait sous les yeux, bouche bée.
Une balafre noire courait au sol sur des dizaines de mètres, constellée de débris. A deux cents mètres de là, une masse imposante s’était empalée sur un piton rocheux, qui la traversait de part en part.
Si Otto n’avait jamais vu ce type d’engin, son instinct lui souffla qu’il s’agissait d’un vaisseau spatial, qui s’était visiblement crashé. Ses senseurs, pourtant sophistiqués et qui comptaient dans leurs bases de données tous les modèles connus des vaisseaux de la galaxie, furent incapables d’identifier l’objet.
Les yeux brillants d’excitation et de convoitise, Otto Ranmeyer éclata de rire. Sa fortune était faite, de manière inespérée. Les règles de la Puissance Terrienne Galactique était claire : tout objet extra-terrien trouvé rapportait une belle prime, sans parler d’une part sur l’exploitation technologique qui pouvait éventuellement en être retirée. Et il ne fit nul doute pour lui que la découverte d’une nouvelle technologie allait lui rapporter gros, pas comme ces misérables sondes automatiques que d’autres découvraient de temps en temps, errant dans l’espace.

Il remit le tank en route et ouvrit un nouveau fichier dans l’ordinateur de bord. Pour revendiquer la paternité de la découverte, il allait devoir écrire un rapport préliminaire, même lacunaire. Il eut une vision paradisiaque de Coco Beach II, la planète de tous les plaisirs. Bientôt, il pourrait en profiter tout à loisir, jeune et riche retraité.

Otto arrêta son engin au plus près d’une large déchirure verticale dans la coque du vaisseau. Il enfila son scaphandre, s’empara d’un bloc-com, dont il activa les fonctions caméra, son et détecteurs vitaux, avant de sortir.
Il prit une longue inspiration et pénétra dans le vaisseau.

***


Sophia Langway, opératrice de la tour de contrôle de la base, fut rassurée de voir le signal du tank d’Otto Ranmeyer réapparaître sur ses scopes. Il avait près de deux heures de retard sur l’horaire prévu, et surtout n’avait émis aucune communication pour prévenir la base, au mépris des règles de sécurité. Il allait se prendre un sacré savon avec Loof Seldon, le chef de la base, nul doute là-dessus.
Quand Otto gara le tank à l’emplacement idoine, dans le hangar des véhicules, Loof Seldon faisait les cent pas devant depuis un bon moment, en grillant cigarette sur cigarette. Une fois le véhicule arrêté, Loof jeta sa cigarette à terre, l’écrasa rageusement du talon, rentra le ventre, redressa le torse et mit les mains sur ses hanches.
Otto eut à peine le temps de sortir, une boîte intégralement recouverte d’un tissu à la main, qu’il fut apostrophé par Loof.
– Nom de dieu, Otto, qu’est-ce que tu fous ? Qu’est-ce que tu n’as pas compris dans l’expression « communications toutes les heures pour des raisons de sécurité quand quelqu’un part en balade » ?
– Ah, oui, ça, répondit Otto, décontenancé, avant de hausser les épaules. J’avais oublié, excusez-moi, chef. Vous ne devinerez…
– Oublié ? rugit Loof. Je te retire ton accréditation à aller explorer la planète avec un tank, ça te fera les pieds.
– Vous pouvez pas faire ça, chef, gémit Otto. Pas après ce que j’ai découvert !
– De quoi parles-tu ?
– De ça, fit-il en exhibant sa boîte.
Il retira le tissu qui la recouvrait. La boîte, un carré de vingt centimètres de côté, était dotée de six parois transparentes. De la terre grisâtre avait été placée au fond, et un objet ovoïde gros comme le poing reposait dessus. Il avait une apparence boursouflée, tacheté de boutons couleur de suie.
– Qu’est-ce que c’est que ce truc ? demanda Loof.
– Un œuf, chef ! Vous vous rendez compte ? J’ai trouvé un œuf sur cette planète ! J’ai découvert une vie extra-terrienne !
– Mais…comment est-ce arrivé ? Et où ?
– J’ai trouvé un vaisseau écrasé, et l’œuf était dedans. Quelle est la récompense que je peux espérer toucher ?
– La réc… ? Tu as pété les plombs, ma parole ! Tu ne sais rien de ce truc, et tu le ramènes ici, comme si de rien n’était !
– Mon bloc-com indique que ce truc est vivant, chef. Vous croyez que le zoo galactique m’en donnera un bon prix ? Ses dirigeants sont toujours à l’affût d’une bonne trouvaille.
– Je n’en sais rien et je m’en contrefous ! Quelle que soit cette chose, il est hors de question qu’elle reste entre tes mains. On va la donner au toubib, lui saura s’en occuper.
– Ce soûlard de Riley ?
– Il n’est que midi, il n’a pas encore commencé à boire. Et de toute manière, c’est un ordre !
– Oui, chef, bougonna Otto.



Suite dès demain. Very Happy

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2393
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Lun 16 Juin - 22:00

pas encore pris le temps de lire mais si tu écris de la SF maintenant tu m'interresses et tu vas passionner le monde fantastique d'heilénia....

Bon, à tout à l'heure pour la lecture, j'ai mes comptes qui m'attendent, si je dois partir demain (pour une durée inconnue) il faut que la situation soit propre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Lun 16 Juin - 22:35

Je te le redis ici aussi, bon courage. Wink

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2393
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Lun 16 Juin - 23:24

Riley ??? ou Ripley ????

En tout, dés les premières minutes de lecture cela m'a vaguement fait penser à Alien... Une vague impression de déjà vue. Et parlant des première minutes de lecture, je me suis arrêté sur quelques termes qui m'ont semblé un peu déplacés mais rien de très grave.

Et revanche, le troisième "cigarette" dans le paragraphe de la description de Loof aurait pu être remplacé par "mégot" par exemple pour eviter la répétition.



PS: Vu que tu sembles avoir beaucoup de temps entre deux matchs, je me permet de te rappeler ton intention il y a quelques mois d'écrire un texte sur Heilénia... Ou tout du moins dans notre petit monde... Je me mets donc à ta disposition pour te donner des informations si tu veux en profiter pour pénéttrer ce monde de merveilles C'est juste un rappel invitation que je ne te force pas à relever biensur. lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mar 17 Juin - 13:48

Pour ce qui est de participer à Heilénia, je confirme que je le ferai. J'ai fait mes comptes, j'ai actuellement 16 projets d'écriture en cours. Je vais un peu épurer et on en reparlera, dans quelques mois. Razz

En attendant, voici la suite de mon histoire. Un air de ressemblance avec Alien ? C'est marrant, l'idée de cette histoire m'est venue après revu Aliens. Coïncidence, sans doute !

Jour 2

Chenel, chef de la sécurité, avait été dépêché pour mener une exploration approfondie du vaisseau dont avait parlé Ranmeyer. Le solide Français à l’épaisse moustache avait été ravi de jouer au soldat, et rassemblé une équipe de huit hommes pour l’accompagner.
Ses ordres étaient de prendre des relevés et de scanner intégralement le vaisseau inconnu. Les renseignements technologiques qu’ils en retireraient pourraient bien être primordiaux pour leurs carrières à tous, selon le calcul de Seldon. C’était une chance inouïe et inespérée de quitter ce caillou pourri.

Ils restèrent quatre heures dans l’épave, la passant au peigne fin. Le seul incident fut provoqué par Chenel lui-même. Il avait donné ordre de ne surtout toucher à rien, et savait ses hommes assez disciplinés pour lui obéir au doigt et à l’œil.
Ils n’eurent pas besoin de toucher à quoi que ce soit pour déclencher une réaction.

Alors qu’il se trouvait à bord de ce qui ressemblait à une passerelle de commandement, son comm-bloc de sécurité se verrouilla de lui-même sur une console. Sourcils froncés, il tenta de déchiffrer les données. Elles lui indiquèrent un échange d’impulsions électriques. La console prit vie : des lumières multicolores s’y allumèrent tour à tour, avec un cliquetis inquiétant.
Sans hésiter, Chenel fit évacuer ses hommes vers les tanks qui les avaient amenés sur les lieux, au cas où il aurait déclenché un système d’auto-destruction. Rien ne se passa, hormis un appel de leur base.
– Qu’est-ce que vous foutez, bon sang ? s’écria la voix excédée de Seldon dans les communicateurs.
– Je ne sais pas, répondit Chenel. Une console a repris vie quand j’ai passé mon scanner devant. Comment savez-vous qu’il s’est passé quelque chose ?
– Les détecteurs de la base indiquent qu’une impulsion énergétique a jailli de votre position, direction l’espace.
– Une balise de détresse ?
– Peut-être. Détruisez-moi ce truc, on ne sait jamais.
– A vos ordres, commandant.
Tout excité à l’idée de se servir de son arme hors du cadre d’un exercice stupide et inintéressant, il empoigna sa mitraillette chérie – modèle XC-857 à contrôle inductif néo-plasmique –, ordonna à ses hommes de ne pas bouger, et retourna à bord du vaisseau inconnu.
Une rafale suffit à faire taire définitivement la console.

L’impulsion était en effet un signal de détresse. Et il fut reçu par ceux à qui il était destiné.

Jour 9

Riley, le docteur aux cheveux blanchis prématurément, alors qu’il avait à peine trente-cinq ans, était d’humeur maussade. Depuis que cet âne d’Otto avait ramené son œuf, Loof Seldon lui avait interdit de boire. Il devait donc se contenter des pilules oxyalcool, substitut efficace et bien moins dangereux, mais du point de vue du docteur, nettement moins agréable, notamment à l’ingestion.
Un ordre étant un ordre, il devait s’y soumettre. D’autant que vu son penchant, il savait pertinemment que sa carrière ne serait jamais brillante, ce qui le déprimait et contribuait à entretenir le cercle vicieux qui limitait son existence.

Il regarda l’œuf d’un œil maussade. Vivement que ce truc éclose, qu’il puisse enfin retourner à sa routine. A force de tâtonnements et d’analyses subatomiques de fragments microscopiques de la coquille, il avait réussi à optimiser l’environnement de l’incubateur. En huit jours, l’œuf noir et bosselé avait doublé de volume : il mesurait désormais près de vingt centimètres.
Il écarquilla soudainement les yeux et se rapprocha. Là ! Il n’avait pas rêvé, la coquille avait bougé, comme si le truc qu’il y avait dedans poussait de l’intérieur.

Il gagna son bureau, activa l’intercom et ordonna à son infirmière Mary de venir sur-le-champ. Elle lui sembla essoufflée en répondant. Sûrement en train de s’occuper d’un mineur, se dit Riley avec une grimace de dégoût. Il prévint également Seldon et Ranmeyer.
– Si j’avais su, j’aurais suivi le cursus de vétérinaire, maugréa-t-il.

Riley et Mary surveillaient les tableaux de contrôle médicaux. Si les courbes et les projections indiquaient des paramètres vitaux, ils étaient en revanche incapables de les interpréter. L’être était vivant, mais la base de données médicale n’avaient pas su reconnaître une espèce connue.
Riley avait écarté Otto Ranmeyer sans ménagement, quand il avait collé son visage à la vitre de l’incubateur, pour mieux voir le spectacle. Il avait fusillé Mary du regard, quand elle était arrivée, les joues en feu et le regard brillant. Depuis, il lui parlait très sèchement.
Seldon n’était pas de meilleure humeur, mais la contrariété de voir sa routine bafouée le disputait à la chance éventuelle de faire parler de lui grâce à la chose dans l’œuf. Un coup d’accélérateur ne ferait pas de mal à sa carrière, lui qui rêvait d’intégrer la Marine d’Exploration.

L’œuf ne cessait plus de bouger. L’être semblait déterminé à en sortir. Otto émit l’idée de percer la coquille, pour accélérer la naissance, mais Riley s’y opposa fermement, affirmant que si la chose n’arrivait pas à sortir seule, c’est qu’elle n’était pas prête.
Ils attendirent deux heures, dans une tension grandissante. Seldon dut s’absenter à deux reprises pour résoudre des problèmes, qu’il expédia vite et mal pour revenir rapidement à l’infirmerie.
Enfin, un petit membre pointu et noirâtre parvint à percer la coquille. L’œuf ne bougea plus pendant dix secondes. Puis il explosa de l’intérieur, comme si l’être y avait mis toutes ses forces. La créature venait de naître.

– Alors, c’est quoi ? demanda Otto, en se précipitant vers l’incubateur.
– Tu attends, bon dieu, tu attends, fit Riley en le retenant par le bras.
Les yeux rivés sur la couveuse, ils ne virent qu’une gelée visqueuse, dans laquelle quelque chose se débattait. La créature émit des piaillements et se mit à ramper. Elle s’éloigna des débris de coquilles, se lova dans un coin et se mit à ronronner.
– Qu’il est mignon, s’exclama Mary.
– Mignon, c’est vite dit, bougonna Riley, qui se rapprocha en braquant son comm-bloc médical sur le nouveau-né recroquevillé.
Le corps de l’être était recouvert d’un fin duvet gris clair. Il avait de minuscules mains, nanties de pouces opposables. A l’extrémité de ses doigts comme de ses orteils, les Terriens distinguèrent des ongles pointus, peut-être des griffes. Le long de ses avant-bras couraient des excroissances, sans pelage, tournées vers l’extérieur et dépassant de ses coudes.
La créature, qui aurait pu tenir dans une paire de mains présentée en coupe, avait un aspect humanoïde assez troublant, y compris deux grands yeux innocents, un nez fin et une petite bouche édentée. Pas d’oreilles, en revanche, mais de simples trous.

– Alors, ça donne quoi ? demanda Otto.
– Ce truc n’a jamais été rencontré avant, répondit Riley. Tu as découvert une nouvelle forme de vie.
– Yahou ! s’exclama Otto en levant les bras au ciel. Je vais devenir riche !
– C’est ça, bougonna Riley. Et n’oublie pas les copains, surtout.
Otto se mit à danser dans l’infirmerie, avant de se faire rabrouer par Seldon.
– Comment va-t-on l’appeler ? demanda soudain Otto, redevenant instantanément sérieux.
– L’app… ? Ce n’est pas possible, Otto, tu as du miel dans le cerveau ! dit Seldon. Tu crois vraiment que c’est le moment ?
– Mary, reprit Riley, nettoie Otto junior, et mets-le dans un lit médical du secteur de quarantaine. Et fais-le taire, il m’énerve avec ses piaillements.
Elle se précipita et ouvrit l’incubateur, avant de s’emparer délicatement de la créature, un air d’extase maternel dans les yeux.
– Il a faim, docteur, dit-elle.
Riley ravala de justesse un « tu n’as qu’à lui donner le sein » rageur et fit :
– Difficile de dire ce qu’il lui faut, même avec notre fourbi de scanners à l’appui. Il va falloir faire des essais. En commençant par du lait, sait-on jamais.
Riley se rendit compte qu’il n’était pas prêt de retrouver sa tranquillité. Il allait devoir surveiller l’évolution de la bestiole, jusqu’à ce que la Compagnie n’envoie une équipe spécialisée la prendre en charge. Ce qui risquait de prendre des semaines au minimum.
Seldon ne tarda pas à prendre congé, après avoir demandé à Riley de le tenir informé régulièrement de l’état de santé du nouveau-né. Il emmena un Otto surexcité avec lui.

Dès qu’ils furent sortis, Riley avala deux pilules d’oxyalcool, et recalibra ses instruments. Dix minutes plus tard, Mary sortait de la zone de quarantaine, l’air émerveillé. Riley la trouva stupide. Il trouva un moyen de la rabrouer et aboya :
Mary ! Il y a une tache sur ta blouse ! dit-il en lui montrant son bras. Nous sommes des professionnels, bon sang, je veux que tout soit impeccable dans cette infirmerie de malheur.
Elle ne s’offusqua pas de la mauvaise foi de son supérieur, qui était le plus laxiste et le moins professionnel des médecins qu’elle connaissait. Elle baissa les yeux vers son bras, étonnée. Elle avait sorti cette blouse de son étui stérile à son arrivée dans l’infirmerie, une demi-heure plus tôt. Riley avait raison. Quand Mary vit que la tache était rougeâtre, un mauvais pressentiment s’empara d’elle. Le tissu était déchiré sur dix centimètres. Une coupe franche et nette, comme faite au cutter.
Elle jeta la blouse dans le vide-ordures, et passa dix minutes à nettoyer consciencieusement la plaie peu profonde. Un peu troublée, elle eut beau réfléchir, elle ne parvint pas à se souvenir à quel moment elle s’était coupée, ni comment.

Dans son lit médical, la minuscule créature terminait de se lécher le pouce griffu avec délectation…


Suite bientôt Wink

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2393
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mar 17 Juin - 19:34

Prévisible, si la bestiole tête il faut qu'elle arrache le téton avant de boire tout son lot de sang. Mais elle est discrête dans ses instincts voilà une note évolutive plutôt positive.

J'aime bien, le lirais la suite avec interêt mais je doute que ce texte me tienne en haleine pendant des centaines de pages....

Bien pris pour tes millions de projets qui encombre le bureau de ton esprit ravagé. Donc à dans quelques mois pour heilénia si d'autres projets plus urgent n'ont pas pris la place....

Il n'y a jamais de coincidences, seulement des concours de circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mar 17 Juin - 20:17

T'es encore là ? Pas en route pour sauver les intérêts de la Frrrrance dans le monde ?Razz

aj crime a écrit:
J'aime bien, le lirais la suite avec interêt mais je doute que ce texte me tienne en haleine pendant des centaines de pages....

Compte sur moi pour que cette histoire, entre mes mains, ne se passe pas du tout comme l'exigent les standards du genre.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3023
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mar 17 Juin - 22:39

Vrai que l'oeuf fait assez alien, maintenant j'attends de voir comment tu vas développer ça sans tomber dans les trucs habituels ^^

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com En ligne
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mar 17 Juin - 22:43

Quelques massacres Twisted Evil et on change la donne !

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4120
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mer 18 Juin - 15:00

Tiens tiens, ça m'a l'air intéressant tout ça. Je le lirai dès ce soir ou demain matin. Very Happy

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4120
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mer 18 Juin - 15:26

Bon, j'ai trouvé quelques minutes et j'ai pu lire ces deux parties^^
Il est vrai que dès le début, on a l'impression de se retrouver dans un Alien. C'est pas forcément une mauvaise chose, bien au contraire. étant fan de ces films, je ne peux qu'approuver.
Ca sent l'histoire prenante, en tout cas. Je suivrais le tout avec beaucoup d'intérêt^^

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mer 18 Juin - 15:40

Mici. La suite arrivera d'ici demain, je pense.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4120
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mer 18 Juin - 15:40

C'est une promesse? Razz

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mer 18 Juin - 15:41

Et puis quoi encore ? Razz

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
aj crime
Croquemitaine
avatar

Messages : 2393
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 43
Localisation : Presque de l'autre côté de la Terre !

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Mer 18 Juin - 18:51

minos a écrit:
T'es encore là ? Pas en route pour sauver les intérêts de la Frrrrance dans le monde ?

Ben ouais, c'était une mise en alerte qui tient toujours, un coup de tel et je m'envolle pour servir les interêt de mes concitoyens partout dans le monde. La dernière fois, souvenez-vous ça avait duré trois semaines comme ça, partira, partira pas, pour où ça dépend des jours, des heures, des minutes...... Vive les émotions fortes !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilenia.fantastique.free.fr/index.php
Titi

avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Ven 4 Juil - 23:34

Hop j'ai lu ce début de texte. Commençons le tintouin habituel.

Forme :

Citation :
De la roche grise....
De la roche volcanique grise me semble mieux coller que de mettre , volcanique, plus loin.
Citation :
Les règles de la Puissance Terrienne Galactique était claire
étaient claires
Citation :
Il allait se prendre un sacré savon avec Loof Seldon, le chef de la base
répé de base
autodestruction attaché ?


Côté fond, j'ai des critiques.
A la décharge de Minos, l'ambiance est bien retranscrite : les attentes de chacun des personnages, leur parcours personnel salement écorné pour certains... Bref une mise en scène bien carrée.
Trop je dirais, car au final c'est quelques pages sont un repompage des novélisations d'Alien 1 et Aliens (et même des films). Certains noms manquent un peu d'inspiration (Riley) où sont stéréotypés (Coco Beach).
Idem pour les évènements et la créature qui oh hasard est dans un oeuf, se révèle carnivore (allez, je parie rien du tout que les occupants de la colonie vont bientôt tous y rester sauf 2 ou 3 dans le groupe vu ici, ceci sans volonté d'influencer l'auteur pour qu'il tue les gens susmentionnés)... Sans parler de la présence d'une Compagnie toute-puissante. Bref, assez peu original pourrait-t-on dire (ce dont je ne me prive pas si vous avez suivi jusque là).

En résumé donc, un texte agréable à lire et qui augure d'une suite plus "pêchue" (je pense surtout aux hectolitres d'hémoglobine qui ne manqueront pas de se déverser) mais qui est très peu inspiré. En tout cas si c'est bien fait, je ne me plaindrais pas trop que tu nous refasse Aliens, mais bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Ven 4 Juil - 23:45

Merci pour l'avis. Rien de mieux que de se faire détruire pour savoir qu'on tient un avis impartial ! Razz

Oui, c'est plein de clichés stéréotypés, pas de doute là-dessus. Oui, il va y avoir des hectolitres d'hémoglobine, donc va pas s'arranger pour ce qui est d'originalité.
Oui, on dirait un remake, qui se terminer en huis-clos avec un ou deux survivants.

Non, c'est loin d'être la finalité de l'histoire. Oui, les règles du jeu et du récit vont changer du tout au tout.

J'espère bien surprendre. Wink

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Titi

avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Ven 4 Juil - 23:47

On n'attend que ça Wink

Allez, hop au boulot !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Sam 5 Juil - 2:02

La suite. Wink

Jour 10

Mary fut soulagée quand le cycle de jour démarra, car elle avait passé une très mauvaise nuit, entre insomnies et cauchemars. Nauséeuse, elle se contenta d’un café suivi d’une douche, et se rendit à l’infirmerie sans perdre plus de temps. Elle était supposée ne commencer le travail qu’une heure plus tard, mais il était évident qu’elle couvait quelque chose.
A cette heure matinale, Riley n’était comme de juste pas à son poste. Mary salua Everett, l’infirmier de nuit. Elle lui parla de son état de faiblesse. Il fit un prélèvement sanguin, qu’il analysa sur-le-champ. Les résultats qui s’affichèrent sur un écran de contrôle leur firent froncer les sourcils, et ils appelèrent aussitôt Riley. Ils durent insister longuement avant que celui-ci ne réponde sur son unité comm.
– Docteur, ici Mary. J’ai chopé quelque chose, mais on ne sait pas quoi.
– Humph…vous avez des ordis pour les diagnostics, il me semble ?
– Oui, docteur, mais ce qu’ils ont trouvé n’est pas répertorié.
– Pas… ? Vous en êtes sûre ?
– Nan, ça m’amuse de vous faire croire que j’ai un truc inconnu, rétorqua-t-elle, revêche. Bien entendu que j’en suis sûre ! Everett est aussi perplexe que moi.
– J’arrive, soupira Riley avant de couper la communication.

– Heureusement, ce n’est sûrement pas une maladie non répertoriée, fit Everett d’un ton rassurant. Plutôt un bug dans la mise à jour du logiciel des diagnostics, comme d’habitude.
– C’est certain, répondit Mary. Ce maudit matériel antédiluvien n’est pas digne de confiance. Je l’ai toujours dit, un jour il nous lâchera au mauvais moment. C’est la troisième fois ce mois-ci que des données se perdent.
– Oui, il faut vraiment que Riley range une bonne fois pour toute les logiciels médicaux, qu’on puisse s’y retrouver en cas de problème.
Mary ne répondit pas, et comme son collègue, se contenta de balayer du regard cette partie de l’infirmerie : gobelets de café vides, plaques de données abandonnées de manière anarchique sur des consoles, sur le bureau du docteur, sur des lits médicaux et même par terre.

En attendant l’arrivée de leur supérieur, et autant par curiosité que pour se changer les idées, Mary prit des nouvelles du seul autre occupant de l’infirmerie. Otto Junior. Mary trouvait que ce nom lui allait bien, aussi incongru soit-il. Selon Everett, la créature avait passé une excellente nuit, elle. Elle s’était contentée de dormir sagement, roulée en boule.

Riley arriva, maussade, un gobelet de café à la main. Il se mit à farfouiller dans l’ordinateur. En tant que docteur en chef de la colonie, il était le seul membre de l’équipe médicale a avoir accès aux zones sécurisées des ordinateurs de diagnostic.
Rien n’avait l’air de manquer dans les données. Il fit à son tour un prélèvement de sang à Mary. Quand il lui toucha le bras, il s’aperçut que son infirmière était brûlante, et qu’une fine couche de transpiration recouvrait son visage. Vaguement inquiet, il lui ordonna de s’allonger, ce qu’elle fit sans rechigner. L’inquiétude de Riley grandit : voilà qui ne ressemblait guère à la Mary qu’il connaissait, dure au mal et toujours en excellente santé.

Il tressaillit après avoir regardé les résultats de l’analyse de sang sur son écran. Les globules rouges étaient attaqués, ils étaient rongés, comme s’ils avaient subi une sorte de corrosion. Il n’avait jamais rien vu de pareil. Et si l’ordinateur de diagnostic n ‘était pas capable d’identifier le problème, Riley doutait fort de le pouvoir. Il appela Rashvilu, le responsable informatique de la colonie, lui enjoignant de rappliquer le plus vite possible.

– Docteur, elle s’est évanoui ! s’exclama Everett, au chevet de sa collègue.
– Nom de…mets le fourbi en route et pose-lui les capteurs, que ses signes vitaux apparaissent à l’écran.
Everett obéit promptement.
Les deux hommes scrutèrent avec attention les données affichées, avant de se regarder. Ni l’un ni l’autre ne trouvait de logique dans les courbes et les taux censés représenter l’état de santé de Mary.
– Ce n’est pas possible, nos machines se sont décalibrées, murmura Riley. C’est la seule explication plausible.

Quand Rashvilu arriva, sa malette de maintenance à la main, Riley lui sauta dessus, fébrile. Il avait procédé à diverses injections de stimulants, toutes inefficaces selon le panneau de contrôle. Les courbes vitales jouaient au yoyo, avec une tendance certaine à se rapprocher du bas des graphiques…synonyme de mort.
Riley pria pour que Rashvilu trouve une anomalie informatique dans le système. Il en fut pour ses frais. Les ordinateurs médicaux fonctionnaient à merveille, annonça le technicien de maintenance. Comme en réponse à cette mauvaise nouvelle, l’état de Mary empira, et plusieurs alarmes se mirent à sonner sur le panneau de contrôle.
– C’est pas vrai, cria Riley.
Il ouvrit l’un des yeux de Mary, qui ne réagit pas à la lumière qu’il y porta avec sa mini-lampe. En revanche, il vit que sa sclérotique était devenue rouge.
– Bon sang ! Everett, on la transfuse ! Vite !
L’infirmier courut vers l’armoire réfrigérante qui contenait des poches de sang d’avance, et en revint tout aussi vite, avant de se figer en voyant sa collègue.
Du sang s’écoulait désormais de ses yeux, de son nez, de sa bouche et de ses oreilles. Riley arracha la perfusion des mains tremblantes de son aide, et l’installa en un clin d’œil. il ne leva même pas les yeux sur le panneau de contrôle médical. Le bourdonnement continu qui s’en échappait suffit à lui apprendre que Mary venait de mourir.

Une secousse impressionnante ébranla l’infirmerie, et les trois hommes se retrouvèrent à terre. Avant qu’ils ne puissent se relever, tout l’équipement électronique rendit l’âme. Au bout de quelques secondes, le générateur de secours prit le relais.
– Mais qu’est-ce qui se passe, bon dieu ? s’exclama Riley, tout en préparant son matériel de défibrillation.
Personne ne put lui répondre.

Sur la plate-forme d’atterrissage située face à l’entrée principale de la colonie, quatre vaisseaux se posèrent. Otto Ranmeyer n’était pas devant une baie d’observation à ce moment. Sinon, il les aurait identifiés, car ils ressemblaient à s’y méprendre à celui qu’il avait découvert neuf jours auparavant.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Notsil
Candy
avatar

Messages : 3023
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 32
Localisation : A la campagne !

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Sam 5 Juil - 2:09

Sympa comme tout ^^ Enfin, même si ya des morts Wink

Les pauvres, ils ne savent pas à quoi ils s'attendent...^^

_________________
"What do you want ? Answer or leave. By the door or the window ; your choice."
"What cannot be changed, must be endured."

Robert Jordan, The Wheel of Time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barunestai.over-blog.com En ligne
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Sam 5 Juil - 2:11

Boucheriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie ! Twisted Evil

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Den
Bouffon du Roi
avatar

Messages : 4120
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 34
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Sam 5 Juil - 10:38

Encore un bon chapitre pour moi!
L'histoire prend forme et devient de plus en plus intéressante!
Moi, j'aime bien!

_________________
Ne regardez jamais la nuit en face. Ses ténèbres nous haïssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titi

avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Sam 5 Juil - 16:13

Bon, premier décès dans la colonie et livraison expresse de (gros) problèmes pour la suite, ça va péter !

Sinon, deux fautes :
Citation :
Docteur, elle s’est évanoui
évanouie il me semble
Citation :
Quand Rashvilu arriva, sa malette
mallette

Plus généralement c'est toujours dans la lignée du début même si on commence à s'éloigner de l'"inspiration" Aliens (encore que je pourrais parler d'Alerte ! pour le virus inconnu qui fait saigner de partout Wink )

Au fait y a une explication au fait que Mary n'a pas remarqué que Otto Junior l'a mordue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Lapinou Imperator
avatar

Messages : 5354
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 43
Localisation : Morbihan

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Sam 5 Juil - 17:31

Nan, y'a pas d'explication particulière, d'autant qu'elle n'a pas été mordue mais griffée. ça nous arrive de nous égratigner sans faire attention sur le coup, et de ne s'en rendre compte que plus tard. Là, c'est ce type de cas de figure.

_________________
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zulio.org/minoskardanos/
Titi

avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 10/09/2007
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Betty Larium IV   Sam 5 Juil - 22:16

Ok ça me va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Betty Larium IV   

Revenir en haut Aller en bas
 
Betty Larium IV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ugly Betty
» [ABC Studios] Ugly Betty - Saison 1 (2006)
» betty boop
» JAMAIS SANS MA FILLE de Betty Mahmoody
» Ugly Betty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galéir :: Le bar :: Corbeille-
Sauter vers: